↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.

Rock n' TV Series


Collectif, le 25/01/2016

One Tree Hill

 

Ou encore Les Frères Scott, pour ceux qui ne les connaîtraient pas

Années de production : 2003 - 2012

Showrunner : Mark Schwahn

 

Le pitch


L'histoire de deux demi-frère, Nathan et Lucas, qui se retrouvent en compétition au sein de la même équipe de basket (les Ravens) dans leur lycée de Tree Hill, une ville fictive de Caroline du Nord. Rivalité également sur le plan sentimental, puisque les deux adolescents vont se disputer les faveurs de la rebelle Peyton et de la sensuelle Brooke.

La critique


Fort d'un scénario classique mais réunissant néanmoins bon nombre d'ingrédients sensés permettre une certaine profondeur d'histoire avec une rivalité familiale, sportive et sentimentale, un peu à la manière des mangas de Mitsuru Adachi qui excelle dans ce genre de comédie, One Tree Hill ne demeure cependant qu'un mélo pour ado on ne peut plus lambda, servi par des interprètes bellâtres sans saveur et plombé par des rebondissements scénaristiques téléphonés et/ou invraisemblables. Néanmoins, le public ado semble s'y être retrouvé car la série a réussi à se prolonger sur neuf saisons, et ce malgré le départ de l'un de ses acteurs principaux, Chad Michael Murray (qui interprète Lucas) à la fin de la saison 6.

La BO


Alors pourquoi avoir inclu Les Frères Scott dans ce dossier ? Déjà parce que One Tree Hill, le nom original de la série, est un (gros) clin d'oeil au morceau éponyme de U2 issu de The Joshua Tree. Dans la même veine, chaque titre d'épisode est un titre de chanson connue faisant appel à de bonnes références rock (Led Zeppelin, Radiohead, Nine Inch Nails, The Velvet Underground, Talking Heads parmi quelques exemples). Mais il faut aussi savoir que mine de rien, les Frères Scott ont constitué une grosse vitrtine pour les groupes de rock à tendance teenager aux US.

La BO accorde une large part au post grunge (Jimmy Eat World, Nada Surf) et au pop punk et succédanés (Fall Out Boy, Angels and Airwaves), avec également tout un tas d'autres formations ayant vocation à flatter les esgourdes des ados, que ce soit anglaises (Noisettes, Travis, Keane) ou ricaines (Get Up Kids, Sheryl Crow, Audiosalve, Hot Hot Heat).


Mieux encore : le Tric, le bar de Karen et Peyton, reçoir régulièrement la visite de groupes de rock qui viennent y jouer en chair et en os. Les Jimmy Eat World s'y  produisent à plusieurs reprises, tout comme les Wreckers, Jack's Mannequin et Fall Out Boy. Parmi les autres invités à égayer les soirées des héros, on notera Sheryl Crow, Nada Surf, Lupe Fiasco, Noisettes, Chip Trick, Kid Cudy ou encore City and Colour. A noter enfin dans la saison 8 le cameo d'un certain Dave Navarro (Jane's Addiction, Red Hots sur One Hot Minute).


Comme quoi, en cherchant bien, même dans une série a priori sans intérêt, et pour peu que vous soyiez sensible au genre proposé, One Tree Hill pourra vous faire passer de bons moments. Musicaux, tout du moins.


Nicolas


Commentaires
rockfour, le 05/02/2016 à 09:24
et il manque la plus rock de toutes puisque c'est la musique sous toutes ses formes qui y tient la 1ère place (pop, soul, blues, funk, folk, country et cajun), je veux parler de TREME
Heathcliff, le 28/01/2016 à 08:12
Moi ce serait plutôt Happy Days , parce que Fonzie il est cool ???? !!
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également