↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

La Ruda


Date : 08/08/2002
Salle : La Maline (La Couarde (Ile de Ré))
Première partie :
Lilian, le 08/08/2002
( mots)
Qu'est-ce qu'on peut bien foutre la première semaine du mois d'août sur l'Île de Ré ? Rien, parce que c'est les vacances, vous pouvez me répondre. Oui c'est vrai ! Mais quand la Ruda Salska décide elle aussi de faire un détour par l'Ile au microclimat intéressant, bah on va pas cracher dessus, et on va surtout pas se dire qu'on aura d'autre occasion d'aller les voir, et puis l'ambiance estivale … Aux abords de la petite salle de la maline (c'est en proportion au lieu !) se masse déjà bon nombre de rockeux au pull et aux dégaines plus que révélatrices, le bus du groupe (bus du futur avec digicode et tout) semble être là depuis déjà un moment, et tout le monde frétille d'impatience de découvrir la salle. Une salle d'apparence très petite, mais finalement assez spacieuse pour ceux qui ne veulent pas prendre partie aux semi-pogos d'un public qui semblait pourtant bien mou avant les festivités. Après une bonne demi-heure de retard et une bonne tripotée de titres raggaes dans les enceintes, le groupe arrive enfin sur scène (rapidement décoré d'une image et d'une horloge bloquée sur 15h19, qui rappel le dernier album du groupe "Passager du réel") dans une obscurité presque complète. Le concert commence sur "l'odyssée du réel" dans une ambiance super tamisée, chanson qui se conclu par un "il sera exactement 15 heures 19 minutes, l'odyssée du réel, j'y suis j'y reste (maintenant je comprends mieux le coup de l'horloge), et la fête commence pour de vrai. La petitesse de la salle ne retire rien à la pureté du son, bien que la basse soit un peu étouffée. Le chanteur (Pierrot) à la voix nasillarde est en parfaite communion avec son public auquel il parle beaucoup. Le tout se déroule dans une ambiance des plus festive, à l'image du ska super dynamique que nous offre le combo, et les slameurs font leur apparition au bout de quelques titres. La prestation est de qualité, c'est incontestable et s'achève sur un ton plus rock'n'roll après un rappel, classique ! En tout cas moi je file au stand pour acheter quelques albums, car là vraiment j'ai accroché (eh oui avant je connaissais que de nom, la honte !). Ca pouvait vraiment pas tombé mieux, tu passes des vacances peinard à te demander si tu vas aller à St-Martin-de-Ré tout les soirs pour passer le temps, et on te propose de t'éclater sur du ska-rock, top non? En tout cas si vous passez par là, jeter un œil à la Maline, ou un coup de fil (05 46 29 93 53), ça peut valoir le coup. Et hop un peu de pub gratos, c'est vraiment parce qu'ils sont sympas !
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Pearl Jam


Gigaton


"

Si tout le monde connaît l’adage “qui aime bien châtie bien”, il semblerait que certains fans aient du mal à laisser leur formation fétiche se faire vertement critiquer, quand bien même elle n’aurait à l’évidence pas réellement cherché à se surpasser. Qu’on ne s’y trompe pas : Pearl Jam est un grand groupe, l’un des meilleurs à avoir émergé durant la décennie 90, une formation techniquement solide, artistiquement intègre et qui peut de surcroît compter sur un chanteur d’exception, mais un groupe qui a eu un peu trop tendance à vivre sur ses acquis durant les vingt dernières années. D’aucuns auront pu se contenter des corrects Lightning BoltBackspacerRiot Act et autre PJ (on peut même y ajouter un ou deux disques au passage) tandis que d’autres auront conspué le quintette de Seattle pour son évidente paresse. Rétrospectivement, et à l’écoute de ce Gigaton assez inespéré, ces derniers n’avaient pas tort, même si l’horizon Ten - Vs - Vitalogy paraît encore bien loin.

"
À lire également
Compte-rendu de concert