↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Blood Red Shoes


Box Of Secrets


(14/04/2008 - V2 - Garage adolescent - Genre : Rock)
Produit par

1- Doesn't Matter Much / 2- You Bring Me Down / 3- Try Harder / 4- Say Something Say Anything / 5- I Wish I Was Someone Better / 6- Take The Weight / 7- ADHD / 8- This Is Not For You / 9- It's Getting Boring By The Sea / 10- Forgive Nothing / 11- Hope You're Holding Up
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (7 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Un petit Blood Red Shoes ? Réveil express et effet Redbull assuré. "
Elise, le 30/04/2010
( mots)

Box Of Secrets, c'est une injection d'adrénaline musicale. Les cardiaques sont prévenus. Une fois les écouteurs dans les oreilles, un tranquille footing se transforme en sprint effréné sans que l'on s'en aperçoive. En cause, un duo originaire de Brighton qui n'aime pas, vraiment pas, faire les choses doucement. Perpétuellement sur fil, mais en courant, Laura-Mary et Steven sont des musiciens quelque peu surexcités, dont le seul objectif est de faire danser les jeunes et réveiller les pauvres grand-mères de l'étage en dessous. Autant dire que ces deux-là ne sont pas du genre à conter fleurette un violon sur l'épaule. Pas de ballades, pas de temps mort, pas de changements de rythmes ou presque, Box Of Secrets, ce sont 42 min de rock pur et dur. Ca excite et ça réveille, sans risque d'overdose. 

Cet effet tient dans l'association de deux voix. D'un côté, celle aigüe, mais masculine, de Steven Ansell, de l'autre, celle presque plus grave de Laura-Mary Carter. L'alchimie des deux est étonnante et percutante. Toujours à la limite du chant crié, le duo fait de ses voix un vrai support rythmique de plus à ses compositions. Elles n'en avaient pas vraiment besoin tant tout cela est déjà survitaminé, mais qu'importe, les morceaux de Blood Red Shoes ne se reconnaîtraient pas d'un seul dressage d'oreilles sans elles. L'autre marque de fabrique réside dans l'alliance simple et efficace guitare-batterie qui donne des morceaux faussement bordéliques, où chaque son percute et entraîne un effet domino. Ainsi, dès les premiers coups de grosse caisse de "Doesn't Matter Much", le pied droit se prend au jeu et tambourine une peau imaginaire sur une air-pédale. Le haut du corps est lui pris d'une frénésie de air guitar sur un simple riff, tout en criant des "yeah", "low low low low" ou en faisant les choeurs. Dès ce premier morceau, Blood Red Shoes révèle un sens de la composition qui en envoie et du gros riff qui déménage... et ce n'est que le début. "You Bring Me Down" enchaîne sur le même rythme, avec cette fois Laura-Mary pour l'ouverture. On croit presque à une accalmie lors d'un petit pont charleston-guitare, à une pause en mode "ouhouhou"... sauf que ce n'était que pour balancer un refrain surexcité, où l'on a presque du mal à suivre le rythme effréné du duo. 

Autant avoir donc une réserve en sucre et un bon rythme pour suivre les Blood Red Shoes sur la longueur. Le groupe ne relâche jamais la pression, mais avec une fraîcheur et une spontanéité qui rend leurs compositions terriblement addictives. "Try Harder" et son rythme saccadé guitare-claquements de mains, "Say Something, say anything" et ses couplets posés entre des refrains bordéliques, ou encore l'excellent "I wish I Was Someone Better" et ses guitares à 100 à l'heure, autant de morceaux qui tireraient de son canapé presque n'importe qui (il y a toujours des cas désespérés). Les titres de Blood Red Shoes semblent parfois se confondre tant il s'en dégage toujours la même énergie survoltée. Mais au fil des écoutes, on distingue des compositions bien différentes. Certes, les "ooooofff, ohohoooff" de "Take The Weight" semblent similaires aux "ouhouh" de "Getting Boring By The Sea", mais le refrain ne s'oublie pas de si tôt. D'ailleurs chaque titre de l'album est un single, et ce n'est pas un hasard s'ils ont presque tous fait l'objet d'une sortie individuelle. Box Of Secrets est un concentré de tube, de "ADHD" à "This Is Not For You" en passant par "Forgive Nothing" ou le titre de fin "Hope You Are Holding Up". Pas un de viens remettre en cause la qualité de l'album, balèze. 

Blood Red Shoes a su dès son premier album imposer un style et un son personnel. Impossible de les confondre avec un autre groupe, inutile de chercher les comparaisons, et ce même si la formule garçon-fille guitare-batterie avait déjà des bons représentants (The White Stripes, The Kills). Cette rousse flamboyante et ce grand blond ont de l'énergie et du talent à revendre, et avec un tel premier opus, laisse à penser que la scène anglaise à trouver un nouveau produit terriblement addictif. On attend avec impatience une nouvelle dose.

Si vous aimez Box Of Secrets, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Janv. 2019
25
Sortie d'album

Blood Red Shoes


Get Tragic


Studio
Critique d'album

Blood Red Shoes


Blood Red Shoes


Critique d'album

Blood Red Shoes


Fire Like This


Album de la semaine
À lire également