↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Les Fatals Picards


Pamplemousse Mécanique


(19/02/2007 - Warner - Punk Burlesque Acoustique - Genre : Autres)
Produit par

1- Bernard Lavilliers / 2- La Sécurité De L'emploi / 3- Mon Père Etait Tellement De Gauche / 4- Djembé Man / 5- Seul Et Célibataire / 6- Au Mariage De Kévin Et De Ma Soeur / 7- Les Dictateurs / 8- Moi Je Vis Chez Amélie Poulain / 9- Commandante / 10- Monter Le Pantalon / 11- Cure Toujours / 12- Je Viens D'ici / 13- Partenaire Particulier / 14- Française Des Jeux / 15- Et Puis Merde, Je Vote A Droite! / 16- On Se Demandait (Où Sont Les Pistes Introuvables)
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (50 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Toujours aussi cinglants et entraînants, Les Fatals Picards sont de retour..."
Jerome, le 24/02/2007
( mots)

Que ceux qui ne connaissent pas encore Les Fatals Picards se rassurent : non, Albumrock n'a pas sombré dans l'amateurisme d'un club sportif du nord de la France, et non, le comique de bas étage n'est toujours pas notre tasse de thé... Depuis bientôt sept ans, ce groupe de parisiens d'adoption à l'origine plus qu'évidente - au moins pour l'un d'entre eux - sévit partout où l'occasion lui est donnée. Et ce n'est pas sa récente signature chez le géant Warner, précédant de peu la sortie de son dernier opus, qui viendra changer la mise.

Pour situer la tendance du groupe, il faudrait se rapprocher des VRP ou de Marcel Et Son Orchestre, Les Fatals Picards cultivant comme ces derniers le goût pour des textes drôles et décalés, mais rarement à côté de la plaque. Car derrière leurs airs de petits punks gentillets, les cinq musiciens, armés d'un humour abrasif à l'accent faussement désinvolte, dressent sans états d'âme un constat souvent aux antipodes de leur musique légère et entraînante. Sans pour autant cacher leurs convictions ("Mon Père Etait Tellement De Gauche", "Et Puis Merde, Je Vote A Droite!").

Et en l'espace de seize titres, le quintet se chargera de tailler un costard à bon nombre de coqueluches françaises ("Bernard Lavilliers", "Moi Je Vis Chez Amélie Poulain"), saisissant des scènes de la vie quotidienne ("Au Mariage De Kévin Et De Ma Sœur") tout en décapant certaines idées populaires ("La Sécurité De L'emploi"). Tout cela en gardant un sourire...parfois jaune. Entre clin d’œil au groupe toulousain Zebda avec "Monter Le Pantalon" et reprise de "Partenaire Particulier" du groupe éphémère du même nom, l'auditeur ne peut que saisir des parts de vérité au fil des chansons. Et cela même si certaines ne font malheureusement pas toujours mouche, notamment "Djembé Man" ou "Les Dictateurs" manquant quelque peu de second degré.

Nettement plus caustique que leur compagnon de rythme Tryo, la galette n'est pas à mettre entre toutes les mains. Les torturés du bulbe et autres psychologues tryptiquiens ne trouveront dans ces pistes que matière à châtier un peu plus cette branche du rock franchouillard. Car Les Fatals Picards sont bel et bien un groupe festif et foncièrement engagé et, n'en déplaise à certains, ce Pamplemousse Mécanique ne me fera pas mentir. Les autres seront sûrement ravis d'apprendre que le groupe est en passe de représenter la France aux prochaines Eurovisions...

Commentaires
atlanticjawa, le 19/08/2018 à 22:56
Honte à cette critique (mon Dieu, que ferions-nous sans Bieber, Patrick Fiori et tous les chanteurs qui trustent les ondes plus médiatiques et sans le lissage télévisuel permanent façon Drucker ? Ah oui, peut-être réfléchirions-nous ... dommage). Gloire à Chanson plus bi-fluorée, aux Fatals Picards, et autres Giédré et Oldelaf; Vive le politiquement incorrect ! Même s'ils sont très loin d'un PERRET, BRASSENS et LE LURON (oui, c'est la même veine)