↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Control Club


Morphine Ballroom


(23/03/2009 - Diamond Traxx/Discograph - - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Inconsolable / 2- Ni les douanes / 3- Play / 4- Rougir / 5- Fin du monde / 6- I'll Try / 7- Pilote automatique / 8- Shame Exorcism / 9- Jacqueline / 10- Facile les filles / 11- Skin Of Pain / 12- Adreamistrative Knight / 13- Keine Romantik
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.0/5 pour cet album
"Privés de Natasha, les anciens AS Dragon perdent en charme et en substance."
Maxime, le 13/08/2009
( mots)

La trajectoire d’AS Dragon dans le ciel désolé du rock français aura eu la fulgurance d’une comète incandescente. Véritable incongruité dans le paysage hexagonal, le groupe phare du label Tricatel avait réussi l’exploit de n’être ni un clone de Noir Désir ni une pâle réplique de ses modèles anglo-saxons, dressant un prototype impossible à reproduire. Réconciliant l’irréconciliable avec grâce et évidence, la formation brassait avec bonheur des textes exaltés mais pas niais avec une musique tendue, nerveuse mais éminemment romantique, véritable machine à épuiser les corps et à enivrer les âmes. Restent deux très beaux disques (Spanked, 2003 et Va chercher la police, 2005) auxquels le temps rendra leur juste culte. Natasha Lejeune partie pour un album solo, l’ancien backing band de Bertrand Burgalat a longtemps cherché un remplaçant avant de se résoudre à la dissolution. Control Club se charge de reprendre l’aventure là où elle s’est arrêtée, rassemblant Hervé Bouetard, batteur musculeux et métronomique, et Stéphane Salvi, guitariste élégant qui passe désormais au chant, auxquels s’adjoignent Ivan Riaboff (claviers) et Eric Moerman (basse).

Les premiers tours de platine de Morphine Ballroom dressent cet amer constat : la présence de Natasha était une composante essentielle de la réussite d’AS Dragon. Tour à tour vestale diaphane et chienne en furie, elle donnait au groupe un corps, fluet, tonique, sexuel, l’empêchant de verser dans la grandiloquence et lui procurant un charisme qui rendait chacune de ses prestations live essentielles. La demoiselle partie vers d’autres cieux, c’est tout un équilibre fragile qui se trouve rompu. Control Club est pompeux quand les dragons étaient frondeurs, emprunté quand ils flamboyaient hier. On retrouve pourtant dans le combo d’aujourd’hui bien des composantes de son succès passé : un rythme aliénant qui n’a rien à envier au dance-rock d’un Poni Hoax ("I’ll Try", "Skin Of Pain"), des nappes de claviers eighties au charme suranné ("Shame Exorcism", "Ni les douanes") et des textes qui puisent aussi bien dans la langue de Molière, de Shakespeare que de Goethe ("Keine Romantik", comment ne pas utiliser l’allemand quand on veut se laisser dériver sur le fleuve du romantisme ?).

Las, on souffre pour Stéphane Salvi à qui incombe la lourde voire impossible tâche de succéder à Natasha. Le musicien a visiblement fait de son mieux, mais son chant pare le tout d’une emphase déclamatoire qui crispe les oreilles d’emblée. Quand on a un organe manquant cruellement d’aura, des tirades comme "Pourtant, ce que je préfère c’est jouer/Avec ton sexe apprivoisé/Par le désir incontrôlable/Je suis inconsolable" ("Inconsolable") ou "Ni la peur que j’éprouve dans les airs/Ni le doute qui plane sur les charters/Ni les douanes qui veulent me crucifier ne sauraient m’arrêter" ("Ni les douanes") tombent complètement à plat, et c’est tout l’ensemble qui se casse la figure. Il plane sur nombre des textes la prose absconse des groupes français de la new-wave/post-punk des années 80. L’accent so frenchy de Salvi, pourtant tout aussi prononcé que celui de Natasha, plombe complètement les compositions anglophones ("Play", une plaie, oui !). Quel dommage, alors que Control Club accuse une maîtrise mélodique certaine : "Rougir" et "Facile les filles" ont l’urgence et une qualité d’écriture qui en font d’authentiques tubes potentiels. Dans le même ordre d’idées, la production de Lance Thomas (Ladytron) porte idéalement l’album, lui conférant une couleur à la fois désuète et contemporaine. Mais ces éclairs de génie peinent à sauver un disque hanté par une absence assourdissante. Privé de sa muse, Control Club sombre dans le kitsch. Délestée de ses zélés soldats, Natasha s’en tirera-t-elle mieux de son côté ?

Commentaires
Billy-Joe, le 20/07/2018 à 10:52
Maxime, c'est avec neuf ans de retard que je commente ton article. Quelle pertinence. Tu as vu juste sur tous les points. Excepté, si je peux me permettre, ton insistance sur Natasha. Le but du Control Club n'était pas de poursuivre l'aventure A.S Dragon. En revanche, les égos étaient à leurs point culminant et un peu de recule aurait fait du bien. "Rougir" comme la plupart des autres titres étaient au départ en Anglais mais personne ne voulait de groupe Français qui chante tout un album en Anglais. Et oui, "Facile les Filles", quel terrible morceau. Sur le titre "Play" c'est Hervé Bouétard qui chante non pas Stéphane Salvi. Ceux qui ont eu la chance d'écouter les maquettes étaient souvent déçu du résultat album. Titre plus brut, plus direct, plus efficace. Control Club ne méritait pas cet destinée. Il y avait un vrai travail. Aucun groupe ne sortait cette articulation musicale. Aucun groupe n'avait ces mélodies. Le label Diamontrack et principalement Benjamin Diamond a totalement laissé tomber le groupe avant même que l'album soit sorti. Dès lors, les choses sont devenu compliqués. Control Club n'avait pas de vrai manager pas plus que de tourneur. Mais tu as raison, l'album est comme ça. Dommage que Control Club n'est pu s'exprimer pleinement et qu'un deuxième album ne se soit pas fait. Il y avait de bon gros nouveau morceau dans les boites. Merci à toi Maxime. Je laisse filer ce commentaire inutile dans les limbes d'internet.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également