Critique d'album


Allelujah ! Don't Bend ! Ascend ! de Godspeed You ! Black Emperor

Godspeed You ! Black Emperor

Allelujah ! Don't Bend ! Ascend !

(01/10/2012 - Constellation - Genre : Post Rock - Producteurs : Godspeed You ! Black Emperor)
1- Mladic / 2- Their Helicopters' Sing / 3- We Drift Like Worried Fire / 4- Strung Like Lights At Thee Printemps Erable
La note des internautes :
4.2 / 5 (5 votes)

Par Geoffroy
(Publié le 17/11/2012)
Note
La note de l'auteur :
3.5 / 5

« Si la pièce est mauvaise, si le film ne raconte rien, si la représentation est dépourvue d'intérêt, collez-moi une dose massive de thérémine. Je me croirai sensible au spectacle alors qu'il ne s'agira que d'une réaction tactile aux vibrations. Mais je m'en fiche. Tout ce que je réclame, c'est de la distraction. » 

Je n’écoute pas de musique pour la distraction. Mais si notre appréciation d’une œuvre ne dépend que du stimuli qu’elle nous procure - réminiscence d’un souvenir, sentiment ancré, vibrations narcotiques - sommes nous capables d’apprécier cette œuvre à sa juste valeur, en tirer la réelle essence sans se laisser dévier par des éléments extérieurs ? Je lisais à nouveau Fahrenheit 451 de Bradbury dont les phrases du dessus sont tirées, et feu ce con m’a fait me poser des questions. Des questions qui m’ont aidé à démarrer cette chronique et qu’on se pose souvent à l’écoute d’un disque tout frais dont on arrive définitivement pas à dire ce que l’on pense, noyés dans les limbes du comparatif. Le pire ici étant que je n’ai jamais été foutu de savoir si j’aimais vraiment Godspeed You ! Black Emperor.

 
Je dirais que oui, du moins c’est la réponse que je donnerais instinctivement si on me posait la question. Je n’en connais pourtant qu’une infime part, décrochant toujours à la sixième minute du deuxième titre après déjà une demi-heure d’écoute… et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Je sais cependant profiter un max de ce que j’entends avant de décrocher, mais est-ce suffisant pour en juger ? Les Canadiens sont à mes yeux de ceux qui ont le mieux acquis la notion de montée dans la musique moderne. Etirant la chose sur de longues minutes riches et denses, explosant finalement au détour d’un énième cycle, le souffle finit par vous emporter, infailliblement, jusqu’au dernier frisson de la chute et ce même si la suite de l’album vous laisse de marbre. Je me demande alors si le stimuli de la montée est la seule chose qui me fasse aimer Godspeed You ! Black Emperor. Je ne pense pas. J’aime leurs mélodies, j’aime aussi leur son. Mais il est possible que la puissance et l’intensité d’une montée souvent présente dès le premier titre de l’album me rende complètement impuissant et aveugle face à la suite du disque et ses drones politisés qui finissent par m‘assommer. Saturation émotionnelle, ça existe. Et si les morceaux appellent bien souvent à cette voie céleste en redoublant de tension, ils ne la relâchent pas de manière scolaire et donc me laissent parfois seul, transi et vibrant, sans aucun espoir de relâchement. De quoi me frustrer sévèrement alors je balance Neurosis…

Imaginons ensuite que j'aie fumé trop de joints et que je trouve à la première écoute ce Allelujah ! Don’t Bend ! Ascend ! splendide et majestueux. Quelle valeur aurait mon jugement sobre futur puisque déjà altéré par la substance lors de la découverte ? On observe bien trop de formations jouant uniquement sur le fait que leurs auditeurs seront raides déchirés, ça n’en fait pas pour autant de bons groupes. De même, si j’étais un grand fan de Godspeed You ! Black Emperor depuis leur ascension de la fin des nineties, serais-je serais conscient qu’une attente de plus de dix ans dévierait fatalement mon jugement dans une direction particulière à la venue du messie, au point de n’en savoir quoi penser réellement ? Le fait est que ce problème revient souvent quand un disque est attendu au tournant et rares sont ceux qui ne regrettent pas leurs première paroles peu de temps après. 


Alors pour finir avec ces questions sans fin qui me foutent le doute depuis le début de l’album, je vais être franc et spontané, pour ce que ma subjectivité a de valeur. "Mladic" est une tuerie sans bornes à se faire effondrer tout repère extérieur tant les lignes noires et flamboyantes sont contrastées et éloquentes - pas un brin de longueur ressentie en vingt minutes. Brillant. Le reste sinue joliment entre un flux prenant et un bourdon dynamique mais parfois fatigant. Fatigant dans le sens où l’on tend l’oreille en vain pour chercher quelque chose qu’on ne trouvera pas ou plus. Une fois encore, c’est mon problème, pas forcément le votre. 

Allelujah ! Don’t Bend ! Ascend est le premier album de Godspeed You ! Black Emperor que j’arrive à encaisser dans son intégralité et même s’il devait s'avérer être le plus mauvais du groupe du discours d'une oreille objective et érudite, il serait cependant mon préféré puisque réussissant l’exploit de ne pas une moindre fois me perdre dans ses méandres. Demain, je le lancerai dans le teint clair-obscur de ma chambre au coucher du soleil après une bouteille de Bourgogne, je verrai ce que j’en pense. 


Commentaires