↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Beach Boys


Pet Sounds


(16/05/1966 - - surf pop 60's - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Wouldn't It Be Nice / 2- You Still Believe in Me / 3- That's Not Me / 4- Don't Talk (Put Your Head on My Shoulder) / 5- I'm Waiting for the Day / 6- Let's Go Away for Awhile / 7- Sloop John B / 8- God Only Knows / 9- I Know There's an Answer / 10- Here Today / 11- I Just Wasn't Made for These Times / 12- Pet Sounds / 13- Caroline No / 14- Unreleased Backgrounds / 15- Hang On to Your Ego / 16- Trombone Dixie
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (18 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
"L'album parfait aux chansons inconnues."
Pierre D, le 04/04/2012
( mots)

Pet Sounds est un disque parfait. Et croyez-le ou non, c'est embêtant. D'abord la perfection c'est inhumain. Ensuite c'est très rare. Si vous parvenez à trouver un disque par mois contenant plus de deux bonnes chansons, vous êtes déjà chanceux. Alors trouver un album parfait, n'en parlons pas. Le disque parfait met la barre beaucoup trop haut, non pas pour les musiciens qui n'en ont sans doute rien à faire, mais pour les auditeurs qui finissent par trouver le reste fade et cherchent en vain à retrouver l'étincelle entrevue. Enfin, un disque parfait c'est un cauchemar pour un critique, surtout quand l’œuvre en question est sortie plus de quatre décennies auparavant. Depuis 1966 un nombre incalculable de personnes ont chanté les louanges de Pet Sounds, si bien qu'il semble que tous les superlatifs, toutes les exégèses ont été épuisées à son propos. Que reste-t-il aujourd'hui à dire sur Pet Sounds ? A priori rien.
Pourtant des contradictions subsistent. La plus importante est peut-être celle-ci : Pet Sounds est assurément l'album le plus connu des Beach Boys, Smile ne compte pas vraiment puisqu'il n'existait jusqu'à récemment qu'à travers le dévouement de ses fans. Des générations d'amateurs et de rock critics se sont accordés sur la valeur de Pet Sounds, pourtant lorsqu'on parle des chansons des Beach Boys ce sont les tubes de surf music qui viennent à l'esprit. Demandez à quelqu'un de nommer une chanson des Beach Boys et il citera à coup sûr "Fun, Fun, Fun", "I Get Around", "Barbara Ann" ou "Surfin USA". Pourquoi un tel décalage ? Comment se fait-il que les chansons qui composent l'album le plus connu du groupe ne soient pas inscrites dans l'inconscient collectif ?

Une première partie d'explication réside peut-être dans la musique des Beach Boys sur Pet Sounds. Les Beach Boys pré-Pet Sounds peuvent presque être résumés par leur nom : ils jouent de la musique pour la plage. Vous êtes un garçon, jeune, californien, bronzé, avec un peu de chance vous faites du surf, vous aimez les filles et les voitures, la musique des Beach Boys est donc la bande-son parfaite de votre vie. La musique en question est alors un mélange d'harmonies vocales héritées du doo-wop, de guitare surf et de rythmes rock ("Surfin USA" décalque "Sweet Little Sixteen" de Chuck Berry). Il est question d'hédonisme total, un hédonisme à vivre en groupe en dansant sur le sable avec ses potes et des filles (beaucoup de filles).
Avec Pet Sounds les Beach Boys s'éloignent radicalement de leur style originel. Le tempo ralentit et la guitare s'efface au profit de la basse qui devient l'instrument rock traditionnel prédominant. Du style Beach Boys ne subsistent que les harmonies vocales qui se font plus complexes. Les rythmes rock ont disparu (les cymbales paraissent avoir été retirées du kit de batterie), les riffs de guitare accrocheurs également. Il en résulte que Pet Sounds est tout sauf un disque dansant. On ne danse par sur Pet Sounds. Personne ne passe Pet Sounds lors d'une soirée, l'assistance vous regarderait alors sans savoir quoi faire. Si les titres de l'album sont si peu connus c'est peut-être parce que personne n'a l'occasion de les entendre par inadvertance dans une situation de rassemblement ou de fête. L'album n'est pas dansant, il n'est donc pas pensé comme une expérience collective. Les tubes surf sont faits pour être écoutés à plusieurs en se déhanchant en rythme, "Don't Talk (Put Your Head On My Shoulder)" ou "I Know There's An Answer" sont au contraire faites pour être appréciés par un individu seul. Vous vous voyez vous trémousser sur les sonnettes de vélo, les flûtes ou le Theremin qui constituent une part importante de l'instrumentation de Pet Sounds ? Non, vous préférerez sans doute en profiter seul dans votre chambre, coupé du monde extérieur pour en apprécier toutes les finesses. En outre, Brian Wilson ayant décidé d'utiliser le studio comme un instrument à part entière, Il n'est plus question pour lui de faire bouger les foules en concert (concert auquel il ne participe plus puisqu'il a abandonné les tournées).
L'instrumentation atypique de Pet Sounds ne peut cependant pas expliquer à elle seule son statut d'album célèbre aux chansons méconnues.    Après tout, Sergent Pepper's Lonely Heart's Club Band des Beatles est extrêmement marqué par les procédés du disque des Beach Boys. Paul McCartney déclarait "I've often played Pet Sounds and cried. I played it to John [Lennon] so much that it would be difficult for him to escape the influence ... it was the record of the time. The thing that really made me sit up and take notice was the bass lines ... and also, putting melodies in the bass line. That I think was probably the big influence that set me thinking when we recorded Pepper, it set me off on a period I had then for a couple of years of nearly always writing quite melodic bass lines". Cette influence n'empêche pas le disque des Beatles de s'être très bien vendu à sa sortie (contrairement à Pet Sounds) et de compter plusieurs chansons inscrites dans l'inconscient collectif ("Lucy In The Sky With Diamonds"...).

