↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Queen


Innuendo


(04/02/1991 - - Glam Rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Innuendo / 2- I'm going slightly mad / 3- Headlong / 4- I can't live with you / 5- Don't try so hard / 6- Ride the wild wind / 7- All god's people / 8- These are the days of our lives / 9- Delilah / 10- The hitman / 11- Bijou / 12- The show must go on
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (67 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Tout le savoir faire de Queen est réuni dans cet album à ne jamais oublier."
Lulu, le 10/11/2005
( mots)

L’album des adieux. Depuis plusieurs années, on savait que le groupe Queen était rongé par un mal inconnu. L’absence du groupe sur scène depuis 1986 et les rumeurs de plus en plus persistantes ne laissaient présager rien de bon. C’est peu avant la sortie de ce baroud d’honneur nommé Innuendo en 1991 qu’on apprend la maladie dont souffre Freddie Mercury, le SIDA. Le chanteur a voulu jeter ses ultimes forces non pas dans la dépression mais dans la réalisation de cet album magique et magnifique à plusieurs niveaux. Reprenant (enfin) le chemin du rock et délaissant les égarements disco/funk/dance des années 80, le groupe se ressoude une dernière fois derrière la guitare de Brian May et derrière des compositions écrites en commun.

L’album commence par une pièce maîtresse de plus de six minutes, “Innuendo”, alternant roulements de tambour, couplet et refrain bien rock, ambiance plus calme et feutrée pour déboucher ensuite sur un superbe solo de guitare sèche hispanique puis un bref moment de magie avec des choeurs que l’on croirait venus du ciel, un passage presque métal et une fin qui reprend le refrain du début de la chanson. Le coté progressif rappelle évidemment “Bohemian Rhapsody”, le piano en moins mais avec le même niveau de création. On retrouve ensuite le bon Hard Rock de Queen des années 70 avec “Headlong”, “Ride The Wild Wind” ou encore “The Hitman” couplés aux paroles humoristiques et parfois très légères. Plus calmes, “I’m Going Slightly Mad” et “I Can’t Live With You” restent toujours dans la veine du rock comme Queen sait si bien le faire, en lui insufflant un côté magique, de nombreux effets sonores, des choeurs sublimes, encore et toujours.

Les chansons douces ne sont pas en reste avec “Don’t Try So Hard” qui arrive à sublimer la voix de Freddie Mercury soutenue par de grandes nappes de synthétiseur. Une puissance vocale qui, même diminuée au niveau de la force, reste une des plus belles voix de l’histoire du Rock et sait une fois de plus nous émouvoir. On retrouve aussi ici la guitare cristalline unique de Brian May mais encore plus dans le presque instrumental “Bijou”, ce son aigu, précis, aidé par un léger écho qui transcende l’auditeur dans un monde à part, celui de la beauté absolue, le voyage d’où on ne voudrait jamais revenir. Il n’est pas vraiment utile de se pencher trop longuement sur le tubissime “The Show Must Go On”, excepté pour signaler qu’il est une sorte de testament pour les générations à venir, leur demandant de ne jamais arrêter le spectacle, chose qui comptait énormément pour Freddie Mercury.

La poétique “Delilah” est une ode presque amoureuse de Freddie pour son chat qui lui donne la joie et l’innocence dont il a grand besoin. Il ne se gène pas non plus pour crier de grands “miaaaous” sur la fin de la chanson lui donnant un petit côté déjanté et drôle. “All God’s People”, malgré ses nombreux choeurs gospel, n’est pas à la hauteur des autres chansons et reste un peu sur la touche. C’est dommage car elle marque avec “These Are The Days Of Our Lives” un côté pop et enjoué dont se régale Mercury dans un rôle de crooner irrésistible qui lui colle à la peau.

Malgré cette indéniable réussite artistique, musicale et financière, la mort de Freddie Mercury quelques mois après la sortie d’Innuendo fait planer sur cet album un fantôme de mélancolie et de tristesse là où Queen avait essayé de ne montrer que de l’humour, du positif et du sublime. Derrière le maquillage du clown de la pochette se cache une dure réalité à admettre : le monde du rock allait perdre un de ses représentants les plus doués.

Commentaires
Aio, le 04/12/2018 à 21:47
super album, groupe légendaire, que dire de plus.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Queen


A Night At The Opera


Critique d'album

Queen


Sheer Heart Attack


Critique d'album

Queen


Greatest Hits I


Album de la semaine
À lire également