↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Courtney Barnett


Date : 19/06/2022
Salle : Laiterie (Strasbourg)
Première partie :

Un set calibré et versatile de la part de l'une des musiciennes les plus talentueuses de la scène indé actuelle !

Mathieu, le 23/06/2022
( mots)

C’est par cette journée (très) ensoleillée du 19 juin que nous nous rendons à Strasbourg, plus particulièrement à la Laiterie, salle mythique de la capitale Alsacienne, ayant, par la passé, accueilli les plus grands (Radiohead, Muse, Queens of the Stone Age,...), mais pas que !

Le besoin vital d'aller se ravitailler, par cette chaleur écrasante, à coups de Meteor et de flammenkuche (oui oui très cliché pour un Alsacien), nous aura malheureusement fait rater la majorité du set de Joni île, soliste armée de sa guitare et d’un petit clavier. Nous n’aurons finalement pu qu’apprécier deux titres d’une pop légère et intimiste, interprétée par la musicienne à la voix douce et posée, pour une entrée, toute en douceur, au sein d'une Laiterie caniculaire. 

20h pétantes, l’australienne fait son apparition, devant une foule compacte et impatiente de partager ce moment privilégié avec l’une des artistes les plus talentueuses de la scène indé actuelle. Toujours entourée par son fidèle duo basse/batterie, Bones Sloaneon / Dave Mudie, on découvre avec plaisir derrière les claviers Stella Mozgawa, batteuse en activité des très bons Warpaint et coproductrice du dernier album en date. 

Sans plus attendre, le quatuor lance la machine en mode chill, à l’Australienne dira-t-on, proposant les deux premiers titres de Thinks Take Time, Take Time : l’introductif "Rae Street" et le décontracté "Sunfair Sundown", en parfaite adéquation avec la chaleur estivale de l’instant. Les premières gouttes de sueur commencent à perler, pour définitivement déferler dès l’entame de "Avant Gardener", l’un des tubes phare de notre indie-rockeuse préférée et remanié pour l’occasion. C’est avec un sourire non dissimulé que la musicienne entame un final prodigieux, jonglant entre garage affuté et psychédélisme aérien. Déjà l’un des grands moments de la soirée. 

Une chose marque d’emblée : le son de guitare limpide et des plus soigné. En y ajoutant une balance parfaitement équilibrée, la guitare de Barnett nous guidera tout du long et en bonne compagnie, à travers son univers musical des plus éclectiques. Avec une setlist dynamique et judicieusement construite, alternant avec panache balades sucrées et véritables sursauts rocks, l’australienne nous fait part, sans complexes, de sa versatilité hors norme. En plus de parcourir ses trois albums (avec tout de même 8 titres proposés sur les 10 du dernier né), c’est avec grand plaisir que l’on (re)découvre plusieurs titres de son double EP originel (plus particulièrement "History Eraser"), ainsi qu’un titre de Lotta Sea Lice ("On Script"), album réalisé en collaboration avec le grand Kurt Vile en 2017.

Malgré deux petits moments de flottements avec "Turning Green" et "Here’s the Thing", déjà pas des plus convaincants sur album, "Depreston", intercalé entre les deux titres et endurci pour l’occasion, plus rock avec une guitare saturée et un tempo accéléré, viendra redynamiser le set, Stella Mozgawa se lâchant derrière son clavier pour nous proposer un solo de haute volée. La foule se verra une nouvelle fois retournée dès l’entame d‘"Elevator Operator" et son riff électrisant, Barnett se muant en véritable guitar hero, parcourant les frettes avec aisance, n’hésitant également pas à donner de la voix !

C’est après un show de plus d’une heure et quart, conclu par la sympathique "Write a List of Things to Look Forward To" enrichie de somptueux soli de synthés, que le groupe s’efface une première fois, devant un public conquis. Ce n’est sans compter sur un rappel de deux titres qui viendra définitivement cristalliser le talent de la petite troupe : l’intimiste "Oh the Night" interprété à 3 voix, accompagné de la seule guitare de Barnett et le tube de la dernière galette, "Before You Gotta Go", venant clore le bal avec brio. Après s'être délecté d'un dernier solo, c’est avec le sourire aux lèvres et quelques auréoles sous les bras, que nous quittons la Laiterie, suivis par cette sensation d’avoir assisté à quelque chose de grand...

 

Setlist : 

Rae Street 

Sunfair Sundown 

Avant Gardener 

Need a Little Time 

Small Poppies 

Turning Green 

Depreston 

Here's The Thing 

Walkin' on Eggshells 

On Script (Courtney Barnett + Kurt Vile) 

Lance Jr 

Elevator Operator 

If I Don't Hear From You Tonight 

History Eraser 

Pedestrian at Best 

Write a List of Things to Look Forward To 

Rappel: 

Oh The Night 

Before You Gotta Go 

Commentaires
Mathieu_AR, le 27/06/2022 à 15:22
Hello Jeep ! Merci pour ton retour ! On est bien d'accord, nous avons à faire à une grande artiste de sa génération ! En espérant qu'elle te réponde d'ici peu mais... la tournée est encore longue ;)
Jeep, le 26/06/2022 à 23:25
Salut Mathieu, j’ai assisté à ce concert et je confirme .. Un grand sourire aux lèvres et un grand merci car j’ai découvert Courtney Barnett par ce site.. Plus d’un an d’écoute presque chaque semaine ds le train et en transpirant pdt mon footing,.. Une musique qui soigne, une voix qui touche au plus profond.. seul bémol elle n’a tjs pas répondu à ma lettre d’amour.. J’attend encore un peu, elle a sans doute eut un imprévu ????
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également