↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Ladylike Dragons


Turn Them Into Gold


(10/10/2011 - L'Autre Distribution - Garage Pop - Genre : Rock)
Produit par

1- He Saved the Son / 2- Love and So on / 3- I'm a Shoegazer / 4- My Dad / 5- Turn them into Gold / 6- Compromises / 7- Magic Portion / 8- Sun Dog Trail / 9- Your Ennemy / 10- No Time to Mess Around
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Retour en bonne et due forme du power trio de Meaux"
Nicolas, le 19/11/2011
( mots)

L'épreuve du deuxième album s'avère toujours très difficile à relever, on ne vous apprend rien. Après avoir tout misé sur l'énergie scénique et une passion candide pour le garage rock sixties avec à la clé un Heart Burst jouissif et décomplexé, les Ladylike Dragons, toujours emmenés par la voix incroyable de Cindy Jacquemin, ont décidé de se calmer un peu et de placer ce Turn Them Into Gold sous le signe de la maturité. Un passage obligé franchi avec une certaine réussite.

Quand on ne possède pas de soutiens dans le microcosme du rock à la française, on est souvent condamné à une mort précoce. Or tel n'est pas le cas des anciens dragons olympiques qui, par la force de leur conviction et leurs impeccables prestations scéniques, ont réussi à imposer leur savant alliage de power garage à la Libertines et de pop à voix féminine enflammée. Pas étonnant, en fin de compte, que les dragons aient tapé dans l'œil d'une certaine Izïa , autre bout de femme de caractère également salué dans nos colonnes et qui les a emmenés avec elle sur ses premières parties. C'est également sans surprise que le successeur de Heart Burst s'est retrouvé produit par Sébastien Hoog, le guitariste de la fille Higelin.

Ce deuxième disque studio du power trio frenchie, s'il fait encore la part belle aux décharges énergétiques puissantes et racées de rock kinkesque ("He Saved The Son", parfaite entrée en matière dans la droite ligne de "My Needs Of Naughtyness", ou encore "Turn Them Into Gold"), rééquilibre désormais les forces en présence vers des tempos plus posés. En témoigne le single "Love And So On", surprenant de retenue dans le traitement vocal mais se révélant en fin de compte d'une parfaite pertinence. Certains morceaux possèdent une accroche un peu plus difficile et ne prennent leur plein envol qu'après plusieurs écoutes ("My Dad", très dépouillé et étranglé sur une corde mélodique lancinante). D'autres titres, enfin, gagnent leurs lettres de noblesse grâce au chant toujours aussi sublime de Cindy : "Compromise" est à ce titre réellement impressionnant, la bassiste y explorant des registres très émotifs avec une maîtrise qui laisse pantois. L'essai de balade bluesy ("Sun Dog Trail") se révèle également très réussi, il y a vraiment une histoire, une âme que l'on ressent presque charnellement sur se titre. Et même si les franciliens font preuve d'un certain recul à l'égard de leur notoriété naissante (Cindy allant jusqu'à chanter, sur le pétillant "I'm A Shoegazer", "Je ne cours pas après la célébrité / Tu ne me feras pas changer d'avis / Je ne veux pas voir mon visage sur leurs putains de magazines"), c'est tout de même le rock n' roll qu'ils embrassent dans son essence la plus pure sur "No Time To Mess Around", véritable déclaration d'amour à leur art.

Pour être honnête, Turn Them Into Gold serait une réussite littéralement incontestable sans quelques petits détails qui chagrinent toujours les esprits chafouins. Pourquoi, par exemple, avoir inclus un phrasé masculin très froggy dans le pont de "Love And So On" ? Quel est l'intérêt du très long solo de guitare, pas vraiment expressif, au demeurant, de "Your Enemy" ? Pourquoi le riff du couplet de l'emballant "Magic Potion" s'avère-t-il si quelconque, surtout en regard de la force de frappe de son refrain ? Il est certain qu'à force d'aimer un groupe, on en voudrait plus, toujours plus, et qu'on en oublierait presque l'essentiel : que Ladylike Dragons est désormais un acteur incontournable du rock made in France, statut que ce Turn Them Into Gold vient assoir avec une force sereine on ne peut plus évidente. Et surtout que ce disque a de nouveau propulsé les natifs de Meaux sur les scènes de France : qu'attendez-vous pour aller les découvrir sur leur terrain de chasse favori ?

Si vous aimez Turn Them Into Gold, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Ladylike Dragons


Heart Burst


Critique d'album

Ladylike Dragons


Sparkling Days


Critique d'album

Ladylike Dragons


Crazy Nerds


Album de la semaine
À lire également