↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Interview : Blankass


Emilie, le 02/03/2012
En ce mardi 21 février, je descends de mon train le soleil dans l'iris non pas pour aller fêter mardi gras dans les rues de Bourges, mais bien pour aller à la rencontre d'un certain Guillaume Ledoux, Ce n'est pas autour d'un verre de blanc c... (trop facile la boutade), mais plutôt confortablement écrasés dans les fauteuils d'une petite maison de bois, que j'ai rendez-vous et pas au hasard avec le chanteur de Blankass pour lui poser les questions qui se sont grattées presque toutes seules sur plusieurs morceaux de papiers volants, depuis que j'ai l'album entre les oreilles. Nada Surf en fond sonore, soleil dans le dos, et décontraction sont visiblement les ingrédients d'un bon moment à Chevals.


Guillaume, on peut dire que Les chevals est moins pop que Elliott ou L'Homme Fleur vos précédents albums, est ce que c'est ton projet solo qui a permis de laisser décanter tout ça et repartir sur des bases nouvelles ?

Oui oui, enfin pas seulement le mien mais les deux projets solo. Je pense que sinon il n'aurait pas été pareil du tout. Le fait que Johan ait été au bout de ses envies pop avec son projet Georges, et que moi je sois allé au bout de mes envies chanson avec Cédric en piano voix (NB : Guillaume Ledoux) a changé quelque chose. Dejà moi je me suis plus mis à la musique, je me suis mis à composer donc j'ai eu un autre regard sur la musique et sur la composition, et Johan lui ça l'a forcé à se mettre à écrire donc pareil il a eu un autre regard sur l'écriture, et je pense que ces deux expériences là, en se mélangeant, ont fait que l'album est comme ça aujourd'hui. Tu vois par exemple ''L'empreinte'', c'est une super chanson dans l'album et c'est Johan qui a fait les paroles et la musique , et ça c'est nouveau dans les Blankass. Et je pense que effectivement, si on s'était pas un peu forcé à aller faire nos trucs solo chacun de notre côté il n'y aurait pas eu des chansons comme ''l'Empreinte'', ça c'est sûr. Et puis ne serait ce que la rencontre avec Sabine et Pierre, si Johan n'avait pas fait Georges, on ne les aurait pas rencontrés et aujourd'hui ils apportent vraiment quelque chose au groupe, du sang jeune


Ils étaient là pendant la composition de l'album ?

Oui ils étaient là mais on a vraiment composé l'album tout les deux avec Johan. On s'y est vraiment mis tous les deux chaque jour au studio


Vous vous étiez pas dit par exemple à la fin de la tournée du live Un concert, que vous partiriez vers une telle couleur d'album pour le prochain, même sans savoir quand il verrait le jour ?

Ah non ! Non parce qu'on avait vraiment pas prévu de le faire cet album. On était réellement en train d'enregistrer au studio nos albums solo, et Johan avait presque fini d'enregistrer le sien, moi j'avais cinq ou six titres, d'ailleurs on était en train d'enregistrer des chansons pour moi, quand Johan m'a dit entre deux prises ''tiens regarde j'ai deux idées de chansons pour le futur de Blankass'' mais sans savoir quand ce serait quoi .. Et donc il m'a fait écouter ''King of the world'' et ''J'attends depuis si longtemps'' je crois, on a travaillé dessus, moi j'ai écrit des textes, on les a enregistrés puis on en a fait un troisième, puis un quatrième, un cinquième, bref on s'est rendu compte qu'on était en train de faire l'album. On a vraiment rien calculé et c'est pour ça qu'il est comme ça d'ailleurs ! On a gardé tout ce qui venait, la plupart des morceaux dans l'album sont des premières prises, dès qu'on avait une idée on l'enregistrait et si ça nous plaisait on gardait. C'est ce qui fait que les morceaux sont hyper spontanés et c'est vraiment bien parce que avant quand on enregistrait un album, la maison de disque louait un studio, on prenait trois semaines de studio donc on arrivait avec des morceaux très travaillés on savait ce qu'on allait faire. Et souvent on avait déjà maquetté les morceaux donc finalement on les ré-enregistrait une deuxième fois et ça perdait en spontanéité. Maintenant je pourrais pas travailler autrement que dans notre propre studio.


