↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Two Door Cinema Club


Date : 15/11/2010
Salle : L'Aéronef (Lille)
Première partie : The Teenagers, Florrie
Caroline BT, le 13/12/2010
( mots)
Bravons le froid encore une fois pour cette superbe soirée électro à l'Aéronef avec à l'affiche, la toute jeune Florrie, les Teenagers (plus si adolescents que cela) et les fameux  Two Door Cinema Club . Quel bonheur de revoir ces irlandais découverts il y a deux ans avec le label Kitsuné et leur morceau hyper dansant "Something good can work" sur la compilation Maison 7.
 
Vus l'an dernier sur cette même scène où ils avaient remplacé au pied levé l'anglaise La Roux, Two Door Cinema Club avaient été à l'hauteur des espérances et prodigué un concert énergique et bluffant. A l'affiche des festivals de l’été dernier (Eurockéennes, Pantiero, Route du Rock, Rock en Seine), c'est dans le cadre de quatre dates automnales dans les salles françaises (sold out) que nous assistons à leur concert à Lille.Florrie Lille
Originaire de Bristol, Florrie, âgée de 21 ans, se présente sur la scène de l'Aéronef en compagnie de son groupe composé d'un clavier, d’un batteur, d’un bassiste et d’un guitariste. Bénéficiant elle aussi d'un coup de pouce de Kitsuné, son single "Call 911" a été remixé sur la compilation Kitsuné x Ponystep sortie en juin 2010. Malheureusement cette fois-ci, ce choix n'est pas un gage de qualité. Sous couvert du label parisien, on aurait pu l'écouter les yeux fermés, mais cela aurait été faire injure à sa tenue. En effet, bien des têtes ont tourné à sa vue. Perchée sur de hauts talons noirs, vêtue d'une robe courte col claudine, imprimée panthère, Florrie a certes une plastique irréprochable, mais un talent vocal discutable. Tentant modestement de s'exprimer en français entre ses chansons électro-pop, parfois disco, elle renforce seulement l'effet "je suis étrangère, je, blonde ...". Sa voix et son style sont proches d'une Kylie Minogue, statique, qui aurait oublié les paroles de ses chansons. En effet, Florrie aura un peu de mal avec sa propre setlist, se trompant de morceau et semblant un peu perdue. Pourtant, adorable, elle indique au public qu'il est possible de télécharger gratuitement tous ses titres de son premier EP Introduction. Elle s'essaye même à la batterie pendant le quatrième titre, suivant sa formation initiale de batteuse. Elle présente ses acolytes et enchaine avec sa dernière chanson "Call 911", un summum du genre dance, titre répétitif et sans intérêt. Est-ce un teasing pour une nouvelle émission de Clubbing TV ? Il faut avouer qu'on se demande l'intérêt de cette pré-première partie ce soir là.
 
La suite arrive donc avec le groupe  The Teenagers . Ce groupe parisien d'électro-rock formé en 2005, accompagné d'un batteur lillois, a connu un beau succès outre-Manche avec leur titre "Homecoming" sorti il y a 2 ans, issu de leur premier album Reality check. Fort d'une tournée en Angleterre en 2008, en tête d'affiche, The Teenagers ont également entre autres remixé les titres "Fallen snow" d'Au Revoir Simone et "Mer du Japon" du duo Air. Anciens poulains de l'écurie Kitsuné, leur titre "Homecoming" figure dans la compilation Maison 5 de 2008.The Teenagers Doté d'un accent anglais médiocre et au final assez fatiguant, le chanteur Quentin Delafon, somme toute assez sympathique, prodigue une prestation un peu brouillonne. Peu concentré sur la musique, il s'occupe d'haranguer mollement les premiers rangs avec un "Vous voulez danser Lille ?". Mais le public très jeune ne réagit pas en conséquence. Avec le titre "Street of Paris", le chanteur traverse la fosse et chante dans la foule, sans provoquer d'émeute. En fait, l'audience a plutôt l'air de s'ennuyer. Quentin profite de ce crochet pour ramener trois jeunes filles sur scène. Embarrassées et très mal à l'aise sur le fameux titre "Homecoming", le spectacle ne prend pas, quand il leur demande de chanter les paroles un peu subversives "She's a cheerleader I fucked her and it was wild". D'après certains fans de la première heure, leur prestation scénique est bien loin de la qualité des compositions de leur album. Pour le sixième et dernier titre "Jalousy" Quentin redescend vers les premiers rangs suivi par un caméraman, peut-être le seul intéressé par ses tribulations.
 
