↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Awolnation


Angel Miners & The Lightning Riders


(24/04/2020 - Better Noise Music - Electro Rock - Genre : Pop Rock)
Produit par Better Noise Music

1- The Best / 2- Slam (Angel Miners) / 3- Mayday!!! Fiesta Fever / 4- Lightning Riders / 5- California Halo Blues / 6- Radical / 7- Batteres, Black & Blue (Hole In My Heart) / 8- Pacific Coast Highway In The Movies / 9- Half Italian / 10- I'm A Wreck
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Nouveau sommet discographique pour Aaron Bruno"
Guillaume, le 19/05/2020
( mots)

Voilà près de dix ans qu’Awolnation et son magnétique leader ont surgi de nulle part avec l’imparable Sail. De nulle part c’est un peu vite dit, ledit leader Aaron Bruno s’étant déjà signalé dans trois groupes tous signés en major. Or ces belles entreprises qui ne font rien au hasard avaient bien compris depuis longtemps qu’il fallait miser sur ce gars-là. 


Son surnom Awol - pour Absent Without Official Leave - en dit peut être long sur sa bougeotte, de même que ses nombreux relookings, du metalcore d’Insurgence en passant par le rock d’Under The Influence Of Giants, Aaron Bruno semblait se rapprocher de son idée musicale au sein de Home Town Hero. Mais c’est en fondant Awolnation, groupe constitué par et pour lui qu’il connaît le succès planétaire.


Qu’on ne s’y trompe pas, cette évolution est l’opposé d’un assagissement ou d’une édulcoration pour raison de drague commerciale. Musicalement c’est une sophistication, le refus de se cantonner à une case, le souhait d’aller surprendre l’auditeur. Néanmoins sur scène Awolnation reste un rouleau compresseur sonore, un mur de distorsion que l’on vous souhaite à tous d’expérimenter en réel. Ca hurle, ça saute et ça frappe, mais pas que. Leur musique contient également une large part de recherche de paix intérieure, nous y reviendrons.


Pour ce quatrième album les Californiens ont quitté leur label historique Red Bull Records pour signer sur Better Noise, plus marqué rock voire metal, encore la bougeotte.


Et peut être voulaient-ils marquer le coup, ou retrouver les cimes après Here Comes The Runt (2018 Red Bull records) très réussi mais dépourvu de tubes, toujours est-il que cet Angel Miners & The Lightning Riders déborde de bonnes et belles choses.


D’ailleurs cet embarras du choix explique peut être le nombre important de singles, nous en sommes à cinq au moment de la publication de ces lignes, il a même fallu aller chercher un titre inédit - de qualité - pour tenir face à la demande.


Et de fait, s’il s’agit de mettre en avant quelques titres pour donner une bonne mesure de la réussite de l’album le chroniqueur se retrouve face à un choix bien cornélien. Car tout fonctionne, du groove feel good dansant de "The Best" à la sauvagerie de "Battered, Black & Blue" en passant par la basse électro obsedante dans "Slam (Angel Miners)" les morceaux s’impriment en nous. Les climax rock vont ravir les amateurs de gros riffs dans "Mayday!!! Fiesta Fever", Battered Black & Blue déjà citée et surtout dans le pétage de plomb final d’"I’m A Wreck" où deux personnage se succèdent, un premier qui s’apitoie sur son sort et le deuxième qui le secoue pour de bon, savoureux.


Quelques mots sur "Pacific Coast Highway In The Movies". Derrière ce titre à rallonge se cache le rafraîchissant duo d'un apparente simplicité avec Rivers Cuomo, éminence grise et torturée de Weezer si cher à notre Rédacteur en Chef. Une seule écoute suffit pour s’étonner que ces deux-là, Cuomo et Bruno, ne se soient pas trouvé plus tôt tant la parenté des styles est criante entre Awolnation et Weezer période Pacific Daydream (2017 - Warner). Voici donc une ritournelle mid tempo et hyper accrocheuse sur le thème du décalage entre Californie mythique et ensoleillée et réalité plus terre-à-terre. Le titre met en valeur de manière éclatante les personnalités d’un Aaron Bruno doux amer mais toujours guilleret et un Rivers Cuomo fragilisé et au seuil de sa énième déprime.


Notre chanteur geek préféré n'est pas le seul invité à la fête, Alex Ebert passe une tête dans "Mayday!!! Fiesta Fever". Son nom ne vous évoque peut être rien, il chantait dans Ima Robot, groupe bien connu des fans de la série Suits et livre ici une participation parfaitement en osmose avec la musique, déjantée.


Alice Merton vient également nous faire un petit couplet dans un version bonus de "The Best", ça sent un peu la tentative de relance de carrière mais c'est bien fait, on garde.


Parlons aussi d’une anecdote bien enfouie dans "California Halo Blues". Cette jolie chanson douce et compassionnelle fait en fait référence aux incendies de fin 2018 pendant lesquels Bruno a perdu son studio dans les flammes. Alors en tournée il a craint pour sa famille et ses chiens et le morceau rend compte du soulagement ressenti et de sa vision esthétique de l’événement une fois le calme revenu.


Aaron Bruno vient encore de sortir un album avec beaucoup de personnalité, de travail et dont l’originalité reste compatible avec la musique mainstream, un tour de force. Les suiveurs du groupe vont nécessairement se faire la réflexion qu’Angel Miners & The Lightning Riders pourrait rester au sommet de la discographie d’Awolnation pendant un moment et que la barre est bien haute pour suite.


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Mark Lanegan


Straight Songs Of Sorrow


"

A peine 7 mois après la sortie de l’excellent Somebody's knocking , revoilà déjà un nouvel album de Mark Lanegan, Straight songs of sorrow . Si les fidèles du vieux loup américain sont habitués à la régularité stakhanoviste de ses sorties, ce douzième disque solo (le sixième en 8 ans) revêt un caractère particulier, car il parait conjointement à son autobiographie, sortie aux Etats-Unis sous le nom de "Sing Backwards and Weep".

"
À lire également
Compte-rendu de concert