J'ai lu, notamment sur le forum de votre site, que l'idée de faire un album dans le style de ''La faille'' (Elliott) aurait été évoquée il y a quelques années … ?

Je me rappelle pas avoir dit ça en fait, mais c'est possible, je me souviens en avoir eu l'envie ça oui. Mais là finalement il est même pas comme ''La faille'', peut être un petit peu mais Les Chevals je pense que c'est vraiment l'album qu'il fallait faire, il fallait pas refaire un album Blankass qui soit un mélange de L'Homme Fleur et d'Elliott, il fallait vraiment faire quelque chose de nouveau et même au niveau des textes, j'avais vraiment l'impression de tourner en rond à raconter des histoires avec un début un milieu une fin, comme j'ai souvent fait quoi. Là traiter ma voix comme un réel instrument, c'est à dire que dans certaines chansons ma voix est là uniquement pour le côté mélodique, sans penser forcément à raconter quelque chose de précis, c'est la première fois qu'on fait ça. Tu vois par exemple dans ''Rendez-vous'', répéter 15 fois ''il n'y a pas de rencontre au hasard il n'y a que des rendez-vous'', je l'aurais pas assumé avant. A partir du moment où tu décides que le chant sera aussi un des instruments, tu peux tout te permettre, tu peux faire ce que tu veux et ça c'est vraiment nouveau et moi ça m'a ouvert des portes … et je suis content d'avoir ''désappris'' à écrire pour me tourner plus vers des sons que vers du sens.


Ta voix est pas mal trafiquée sur plusieurs morceaux aussi

Elle est pas tant trafiquée que ça en fait, les moments où on a l'impression qu'elle l'est c'est que j'ai chanté les passages deux fois, c'est doublé en fait et il n'y a pas d'effet, j'ai juste chanté exactement pareil sur deux pistes différentes et effectivement on a l'impression qu'il y a un gros effet mais c'est juste qu'il y a deux Guillaume -rires.


Et justement par rapport aux textes, il y en a qu'une qui me fait vraiment penser à ce que tu écrivais sur les autres albums, c'est ''Je me souviens de tout'' avec une sorte d'histoire un peu floue que chacun adapte à sa sauce

Ouais ouais, je dirais celle là et ''Toi tu marches''où il y a une histoire, il en fallait quand même un peu. Puis tu vois il y a des titres où Johan avait déjà écrit les refrains donc c'était interressant aussi d'écrire à deux mains, moi les couplets et lui les refrains. C'est vrai que là on a jamais autant écrit tout les deux, vraiment. C'est pour ça qu'il y a cette pochette aussi parce que à un moment on s'apprêtait à refaire des photos tout les six où on sait très bien que ça tourne en rond, les photographes en ont marre aussi de prendre nos six têtes ensemble, du coup quand on a eu cette idée là, d'être tous les deux, les quatre autres (Nb : Cédric Milard, Charlie Poggio, Sabine Quinet et Pierre Simon) ont dit oui carrément, et ça s'est fait comme ça.


Et puis surtout ça colle bien avec l'ambiance de l'album

Ouais c'est vrai, exactement


Tu as dit que cet album était ''une bouteille à la mer'' et que ''tout ce qui entoure cet album n'a rien de stressant''

Oui parce qu'il n'y avait aucune pression puisque c'était pas prévu, donc on n'avait pas d'attente de la part d'une maison de disque, il y avait pas d'urgence quoi. Quand je dis une bouteille à la mer c'est se dire on va balancer ce qui nous vient sans calcul. On a tiré sur un fil, au bout il y avait plein de chansons on s'est dit tiens qu'est ce qu'on en fait, bon ben on fait un album. Il n'y avait pas de calcul de carrière en se disant on va relancer ci ou on va relancer ça, pas du tout quoi. C'était un rendez-vous au hasard même si on dit qu'il y a pas de hasard -rires


Avec les premiers albums Blankass, surtout l'éponyme et L'Ere de rien, on disait que vous étiez un groupe pas dans l'air du temps, pas dans la mouvance de ce qui se faisait, et cette étiquette vous colle à la peau. Seulement là avec Les Chevals, cet électro-pop on le retrouve quand même pas mal aujourd'hui, vous êtes moins en décalage si je puis dire

Ah oui oui carrément, mais à un moment t'en as un peu marre qu'on te dise ''ce qui vous faites c'est inclassable'' -rires

Ah ouais mais c'est bien aussi parce que ça sort du lot !

