↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Groupe

The Velvet Underground


Rock (Rock décadent et visionnaire)

Membres :
Lou Reed (Chant, Guitare)
John Cale (Basse, Piano, Violon)
Sterling Morrison (Basse, Guitare)
Maureen Tucker (Batterie, Percussions)

Sites :
site non-officiel
Le Velvet représente encore à l'heure actuelle l'une des références ultimes en rock décadent et visionnaire. The Velvet Underground est un groupe de rock dit "alternatif" formé en 1965 à New York par Lou Reed et John Cale, puis abandonné de façon officieuse en 1973. Ce groupe s'est inscrit dans un collectif artistique entourant Andy Warhol et son Factory. Le nom de la formation est tiré du titre d'un livre (The Velvet Underground) retraçant la sexualité souterraine des américains au début des années 60. L'avant-gardisme du groupe, son gout pour les expérimentations et son nihilisme assumé en ont fait l'un des pivots de la culture rock à la fin des années 60 et le tout premier groupe de rock dit alternatif, grosse inspiration pour le futur mouvement punk. The Velvet Underground and Nico (du nom d'une chanteuse allemande et célèbre modèle de Warhol) a été classé au 13ième rang des plus grands albums de rock au monde par le magazine Rolling Stone.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également