↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Shaka Ponk


The Black Pixel Ape


(03/11/2014 - Tôt ou Tard - Geek rock - Genre : Rock)
Produit par

1- On the Ro' / 2- Come on Cama / 3- The Shell Maid Freak / 4- The Way Out / 5- Lucky Boy / 6- Frag Dog / 7- Mocks the Party / 8- Happy Ape Rodeo / 9- Times Has Come / 10- Kitty Call / 11- Yell / 12- 4xGet / 13- Morir Cantando
Note de 2/5
Vous aussi, notez cet album ! (41 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 1.5/5 pour cet album
"Aussi agréable qu'un pixel mort sur un écran. Tiens donc."
Alan, le 22/11/2014
( mots)

Le critique musical […] se demandera s’il était bien nécessaire de sortir deux albums à quelques mois d’intervalle au vu du premier produit fini, étant bien entendu que la quantité de titres tend à prendre le pas sur la qualité de l’ensemble. Verdict final dans quelques mois et la sortie de The Black Pixel Ape.” Ainsi Matthew concluait-il sa chronique traitant de The White Pixel Ape - qu’il vous est recommandé de lire afin de saisir tous les tenants et aboutissants de celle-ci si ce n'est déjà fait - en mars dernier. Coupons de suite court à toute tergiversation inutile : la réponse est inévitablement non. Non, il n’était absolument pas nécessaire de faire de The Pixel Ape un diptyque, si ce n’est pour satisfaire l’appel du dollar.


Entre démarche ouvertement mercantile déjà connue de tous au travers de cas d’école tels que Mezmerize/Hypnotize, Load/ReLoad ou Use Your Illusion et manque total d’intérêt comme de pertinence, Shaka Ponk esquisse avec The Black Pixel Ape non pas une redite, non pas un plagiat mais bel et bien un lamentable auto-plagiat de son cousin blanc : là où un album lambda nécessite plusieurs écoutes afin de pouvoir être appréhendé avec un minimum de justesse, une ou deux écoutes tout au plus suffisent à Black Pixel pour que la messe soit dite tant celui-ci peine à renouveler le catalogue du groupe, écueil dans lequel tombait déjà White Pixel par moments. Mais, encore plus grave, il ne parvient même pas à proposer ne serait-ce qu'un brin de nouveauté et de fraîcheur à ceux ayant déjà jeté une oreille à White Pixel : tout ce qui figure sur Black Pixel a déjà été entendu sur son prédécesseur dans une forme plus aboutie et de meilleure facture, c’est peu dire.


Ainsi, si vous cherchez une comptine de carrousel autre que “The Shell Maid Freak”, retournez écouter “M0nkey on the Wall” : le vice est tellement poussé que ces deux copies se retrouvent sur la même piste d’un album à l’autre. Si vous n’aviez pas aimé “Wanna Get Free” et son atmosphère electro un peu débile, vous n’aimerez assurément pas l’ignoble “Mocks the Party”. On continue ? Si vous souhaitez trouver à cette “Lucky G1rl” un compagnon de circonstance, présentez-lui un “Lucky Boy” qui lui ressemble. Enfin, last but not least : si vous êtes réceptifs au reggae pop de “Your Time Has Come”, vous vous êtes très probablement déjà déhanchés à l'écoute de “My Name Is Stain” qui, pour sa part, ne remonte même pas à White Pixel mais bel et bien à Geeks. Les exemples sont légion, et finalement, on se laisse prendre au jeu : on essaye d’associer les paires. C’est un peu amusant, à défaut d’être productif ou de présenter un quelconque intérêt.


À la différence de White Pixel qui, bien qu’inégal, proposait tout de même de bonnes choses, quasiment rien n’est à sauver sur ce Black Pixel Ape, qu’il s’agisse de “On the Ro’” et ses guitares pataudes, de ce sacrilège envers Dalida qu’est l'horrible “Morir Cantando” ou de “Yell” et son refrain sans saveur. C’est d’ailleurs de cette manière que l’on pourrait le mieux décrire cette dernière galette des Shaka Ponk : The Black Pixel Ape est un disque sans saveur. Alors que White Pixel réussissait à susciter un ressenti de la part de l’auditeur, Black Pixel n’y parvient tout simplement pas : annoncé comme le miroir qui mettrait à nu le côté sombre du groupe (à l'opposé de White Pixel qui devait refléter son côté plus enjoué), c’est au final un album fade, tacite et incapable d'évoquer - voire même pire, d'invoquer - une quelconque émotion chez l'auditeur. Une preuve de plus que l'exercice du double album, tout aussi déguisé qu'il est, n'est décidément pas à la portée de tous.

Commentaires
PapayeProd, le 01/05/2017 à 16:20
J'ai toujours détesté les critiques artistiques en générale... Mais en l'occurrence celle ci remporte la palme de la critique aussi peu constructive que gratuite! Reprise "sacrilège" de Dalida sur Morir Cantando? Guitare "Pataude" sur On the Ro'? "Refrain sans saveur" sur Yell? Des critiques qui veulent à la fois tout et rien dire... On the Ro' à un rythme soutenu et des guitares lourdes pour jouer une chanson aux sonorités entre Stoner et Metal sur un riff de Blues bien couillu avec une Sam qui s'en donne à coeur joie pour nous sortir sa voix la plus rock en live, Come on cama, le deuxième titre, est un des piliers de l'album avec un refrain et un instrumental prenant, the Time as come est là pour continuer la coutume du groupe à proposer un morceau reggae sur tout ses albums, Yell ravira autant les punks que les metalleux, ... Et évidemment que certaines pistes se répondent d'un album à l'autre! (En l'occurrence Luky girl et Luky Boy) Le but est de faire un parallèle entre l'atmosphère enjouée du groupe (Luky Girl) pour la mettre en parallèle avec une atmosphère plus sombre que l'on peut retrouver sur Luky Boy. Et l'auditeur découvre dans cette album une nouvelle facette de Shaka Ponk, avec des morceau proche du Hard Rock des années 70/80, avec The Way Out et Frag Dog. On retrouve également les racines du groupe avec Mocks the Party qui n'est pas sans rappeler des morceaux aux origines de Shaka, comme Alak Okan et Sum Luv. On retrouve egalement une facette pop/punk rock avec Kitty Call, la chanson caché de l'album, qui n'est pas sans rappeler Brunette Localicious de l'album, The Geeks. Et les amateurs de rock devraient se réjouir, on a jamais autant entendu de solos de guitares de CC sur un seul album. Bref, des chansons qui frisent le culticime du groupe(come on cama, on the ro'), des styles que l'on connaît déjà chez Shakas et qui sont toujours aussi plaisant à écouter pour les vrais fans, et une approche plus sombre de leur musique. Cette album devrait être décrit de la même façon que les autres: Étonnants et jouissifs, ampli d'une sorte de frénésie créatrice. On commence à se forger au style unique qu'est celui de Shaka Ponk, c'est justement cette folie qui fait apprécier le groupe. Mais comme on le sait aussi les Shaka forment un groupe fait pour le live avant tout, et ces chansons ne prennent toute leur puissance que sur leur tournée du Pixelive, et pas dans les oreilles d'un critique aussi fermé d'esprit
Application Albumrock

Albumrock sur mobile


Retrouvez votre webzine sur Android & iOS


Publicité

Annoncez sur Albumrock


Votre publicité pour 50€/semaine


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Shaka Ponk


The White Pixel Ape


Album de la semaine
À lire également