Oui c'est bien mais finalement tu te rends compte que ça te dessert aussi. Quand les mecs ne savent pas s'il faut te classer dans la case chanson ou dans la case rock eh bien ils te classent pas comme ça ils se trompent pas, et ça on s'en est rendu compte bien souvent. Mais en même temps on a pas essayé de coller à un truc, l'humeur du moment a fait que cet album est un peu pop-electro et tant mieux parce que c'est une bonne surprise. Après tu vois on a pas mis tous les titres, il y en a qu'on a sous le coude, qu'on a travaillé pour cet album là et qui sont vraiment beaucoup plus bizarres et barrés, où on a essayé de casser la structure couplet/refrain/couplet/refrain. Il se trouve que quand on eu ces dix titres là on a trouvé que ça faisait un bel ensemble du coup on en a mis deux ou trois de côté mais qui seront sûrement utilisé pour le prochain album. Je pense que j'aimerais bien aller vers quelque chose de plus libre encore, sortir des moules et structures habituelles


C'est ce qui dénote le plus disons

Ouais voilà, j'aimerais bien aller vers quelque chose de plus 'ovni' mais tout en restant accessible. Parce que j'avoue que moi je suis 'middle of the road' dans la musique, j'aime bien les trucs barrés mais quand ça devient un peu trop expérimental je peine. Par exemple j'ai décroché de Radiohead parce que ça me fait plus grand chose, alors que j'ai tellement aimé ce groupe et surtout Ok computer que le dernier j'avoue qu'il me touche pas beaucoup. Par contre je les envie d'être allé contre toutes ces structures et avoir complètement déstructuré les chansons. J'aimerais aller plus vers ça effectivement plutôt que coller à quelque chose de pop qui finalement n'est pas mon créneau même si on aime bien ça, on est fan d'Oasis, Nada Surf, tout ça, mais voilà. Je pense qu'on a envie de plus en plus de faire des chansons qui vont nous procurer des émotions intenses sans se poser la question de savoir si ça va marcher en radio ou quoi.



Mais je pense que vous vous en approchez pas mal oui, parce que personnellement je suis beaucoup plus sensible aux arrangements et à la musique en elle même qu'aux paroles, et là on se fait plaisir et à chaque morceau je suis servie

Ah bah là c'est sûr, mais avec Johan on avait envie de faire quelque chose de musical, vraiment. Avoir quelque chose d'hyper dansant où les gens pouvaient faire les cons dessus sans se poser de questions, pas forcément écouter une histoire qu'on raconte, et ça je pense que ça manquait dans le groupe. Je suis content qu'on ait réussi à le faire, ou tout du moins qu'on tende plus vers la sensation que la ''littérature''


Là ça fait une bonne transition parce qu'on écoute quelque chose de nouveau tout en réussissant à se retrouver dans ce que vous faisiez avant

Ouais voilà exactement, mais on a même pas essayé de faire une transition, on a suivi notre inspiration et il faut en profiter, c'est pour ça qu'on a arrêté les albums solo parce que c'est pas l'envie qui nous manquait, moi j'avais envie de finir mon album, le mixer et le sortir, mais par expérience avec Johan on sait que quand les morceaux sont là il faut pas les laisser passer, c'est vraiment un truc qui se chope au moment, il n'y aura pas de deuxième passage !


Dans un reportage diffusé il y a pas si longtemps, On a retrouvé la mémoire, tu disais que Blankass c'est ''faire du rock avec des instruments acoustiques''

C'était l'idée qu'on avait au début oui, maintenant je pense c'est l'album d'un groupe rock tout simplement. On aimait bien tous ces instruments là un peu acoustiques, banjo guitare mandoline flûte accordéon et tout ça, et l'idée était de se servir de tout ces objets et faire quelque chose qui envoyait mais pas forcément être classé dans le folk, même si à la fin tu les mets tous ensemble et ça sonne folk, mais nous voulait pas se définir comme tel parce que je pense que les pointus de la folk auraient pas forcément apprécié les concerts Blankass qui étaient déjà très électriques. Mais pourquoi pas faire revenir tous ces instruments un jour, on sait pas, l'accordéon n'est pas présent sur cet album là mais il est encore dans le studio et sur scène pour les anciens titres. Pour cet album là on n'a pas trouvé qu'il y en avait besoin mais pourquoi pas dans le prochain ? Ce qui serait rigolo serait de faire une sorte de pop électro avec ces instruments là, on peut très bien faire des boucles et sampler un banjo une mandoline, trafiquer ça et faire quelque chose de nouveau, tout est possible avec la musique ! Même si tout a déjà été un peu fait.


