↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Keren Ann


101


(28/02/2011 - EMI France - Folk-rock - Genre : Chanson / Folk)
Produit par

1- My Name Is Trouble / 2- Run With You / 3- All The Beautiful Girls / 4- Sugar Mama / 5- She Won't Trade It For Nothing / 6- You Were On Fire / 7- Blood On My Hands / 8- Song From A Tour Bus / 9- Strange Weather / 10- 101 / 11- Daddy, You Been On My Mind
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"101 ou l'album folk 2.0 de Keren Ann."
Kevin, le 04/03/2011
( mots)

De ce courant qui ramène les artistes aux rivages des eighties à une vaguelette de pop-disco de guinguette, on déplore malheureusement des cascades de noyades et d'épaves qui rayent les fonds marins. Seulement, à l'image des saumons qui esquivent les coups de pattes des ours affamés, certains, et en l'occurrence certaines, découvrent une lumière élégante à l'heure de concilier modernité, ambiances rétro, guitares folk et synthés sucrés. Keren Ann, la plus française des israëlo-hollandaise est de celles-là et son déjà sixième album sobrement intitulé 101 sort ces jours-ci dans nos crémeries.

L'album n'est concrètement pas un album électro, ni même dansant ou involontairement kitch, mais marque une évolution flagrante par rapport à la folk épurée de ses précédents opus. Le délicieux "Sugar Mama", furieusement naïf et gonflé d'une basse sautillante et de quelques touches de synthés, en est le meilleur exemple. D'autres titres, comme "Blood On My Hands", taillent également dans ce filon rétro : piano insistant, chant calme et neutre et violons parcimonieux. Et que dire du single, "My Name Is Trouble", qui inaugure une intro grésillante au synthé, écrin de la voix haut perchée de la chanteuse sur un refrain diablement stoïque, sinon qu'il cristallise cette envie de Keren Ann de se laisser envahir par des sons nouveaux. 

Mais la chanteuse campe également sur ses positions antérieures. Cette folk à l'éther, planante et immatérielle donne du grain à moudre à l'entreprise 101. "Run With You", complainte tourmentée par une Keren Ann spectrale, ralentit considérablement le rythme et refroidit l'ambiance. Les esprits ne s'échauffent pas davantage sur "You Were On Fire", classique comptine de folk contemporaine, délicate et réussie. Mais le clou du spectacle demeure l'impeccable "Strange Weather" aux allures de prog-folk brumeux, tiraillé par des percussions en fond d'alignement et de timides notes au piano, pour accompagner une progression qui titille à peine le chant imperturbable de Keren Ann. 

Cette dichotomie ne soufre par ailleurs d'aucun manque de souffle. On passe sans encombre des limbes brouillardeuses au charme désuet des pop-songs, seul "101" et son compte à rebours sans fin échappe par son côté symphonique à cette vision dualiste de l'album. Quoiqu'il en soit, la belle a réussi à nourrir sa folk métaphysique de quelques touches bienvenues de sons neufs et crée un nouvel angle de vue sur sa musique. 101 est un album réussi, peut-être pas aussi risqué qu'il n'y paraît mais diablement efficace. Keren Ann continue son périple artistique avec une nouvelle emprunte de grâce, un périple qui mine de rien, se bonifie avec la longueur.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Keren Ann


Keren Ann


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également
Compte-rendu de concert