↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Rock n' TV Series


Collectif, le 25/01/2016

Halt and Catch Fire

 

Année de production : 2014

Showrunners : Christopher Cantwell, Christopher C. Rogers

Le pitch


Texas, 1983. IBM et Apple ont la mainmise sur l'industrie naissante du personal computer; arrive de nulle part Joe Macmillan (Lee Pace) et son rêve de participer, lui aussi, à cette révolution. Et il tentera d'y parvenir par des méthodes pour le moins inconventionnelles... 

La critique


Halt and catch fire échappe chaque saison -et de peu- au couperet d'AMC grâce à une fanbase motivée et dynamique, et ce pour une raison : la série parvient à nous immerger dans les années 80 et à créer une atmosphère grisante qui tient le spectateur en haleine malgré des connaissances informatiques limitées (en tout cas pour ma part).


Le casting est soigné. Lee Pace y est superbe dans son rôle de fils à papa/être sensible/manipulateur/ névrosé passionné. Mackenzie Davis est une révélation, codeuse hors pair un peu borderline, avec une silhouette longiligne superbe, d'une vulnérabilité incroyable malgré son mètre 78.


Kerry Bishé dans le rôle de Donna Clark parvient à illustrer une problématique encore fréquemment rencontrée par les femmes : comment mener de front une carrière et une famille (en ajoutant le fait que le contexte des années 80 et l'industrie informatique ne facilitaient pas l'ascension de la gent féminine) ? Et que doit-on sacrifier en chemin pour y parvenir... 


Toby Huss, incarnant John Bosworth, commercial senior à la vie familiale mouvementée, employé 22 ans par la même entreprise, contraint à s'adapter à une nouvelle ère afin de sauver sa peau, est probablement le personnage connaissant l'évolution la plus intéressante, et l'un des plus attendrissants. 


Bref, Halt and catch fire est un petit ovni dans le paysage télévisuel, et mérite le détour. 

La BO


Qui dit années 80 dit bande-son des années 80 ; la force de cette série est d'avoir permis d'associer des genres musicaux à ses personnages, ce qui permet parfois au spectateur d'anticiper de manière jubilatoire leur apparition. Ainsi, Cameron et sa coupe à la garçonne peroxydée sera-t-elle accompagnée d'une tripotée de titres punk, dont le ton est donné dès le premier épisode avec « The magnificent seven » des Clash. Suivront d'autres groupes de la fin des années 70 et des années 80 tels que Bad Brains, Big Boys, Die Toten Hosen, Really Red, Black Flag, Stalag 13 ou Bobby Soxx , et du bon rock garage (The Weirdos, The Dicks, Zeros...).


Les apparitions de Joe seront quant à elles portées par des titres plus froids de new-wave/électro pop, tant des années 80 que des années 2000 mais se fondant toujours dans le décor ("Sooner than now" de Sin Cos Tan, "Red Eyes" de The War On Drugs, "Sex" de Berlin, ou encore "2020" de Suuns), illustrant parfaitement sa personnalité complexe et ambivalente, et le caractère énygmatique du personnage.


La série ne néglige pas les classiques populaires de l'époque, et on retrouve également du Billy Squier, du Dr Feelgood, les Talking Heads, John Fogerty, ou encore Johnny Cash, pour le plaisir de nos oreilles....


A noter, parmi les découvertes, le très aérien "Litmus" de Howling, duo composé de l'australien Ry x et son timbre doux au chant, et de l'allemand Frank Wiedemann, spécialisé dans la deep house et l'électro expérimentale ; on retrouve ce titre au cours de l'épisode 9 de la saison 2, au côté de la cover du titre phare de Joy Division ("She's lost control") par Trentemoller et les Raveonettes.


Le pari musical de Halt and Catch Fire est gagné; la bande-son dynamise le scénario et lui confère cette tension qui aurait pu manquer considérant la technicité du thème; elle contribue également à créer l'empathie du spectateur pour les différents personnages, et à marquer leurs traits de caractère. Enfin, le contenu proposé est de qualité pour les amateurs de rock. Que demande le peuple?


 Fanny


Commentaires
rockfour, le 05/02/2016 à 09:24
et il manque la plus rock de toutes puisque c'est la musique sous toutes ses formes qui y tient la 1ère place (pop, soul, blues, funk, folk, country et cajun), je veux parler de TREME
Heathcliff, le 28/01/2016 à 08:12
Moi ce serait plutôt Happy Days , parce que Fonzie il est cool ???? !!
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également