Et justement pour les concerts à venir, est ce que vous allez replonger dans les ambiances des albums, ou plutôt revoir les morceaux au goût des Chevals ?

Non non on va plutôt réarranger les anciens sans pour autant les dénaturer complètement parce que j'aime pas quand je vais voir un artiste et que je reconnais même pas son plus grand titre, ça me fait chier -rires, mais disons qu'ils seront plus électriques oui !



Si on se penche plus sur les titres, pour ''J'attends depuis si longtemps'' tu expliques que c'est un morceau pour les gens qui vous suivent, mais tu l'as écris vraiment pour eux ou c'est une interprétation possible ?

Johan m'a fait écouter la musique il n'y avait pas de texte dessus et quand j'ai commencé à écrire oui j'avais cette idée là de parler à tous nos potes, de dire tout ce qu'on a fait ensemble depuis si longtemps, mais la première mouture du texte était un peu trop précise. Et après c'était plus écrire par des phrases un peu floues, une histoire d'amour qui dure depuis si longtemps quoi


''King of the world'' est pas mal en anglais, c'était pour coller avec l'ambiance de l'album, ou pour se faire plaisir, ou … ?

C'est parce que Johan avait déjà écrit le refrain en fait, et un refrain comme ça en français ça aurait pas sonné aussi bien, et puis c'était à une époque où Victor le fils de Johan était comme un malade avec un mec qui s'appelle Rey Mysterio, il parlait que de lui c'est un catcheur mexicain il a passé la frontière et il est devenu une star aux Etats-Unis, c'était surement un clandestin donc son destin est génial tu vois. Et Johan a eu envie de parler de ce gars là et ça sonnait bien en anglais, mais c'est vrai qu'on ne l'a jamais vraiment fait, on a chanté parfois quelques chansons en anglais sur scène, c'était des reprises, et ça fait longtemps je pense qu'on en avait envie et là l'occasion s'est présentée avec un refrain qui sonnait rock'n'roll.


Dans ''Killer Inside'' et dans ''Summertime'', je trouve qu'on tourne autour d'un ''elle'', on ne sait pas trop qui c'est ni ce que c'est, comme dans ''la faille''

Ouais, en fait ''Killer inside'', c'est se dire qu'on a tous quelque chose en nous de très méchant et l'histoire de la chanson c'est quelqu'un qui essaye de juger et de jauger ce qu'il a en lui, comme un alien. Mais ça je crois que c'est un sujet que j'ai déjà utilisé et qui me passionne, parce que tu vois je me rends compte que j'ai déjà abordé ce thème là dans ''C'est moi'', et justement c'est ça, c'est quelqu'un qui parle qui dit 'je suis en toi et quand tu cries c'est moi qui parle'. Donc là oui, c'est une extension, un approfondissement de ça sauf que là on va jusqu'au meurtre. Johan avait le titre, il l'a trouvé juste après que je lui ai offert la biographie de Phil Spector, et tu sais Phil Spector c'est un producteur de son américain qu'on adore, il a produit des tonnes et des tonnes de trucs, c'est lui qui a inventé le mur du son, mettre dix guitares en même temps, il a aussi bien produit les Ramones que Instant Karma de John Lennon et beaucoup d'autres dans les années 60, et c'est un mec qui a toujours été un peu fou, il enregistrait avec un flingue sur la console tu vois ! Et dans les années 90 est arrivé ce qui devait arriver il a flingué quelqu'un et aujourd'hui il est en taule pour meurtre, et Johan a eu l'idée d'un titre autour de ça, il a juste fallu développer quoi.


D'accord ! Bon et j'ai une question qui me taraude, à la fin de ''Je me souviens de tout'' on a des bruits de pas, de voiture dans du gravier etc .. Pourquoi ? Je cherche un éventuel sens avec le morceau d'après mais je trouve pas ..

