↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Smashing Pumpkins


Mellon Collie and the Infinite Sadness


(24/10/1995 - Virgin - Rock alternatif - Genre : Rock)
Produit par Alan Moulder, Flood

1- Mellon Collie and the Infinite Sadness / 2- Tonight, Tonight / 3- Jellybelly / 4- Zero / 5- Here Is No Why / 6- Bullet with Butterfly Wings / 7- To Forgive / 8- Fuck You (An Ode to No One) / 9- Love / 10- Cupid de Locke / 11- Galapogos / 12- Muzzle / 13- Porcelina of the Vast Oceans / 14- Take Me Down / 1- Where Boys Fear to Tread / 2- Bodies / 3- Thirty-Three / 4- In the Arms of Sleep / 5- 1979 / 6- Tales of a Scorched Earth / 7- Thru the Eyes of Ruby / 8- Stumbleine / 9- X.Y.U. / 10- We Only Come Out at Night / 11- Beautiful / 12- Lily (My One and Only) / 13- By Starlight / 14- Farewell and Goodnight
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (78 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
""
Lulu, le 14/02/2005
( mots)

Propulsés aux sommets des charts dès 1993 grâce à leur album Siamese Dream et surtout grâce à leur tube "Today", les Smashing Pumpkins se devaient de concrétiser tous les espoirs que leurs nombreux nouveaux fans américains avaient placés en eux. Billy Corgan, chanteur, guitariste et surtout leader du groupe séquestre plus de six mois ses collègues pour des séances d'enregistrement interminables et infernaux pour accoucher non sans mal de ce double album magistral. Avec vingt-huit titres et plus de deux heures de musique, Billy Corgan prouve qu'il est un grand compositeur. Il signe les textes et les paroles de 98% de l'album et devant un si grand nombre de titres enregistrés, il décide de tout sortir et d'en faire un double qui serra vendu un petit peu plus cher qu'un simple.

Il place sur la première galette les chansons qui ressemblent le plus à leur album précédent, histoire de ne pas trop déstabiliser. On retrouve avec plaisir les tubes "Tonight, Tonight" et "Bullet With Butterfly Wings" qui n'ont plus besoin d'être présentés tellement ils sont passés sur les radios françaises. Le riff de "Zero" est monstrueux et donne envie de pogoter immédiatement, "An ode to No One" et "Jelly Belly" sont deux morceaux bien heavy qui dérideraient même un pitbull. Mais on retrouve la recette du succès des Smashing Pumpkins sur les autres chansons c'est-à-dire un mélange sucré salé, de jolies chansons lentes agrémentées par moments de guitares agressives et efficaces ("Porcelina Of The Vast Oceans" ou "Galapogos"). Certaines chansons sont très douces et arrangées avec des cordes (violons, harpe?) comme sur "To Forgive" ou" Take me Down" unique chanson écrite par James Iha. Les synthétiseurs et les distorsions de sons sont bien sur présentes avec par exemple le somptueux "Love", virage electro-rock qu'essayera de prendre le groupe après cet album avec nettement moins de réussite.

Mais aux dires de Billy Corgan, c'est sur le deuxième cd qu'un plus grand risque artistique est pris en essayant de créer des saveurs musicales nouvelles, des horizons lointains qu'ils veulent explorer avec délices. Si les deux premiers titres restent classiques et offrent deux bons rock bien grungy et noisy aux riffs d'acier ("Where Boys?" et "Bodies"), et si "Thirty-Three" est une chanson douce mais classique avec piano et guitare sèche puis quelques petits effets sonores discrets, c'est à partir de "In the Arms of Sleep" que des risques sont pris en faisant jouer une scie musicale par exemple. Ou alors sur "1979" (qui fut aussi un énorme tube) avec sa batterie imitant une boîte à rythme. Les jolis c?urs toujours très discrets de D'Arcy font de cette chanson un moment fort de l'album. "Tales of a Scorched Earth" et "X.Y.U" sont deux énormes cris de rage et de haine, avec des guitares monstrueuses et énormes. "Thru the Eyes of Ruby" ou "By Starlight" sont au même titre que "Porcelina of The Vast Oceans" des chansons lentes qui rappellent (surtout en concert) les années 70, moments où l'on perd la réalité et ou l'on traverse une sorte de long rêve brumeux et hypnotiseur. Toujours quelques essais électroniques et bidouillages ("We only Come Out At Night" qui sera les prémices de leur nouveau look gothique sur les albums suivants ou "Beautiful"). "Lily" est aussi une superbe mélodie très inspirée musiques des années 30. Et pour finir, une très belle ballade chantée par tout le groupe ("Farewell and Goodnight" se finissant par la même partie de piano sur laquelle l'album avait commencé deux heures plus tôt, le cercle est ainsi fermé).

Pour ceux qui l'ignoreraient encore, cet album est le chef d'?uvre des citrouilles écrasées, une richesse absolue retrouvée rarement chez d'autres groupes, tant du point de vue qualité que sur la durée. Enorme fut la réaction du public face à cet album qui en acheta des millions, énorme fut la tournée mondiale qui en suivit (le bonheur de voir dans la même soirée Radiohead et The Smashing Pumpkins aux Eurokéennes de Belfort en Juillet 97 !!) et énorme la déception des albums qui suivirent. Pas inintéressants mais certainement beaucoup moins aboutis que celui-ci.

Commentaires
Benzouille, le 07/11/2015 à 18:51
Adore et MAchina 1 & 2 sont géniaux aussi DSL! et je ne parle meme pas du coffret 5 maxis cd ou il ni a rien a jeter..........
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

The Smashing Pumpkins


Oceania


Critique d'album

The Smashing Pumpkins


Zeitgeist


Album de la semaine
À lire également