↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Aldious


Radiant A


(02/12/2015 - Bright Star Records - Speed Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Re: Fire / 2- The End / 3- Die For You / 4- Step / 5- Sweet Temptation / 6- One Way / 7- Believe Myself / 8- Piece of my Wish / 9- Moment / 10- Kochou No Yume / 11- Dearly
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"Loin du speed metal pur de ses débuts, Aldious gâche le potentiel que lui a apporté son changement de chanteuse"
Erwan, le 04/01/2016
( mots)

Après un automne chargé en grosses sorties, cette fin d’année plus légère nous permet de nous pencher sur quelques disques que nous n’aurions pas forcément pris le temps d’aborder autrement. Et pour s’ouvrir un peu les oreilles sur le monde, quoi de mieux que de regarder ce qui se fait loin, très loin de chez nous ? Elles sont cinq, venues d’Osaka, et forment le groupe de metal féminin Aldious. Un coup d’œil sur leur cinquième album Radiant A, disponible depuis début décembre.


Aldious est une formation plutôt récente qui après plusieurs changements dans sa formation a réussi à prendre une première forme en 2010 pour lancer réellement sa carrière, un an après leur premier EP en 2009. Le groupe ouvre son propre label Bright Stars Records et organise la sortie de son premier album Deep Exceed en 2010 avec la chanteuse Rami, la bassiste Sawa, la batteuse Aruto et les deux guitaristes Yoshi et Toki. Leur speed metal au chant clair très éloigné des standards du genre, dans un pays où le metal est très populaire, mais aussi leur physique proche de celui d’un groupe d’idols dont elles ne se privent pas de jouer dans leurs clips, font de leur premier album un vrai succès.


Mais si les membres d’Aldious jouent beaucoup de leur physique pour plaire à un public qui est habitué aux groupes féminins montés de toutes pièces pour le spectacle, elles ne sont pas pour autant de simples marionnettes. La musique est bien la première motivation de ces cinq filles qui n’ont eu besoin de personne pour prendre un instrument et travailler ensemble. On peut même leur déceler un certain sens des affaires après avoir fait de leur label une branche du label Spinning. Aldious fait une entrée remarquée dans les charts japonais, mais malgré une productivité intense (cinq albums en cinq ans), le phénomène finit par lasser. La qualité du chant de Rami commence à être discutée, manquant de pèche, et même parfois de justesse. De plus, malgré une étiquette speed metal, Aldious se trouve à des années lumières de ce qui se fait de mieux dans le metal japonais, pays qui rayonne peu dans l’univers rock (principalement parce qu’il ne cherche pas vraiment à rayonner) mais qui contient quelques groupes à la technique simplement hallucinante.


On revient à cette fin d’année 2015 avec Radiant A, cinquième album d’Aldious, dont le line-up a un peu évolué. Exit Rami au chant, pour cause de problèmes de santé, c’est Re:NO qui prend le micro. Du changement aussi derrière les fûts puisque Marina prend la place de Aruto. Aldious a pas mal évolué en cinq ans et offre aujourd’hui dans son album quelque chose de beaucoup plus large, avec toujours des titres speed aux lead endiablées ("The End", "Believe Myself", "Moment"), mais aussi des morceaux plus populaires et teenage ("Die For You", "Step"). Le chant de Re:NO apporte une vraie énergie aux morceaux, même si Yoshi et Toki ne se sont vraiment pas foulées pour varier les rythmiques. La production assez lisse ne laisse ressortir que peu de titres du lot.


Après "The End" qui donne d’entrée une bonne dynamique à l’album, "Sweet Temptation" et "One Way" relèvent vraiment le niveau avec des sonorités plus agressives et une bonne utilisation de la wah wah. Et c’est sans doute à ça que tout le disque aurait dû ressembler. En seconde partie de Radiant A, Aldious baisse le tempo le temps d’une jolie ballade avec un peu de piano, "Piece of my Wish", qui laisse apprécier la douceur de la voix de Re:NO. Malheureusement, on termine quand même l’album sur une suite de titres tous assez proche et sans grande saveur. Se retient juste le solo de "Moment", peut-être un des meilleurs de l’album.


 


Et c’est vraiment regrettable. Le changement au micro a apporté quelque chose de positif à Aldious, et le groupe choisit de prendre une autre direction au moment où son line-up est le plus adapté au speed metal de ses débuts. On sent aujourd’hui Aldious partagé entre le côté filles canon/rock teenage et le projet de départ, quelque chose qu’on peut rapporter sur notre scène occidentale à ce qu’a vécu Orianthi après des débuts prometteurs. Quoi qu’il en soit, Aldious est une porte d’entrée comme une autre sur la scène japonaise, une scène qu’on peut trouver étrange au début mais qui après une petite acclimatation offre de nombreuses merveilles tant en terme de technique à la guitare que de spectacle.

Commentaires
Erwan, le 05/01/2016 à 14:20
Franchement quand on s'est habitué au chant en japonais et à la voix, c'est sympa ^^ après pour taper dans du vraiment impressionnant au Japon faut écouter Versailles ou Galneryus. Et oui la pochette craint un peu mdr
Nicolas, le 04/01/2016 à 16:43
Bah, elles sont mimi les petites nippones. Après la musique, je ne sais pas... faudra que j'écoute, par curiosité !
Etienne, le 04/01/2016 à 15:36
Quand dans le "Home" tu vois la pochette d'Aldious et celle de Baroness l'une à côté de l'autre, ça pique un peu les yeux quand même...
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également