Ça c'est Johan qui rentre dans le studio et je sais pas pourquoi .. C'est le côté Les Chevals, en fait pendant la tournée du live on a beaucoup regardé des Monty Python dans le bus, et il y a souvent entre deux sketchs des sons du style des bruits de gens qui rentrent dans des pièces, du coup on a eu envie de mettre des trucs comme ça, comme à la fin de l'album où on entend Churchill qui dit ''bonne nuit'', il parle sur Radio Londres et il dit aux français ''bonne nuit, attendez l'aube car l'aube viendra'' enfin voilà c'était rigolo ..


Ah oui d'accord, moi je cherchais un lien, je me suis creusé le cerveau alors que pas du tout !

Non non c'était juste ''Monty Pythonesque'', et jusqu'au titre ''Les Chevals'', on voulait quelque chose un peu dans l'absurde puisqu'on était dans l'imprévu déjà avec l'album, eh bien on a voulu pousser là dedans. Mais il y avait pas plus de lien à faire -rires. En fait si tu veux savoir il a mis un micro dans le studio et un micro dans la cour dans les cailloux, il a lancé l'enregistrement, il a pris sa voiture il est revenu donc on entend sa voiture qui s'arrête, il descend et on l'entend marcher, entrer et appeler et c'est tout -rires


Je suis donc ridicule -rires. Bon parlons du mixage avec Mark Plati, comment ça s'est passé ? La rencontre, le mixage …

En fait ça faisait un an qu'on parlait de Mark Plati, quand on a enregistré l'album et que Johan a fait les mises à plat on s'est dit que ça pourrait être un album pour Plati vu ce qu'il a fait avant (Bashung, les Rita Mitsouko, Gaetan Roussel …), sauf qu'on avait absolument aucune idée de où joindre ce monsieur -rires, on avait sûrement pas non plus le budget pour, et en parlant avec notre éditeur Firmin qui est belge, on lui dit que voilà on aimerait bien contacter Mark Plati et il nous a répondu ''je le connais très bien'' (nb : l'imitation est intranscriptible mais très réussie !) -rires, et donc il a dit je l'appelle tout de suite. On en revenait pas tu vois, c'était un hasard fou, il y a plein de hasards dans cet album qui sont vraiment des rendez vous. Donc il appelle Mark Plati et il lui dit qu'il est à Paris pour mixer l'album solo de Catherine Ringer. Trois jours plus tard on rencontre Mark Plati, on lui fait écouter les titres il a craqué dessus et il a dit j'adore, je mixe. Il est donc parti mixer ça dans son studio à New York, il a fait de gros efforts financiers pour le faire il a été royal, vraiment. On est pas allé à New York, mais il nous envoyait tous les jours des mix, on s'appelait, dès qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas dans l'heure d'après il corrigeait, il renvoyait une version … et j'ai enfin appris ce qu'était un YouSendIt -rires. Mais c'était super rigolo parce que dès qu'on avait un nouveau message on était super pressé d'écouter le nouveau mix !


Et donc ça collait bien à vos attentes ?

Ah oui carrément ! Puis en plus ça collait bien parce qu'il travaillait la nuit, donc nous on pouvait l'appeler sans soucis, c'était un peu comme si on était en studio avec lui finalement. C'était super, et on regrette pas du tout parce que tu vois par exemple, avant je me disais est ce que ça vaut la peine qu'il mixe tout l'album parce que je me disais qu'il y en avait la moitié de déjà mixés où on pouvait rien faire de plus. Et quand j'ai entendu ses versions à lui c'était dix fois plus beau quoi !


Tu dois te sentir un peu petit !

Mais ouais -rires, puis il y a pas à dire les américains font un son incroyable alors qu'ils ont le même matos que nous ! Enfin lui en a sûrement plus que nous du matos -rires mais n'empêche que ce sont les mêmes machines, sauf qu'ils ont un truc rock'n'roll en plus, ils savent le faire sonner quoi …


--------------

Encore un grand merci à Guillaume pour cette fin d'après midi et à Footeuz pour ses fauteuils !


Le site de Blankass
Leur facebook

La critique des Chevals sur Albumrock

Sans oublier que Blankass seront à la Cigale le 6 avril 2012 !
En savoir plus sur Blankass, Guillaume Ledoux
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !


TalkTalk - Messagerie privée en direct