↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Ange


Emile Jacotey


(00/00/1975 - Phillips-Mercury - Rock Progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- Bêle, Bêle Petite Chèvre / 2- Sur la Trace des Fées / 3- Le Nain de Stanislas / 4- Jour Après Jour / 5- Ode à Emile / 6- Ego et Deus / 7- J'irai dormir plus loin que ton Sommeil / 8- Aurealia / 9- Les Noces / 10- Le Marchand de Planètes
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (14 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
"Quand un vieux conteur maréchal-ferrant devient la voix du rock progressif français ..."
François, le 12/11/2019
( mots)

Si le Moyen-Age est une source d’inspiration importante pour le rock progressif, c’est qu’il demeure un temps héroïque, un espace de légendes, dont le fond populaire semble s’être prolongé dans les territoires les plus ruraux et maintenus hors-du-temps, malgré des hybridations ; et cela, de Menocchio à Emile Jacotey. En effet, Christian Décamps avait mêlé l’univers médiéval au fantastique dans Au-delà du Délire, et il renoue avec des récits féériques en rencontrant un vieux maréchal-ferrant, conteur singulier de 85 ans en ces contrées jurassiennes. 


Sous la pression de la maison de production, alors que Jelsch est parti au profit de Guénolé Bilger à la batterie, Ange doit  enregistrer rapidement un nouvel album après une tournée dépassant l’hexagone. Dans un contexte de retour à la terre qui a poussé ses animateurs à sauvegarder la mémoire musicale et orale des ruraux par l’enregistrement, Décamps trouve l’inspiration en s’inscrivant dans cette démarche. C’est ainsi qu’Emile Jacotey est au cœur de l’album. On l’entend s’exprimer sur plusieurs pistes ("Les Fées"), l’aède accompagnant notre voyage entre légendes locales et tranche de vie. 


Le morceau suscité est d’ailleurs un des plus beaux passages de l’album, Décamps y faisant une prestation exceptionnelle : claviers et arpèges donnent une ambiance mystérieuse absolument à propos. De même, sur "Ode à Emile", la vie laborieuse de notre protagoniste est déclamée sur un chef-d’œuvre de progressif français. 


La maturité du groupe se ressent dans l’absence de longue suite : les titres sont plutôt courts, et c’est dans le développement de l’opus que la progression musicale se donne à entendre. Ici se dévoile la chanson progressive, au croisement entre le nouveau genre ambitieux du rock et la chanson française de laquelle le groupe se revendique. 


La première partie de l’album est jugée plus solide par la critique, le public et le groupe : au-delà des titres déjà évoqués, "Bêle ! Bêle ! Petite chèvre", puissant et électrique, est un incontournable. Néanmoins, la seconde face – écrite plus rapidement – comporte de vrais beaux moments : "Ego et Deus" sautillant et endiablé, "Les Noces", rappelant les délires instrumentaux et lyriques d’une reprise de Brel plus ancienne. Ce dernier titre permet une scénographie prononcée à l’aide de champagne et paillettes ou confettis. Ce sont peut-être les quelques balades ("Aurélia") qui sont plus faibles sans être des erreurs de parcours. C’est ce qui poussera le groupe à mettre au monde un remake – ou plutôt une résurrection – en 2014. 


Avec ce nouveau coup de maître, Ange emmagasine un surplus d’euphorie et obtient une renommée et une gloire internationale, chose rare pour un groupe français. La voix d’Emile est depuis lors celle du rock progressif français, davantage même que celle de Christian Décamps. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Ange


Au delà du délire


Critique d'album

Ange


Caricatures


Album de la semaine
À lire également