↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Interview Stereolive


Pierig, le 26/01/2008
Stereolive, histoire simple d'un groupe de potes, réunient dans un but précis, celui de s'éclater et de nous offrir un rock simple et efficace, énergique et jouissif. Nos 4 parisiens découvrent actuellement les joies des scènes hexagonales et étrangères avant de franchir une marche toujours délicate, la sortie d’un premier album. Rencontre avec les 4 membres (Astor, Arvo, Malouf et Loura) du groupe dans les loges intimistes du Showcase.


Pouvez-vous me raconter rapidement votre rencontre et la formation de Stereolive ?
On s'est rencontré dans un club échangiste (rires). Non sérieusement, on était tous dans le même lycée. Tous dans le même trip. Et puis ça a vraiment collé rapidement entre nous.

Un rock garage cru, des influences particulières.
On aime bien The View , les Fratellis. Ce sont des influences plutôt actuelles. Bien sûr on s'inspire d'anciens groupes comme The Clash , The Who par exemple mais c'est vrai que l'on est plus proche de groupes comme The Hives ou les Arctic Monkeys. Sans oublier les Hushpuppies qui est l'un des meilleurs groupes rock français actuellement.

Vous sentez-vous pris dans un mouvement, un courant rock parisien, très gibusien ?
Absolument pas. On essaye justement de s'en démarquer. On les a côtoyés et on n'a pas l'impression d'être dans le même état d'esprit qu'eux. C'est vrai qu'il y a une certaine scène qui s'est créée à un moment donné, sans doute parce qu'ils étaient originaires du même endroit. A la base, on était contre le truc "faire du rock pour faire du rock", c'est un peu ridicule. Il y a tout de même quelques groupes qui sont sympas, qui font de la bonne musique dans le lot. Les gars de Neimo notamment que l'on croise occasionnellement et avec qui on s'entend vraiment bien. Mais c'est vrai que l'on préfère vraiment la scène parisienne décalée, comme les Dodoz par exemple que l'on adore.

La démarche auprès des maisons de disques a commencé ou vous voulez d'abord emmagasiner un maximum de confiance et d'expérience ?
Non, pour l'instant ça reste vraiment un loisir. On prend énormément de plaisir à enchainer les concerts. Pour l'instant c'est plus des trip entre potes mais évidemment si un jour on a une proposition, on n'hésitera pas. Mais pour le moment, ce n'est pas le cas.

Un mot sur l'écriture et la composition.
C'est collectif. On a tous des idées en français au départ. On s'arrange par la suite pour les traduire en anglais. Chanter en français n'irait vraiment pas avec notre genre de musique.

Une tournée de prévue ? Ca vous tenterait de vous exporter un peu ?
On a déjà fait quelques dates en dehors de Paris. On a fait Lyon, Amsterdam. Ca s'est vraiment super bien passé. Là on a des dates de prévues à Reims et Bruxelles. Le truc c'est que l'on a joué énormément sur Paris, et ça nous fait du bien justement d'exporter notre musique. Le public est différent, l'ambiance est différente. Mais il n'y a pas de doute, le Showcase est vraiment la meilleure salle que l'on est faite avec des techniciens géniaux et un son terrible.

Quels sont vos projets à venir ?
On travaille en ce moment la musique d'une pièce de théâtre de Nicolas Morvan, "Disco Pigs". C'est vraiment un énorme projet pour nous. Ce sera courant février, la pièce est en train de se monter progressivement.

Comment voyez-vous cette nouvelle année 2008, musicalement parlant, du point de vue du rock français ?
Moi je pense que le rock est vraiment en train d'évoluer, de progresser. Il y a eu un buzz autour des groupes comme les Naast, Plastiscines , qu'on entend de moins en moins d'ailleurs, mais je pense que ça été une bonne chose pour le rock. Les gens se sont intéressés à ce micro phénomène pour ensuite dépasser ça et aller découvrir d'autres groupes de rock, plus intéressants musicalement. Même si comme tout le monde, on les a hait (rires). Pour revenir au rock francophone, je ne pense pas du tout qu'il soit mort. Un groupe comme Deportivo qui vient de sortir un super album en est la preuve.

Un grand merci à l'ensemble du groupe Stereolive.

Lire le compte-rendu du concert de Stereolive au Showcase, le 12 janvier 2008
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également