Si Pet Sounds est si connu mais pas ses chansons, c'est sans doute également dû à sa thématique. Pet Sounds est, comme Sergent Pepper, un fleuron du psychédélisme, mais l'usage des drogues n'a pas eu les mêmes effets musicaux pour Brian Wilson que pour Lennon et McCartney. Comme l'a observé le critique Jim DeRogatis "while psychedelic drugs inspired the Beatles to look at the problems in the world around them, they made Brian Wilson turn his attention inward and probe his emotional longings and his deep-seated self-doubts". Et là tout est dit. La discographie des Beach Boys pré-Pet Sounds est, comme Revolver ou Sergent Pepper, tournée vers le monde extérieur. Ces oeuvres diffusent un enthousiasme, une joie à éprouver à plusieurs. Au contraire, Pet Sounds est tourné vers l'intérieur. C'est un disque à écouter seul.
De quoi parle Pet Sounds? Brian Wilson et son parolier Tony Asher ont totalement abandonné le credo habituel du groupe: "fast cars, cute girls and sunny beaches" (Mike Love). Il est ici question d'introspection et d'enfance perdue. Brian Wilson est Peter Pan qui refuse de grandir. Bercé par ses illusions d'enfance, il pense pouvoir échapper à la réalité. Ce sont ces illusions qui se fracassent les unes après les autres sur le monde réel. La thématique de Pet Sounds c'est le coming of age, le passage de l'adolescence insouciante à l'âge adulte. Il est temps de grandir en somme et il semble que Brian Wilson ait beaucoup de mal à accepter cela. Découlent de cette inadaptation des paroles telles que "I feel so broke up, I wanna go home" ("Sloop John B."), "I know perfectly well I'm not where I should be" ("You Still Believe In Me"), "I wanted to show how independent I've grown now, but that's not me" ("That's Not Me"). Les paroles en question ont d'ailleurs été écrites d'une manière inhabituelle puisque ce furent souvent les démos instrumentales des chansons qui servirent de base à Tony Asher pour écrire les paroles. Asher dira du processus d'écriture  "the general tenor of the lyrics was always (Brian Wilson's),and the actual choice of words was usually mine. I was really just his interpreter". Il suffit de jeter un oeil aux titres des chansons de Pet Sounds pour se rendre compte de la récurrence des pronoms "I", "You", "Me" qui montre à quel point les paroles relèvent de l'intime.

Pet Sounds c'est la machine à rêves pour solitaires. Sergent Pepper dispense un optimisme presque béat totalement fédérateur tandis que Pet Sounds est un chef-d'oeuvre introspectif. Comment qualifier ce mélange d'enthousiasme et de tristesse nostalgique qui traverse le disque? Appelons cela mélancolie faute de meilleur terme. Ainsi Pet Sounds est célèbre parce que tout le monde l'a écouté mais ses chansons restent inconnues du grand public car personne ne les a jamais fait partager.
Cette interprétation est cependant sujette à discussion car un des disques les plus proches de Pet Sounds dans sa thématique, à savoir Yoshimi Battles The Pink Robots des Flaming Lips, est devenu numéro 1 des ventes lors de sa sortie. Il existe donc à coup sûr d'autres explications au statut particulier de Pet Sounds.

Commentaires
Aldebert, le 21/01/2017 à 10:03
Je suis désolé de donner un avis contraire. Les paroles sont mièvres et sans grand intérêt. La musique lassante et mielleuse. Les arrangements sirupeux. Les voix un rien pénibles. Je ne comprends pas l'engouement autour d'un album aussi fade !
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également