Dans un Aéronef plein à craquer, Lille a l'honneur d'être la première date en France de la tournée européenne des  Two Door Cinema Club . Les jeunes irlandais démarrent enfin avec le titre électro pop "Cigarettes in theater", finalement un tout petit peu moins punchy que sur l'album. Le temps de s'échauffer, et quelques cris de fans hystériques plus tard, ils enchainent sur l'excellent "Undercover Martyn". Le chanteur Alex Trimble se rapproche pendant ce morceau du batteur, qui accompagne le trio ce lundi là. A la fin de ce titre, Alex salue la foule avec un "Merci beaucoup, we come from Ireland, we are Two Door Cinema Club". Ils ne sont pourtant plus à présenter, tant des extraits de leurs titres ont été utilisés dans des reportages ou des publicités. Le riff de "Something good can work" est notamment mangé à toutes les sauces (spots pour la banque, Miss France ...). Après le changement de guitare du talentueux Sam Halliday, les irlandais jouent "Hands off my cash, Monty", un titre un peu en dessous de la moyenne de la qualité des tubes de Tourist History. C'est en fait un inédit de 2008, qui a enrichi la version deluxe du CD sortie en septembre.
 
Malgré leur jeune âge, les Two Door Cinema Club maîtrisent parfaitement leurs créations pop, speed et punchy. Leur son est efficace et puissant à l'image de l’intégralité des hits hyper dansants de leur album. Ils continuent avec "Do you want it all ?" qui ravit le public qui pousse, danse, transpire et saute de joie. Le désormais classique "Something good can work" suit de près et les cris de joie continuent. Histoire de marquer une pause, Two Door Cinema Club présentent une nouvelle chanson, souvent jouée en live, "Handshake". Ce titre vient étoffer la setlist, avec un rythme un peu moins soutenu, mais toujours aussi bien accueilli par les lillois. Après un verre de vin rouge, Alex entonne les premiers mots de "This is the life". Même si le tempo ralentit encore un peu, l'ambiance reste à son comble et le groupe transmet une belle énergie. Après le gentil et sautillant "Kids", Alex remercie le public avec un "Thank you so much, that's amazing".Two Door Cinema Club La voix claire et harmonieuse d'Alex continue de transporter le public avec "What you know" et "Eat that up". Là, les paroles de "What you know" prennent tout leur sens : "I can tell you what you want, you don't want to be alone" quand on est serrés les uns contre les autres dans la fosse. Le public surchauffé l'accompagne sur "Eat that up" avec des "it's too late, its' too late ...". Mais le concert touche déjà hélas à sa fin. En effet, le seul reproche que l'on peut faire à TDCC, c'est de n’avoir qu'un seul album composé de titres de trois minutes ou moins. Difficile de faire un concert de plus de ¾ d’heure avec un CD aussi court. Le public hurle donc longuement pour un rappel immédiat. Heureusement les irlandais reviennent avec le fabuleux "Come back home", titre qu'on retrouve dans le dernier film atypique mais réussi de Christophe Honoré, Homme au bain. Enfin, TDCC joue un dernier titre pour la foule en ébullition, le fameux "I can talk". C'est l'ensemble du public en transe qui reprend en chœur les "ah oh ah ah oh" au rythme épileptique des stroboscopes. La soirée se termine dans ce sursaut d'énergie. Le succès de TDDC n'est pas près de s'arrêter. Ils font partie de la sélection BBC Sound 2010 au côté de The Drums ou encore Gold Panda. Leur disque restera donc une des œuvres majeures de l'année 2010.

Photos de Two Door Cinema Club à l'Aéronef de Lille le lundi 15 novembre 2010

Setlist Florrie

1 Panic Attack
2 Call of the wild
3 Left to late
4 Give me love
5 She'll always get what she wants
6 Call 911

Setlist Two Door Cinema Club

1 Cigarettes in theater
2 Undercover Martyn
3 Hands off my cash monty
4 Do you want it all ?
5 Something good can work
6 Handshake ("La nouvelle chanson")
7 This is the life
8 Kids
9 You're not stubborn
10 Costume party
11 What you know
12 Eat that up, it's good for you

Rappel

1 Come back home
2 I can talk
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également