↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Metronomy


The English Riviera


(11/04/2011 - Because Music - électro-pop - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- The English Riviera / 2- We broke free / 3- Everything goes my Way / 4- The Look / 5- She wants / 6- Trouble / 7- The Bay / 8- Loving Arm / 9- Corinne / 10- Some Written / 11- Love underlined
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (19 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Soyez-en sûrs, avec cet album, Metronomy peut vous faire passer un bel été !"
Laura, le 09/05/2011
( mots)

Stop. Ne cherchez plus, voici la bande son de votre été. Léger et sucré comme un esquimau au citron dégoulinant sur votre poignet à la buvette de la plage, la production, quasiment irréprochable, avouons-le de suite, de Metronomy est à ne surtout pas manquer dans les mois à venir, que vous travailliez ou que vous vous la couliez douce dans un bungalow sur la côte. Les onze titres de The English Riviera s'enchaînent avec une agréable douceur et une certaine homogénéité, comme un paysage défilant par la fenêtre d'une voiture. Et il n'en fallait pas plus pour soulager nos cœurs secoués par l'agitation urbaine. Ce côté musique de plage alanguie ne sera pas sans rappeler Best Coast ou Family of the Year. Mais il ne s'agit pas uniquement que de ça. Metronomy réalise avec cet album une véritable pépite de pop-music, simple et maîtrisée, qui remet les sonorités kitsch et les synthés fermement au goût du jour. Si ce genre vous faisait déjà horreur (ou plaisir, c'est au choix), et alors qu'on pouvait le sentir décliner, sachez qu'il revient en force avec Metronomy et qu'il semble encore avoir de beaux jours devant lui.

 

La beauté de The English Riviera est subtile, il ne faut pas s'attendre à se prendre une rouste à la première écoute. Les quatre anglais prennent le temps de nous installer confortablement dans nos chaises longues avant de nous en faire tomber. En réalité, on peut même rester perplexe, voir de marbre après la première écoute de l'album. Et pourtant, on en redemande, encore et encore, jusqu'à ne plus pouvoir se passer de la galette. Les rythmes, parfois langoureux ("We Broke Free", "Some Written"), parfois furieusement dansants ("The Look", "The Bay", "Corinne"), sont dépouillés jusqu'à apparaître dans un habit propre et sobre, mais diablement efficace. Tout semble maîtrisé et calibré au son près dans les compositions, et le plaisir vient de cette capacité qu'a le groupe a placer les bonnes sonorités là où il le faut, et à laisser respirer chaque instrument. Ainsi, par exemple, la basse est particulièrement délicieuse sur "The Look". De plus, les voix, pas trop envahissantes, participent véritablement à l'ambiance tranquille et enveloppante de l'album.

 

Cependant, il faut bien l'avouer, certaines pistes sont bien moins efficaces que d'autres. C'était le risque, avec des chansons pop kitsch misant sur la simplicité. A titre d'exemple, "Loving Arm", étrange, malgré quelques passages synthé vraiment bons, laisse sceptique mais ne séduit pas vraiment. Tant pis, il y a bien assez sur The English Riviera pour occuper notre attention ailleurs, et il paraît que la perfection n'est pas de ce monde. Metronomy, derrière ses allures de groupe de hipsters bien lookés comme tant d'autres, est, notamment grâce au talent indéniable de Joseph Mount, un groupe de qualité qui s'en sort avec la mention très bien. The English Riviera mérite de ne pas passer inaperçu, et, contrairement à ce que pourrait le faire penser sa pochette, n'est pas fait que pour la période estivale, et a tout le potentiel pour ne pas se faire oublier de sitôt.

Si vous aimez The English Riviera, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également