↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Actualité

Baroness en gris et or


Nicolas, le 13/03/2019

Gold & Grey achèvera le cycle des albums de couleur de la Baronne, et son arrivée est prévue un peu plus tard cette année. On n'en sait pas encore beaucoup, mais on ne pouvait décemment pas ne pas vous livrer le splendide artwork réalisé par John Baizley pour l'occasion. Si la musique est à la hauteur de l'emballage... on peut s'attendre à des merveilles !

Par ailleurs, on peut peut-être s'attendre à un double album, quoique Yellow & Green proposait 2 visuels différents. Les paris sont ouverts.

EDIT 14/03/19 : on la date de sortie (14 juin), la tracklist (17 titres... ça sent le double LP) et le 1er single ! A voir ci-dessous.

1. Front Toward Enemy
2. I’m Already Gone
3. Seasons
4. Sevens
5. Tourniquet
6. Anchor’s Lament
7. Throw Me An Anchor
8. I’d Do Anything
9. Blankets Of Ash
10. Emmett-Radiating Light
11. Cold Blooded Angels
12. Crooked Mile
13. Broken Halo
14. Can Oscura
15. Borderlines
16. Assault On East Falls
17. Pale Sun

 


Source : Facebook
En savoir plus sur Baroness
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également