↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Deerhunter


Monomania


(06/05/2013 - 4AD - - Genre : Rock)
Produit par

1- Neon Junkyard / 2- Leather Jacket II / 3- The Missing / 4- Pensacola / 5- Dream Captain / 6- Blue Agent / 7- T.H.M. / 8- Sleepwalking / 9- Back To The Middle / 10- Monomania / 11- Nitebike / 12- Punk (La Vie Antérieure)
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Deerhunter sort un album subversif, entre rock psyché, garage et pop."
Geoffrey, le 16/05/2013
( mots)

Quel choix judicieux pour Bradford Cox, le leader de Deerhunter, de nommer ce nouvel album par le nom d’une maladie psychologique : Monomania. Lui qui a dû faire face toute sa vie à la maladie (syndrome de Marfan qui lui donne le physique de l’emploi), l’abandon familial, très tôt dans sa jeunesse, ou la malchance chronique (il est l’auteur de la fuite malencontreuse sur internet d’un de ses précédents albums, 4 mois avant sa sortie). Bref : une vie passée à se lever du mauvais pied, mais une rage d’écrire qui se ressent dans ce disque tourmenté, teinté de rock psychédélique, de garage ou de shoegaze.

Sans rancune pour une vie peu souriante, Badford Cox fait preuve paradoxalement d’une certaine finesse de composition et d’interprétation presque enjouée qui ressort de ces titres. Un pied de nez musical qui interpelle, puisque beaucoup de titres sont plutôt positifs, entrainants, ou même dansants. Entre du tout-noisy ("Leaser Jacket II"), et une pop plus éclairée et accessible ("The missing" ou "THM"), chacun d’eux participe à la construction d’un disque complet et très bien produit capable de  marquer le genre. Mais plus qu’un simple disque sachant naviguer avec virtuosité entre rock et pop, ce qui attire dans ce Monomania, c’est la richesse dont fait preuve la production de l’intégralité des morceaux. Et si le rythme et la voix saturée rappellent The Strokes, c’est bien au-dessus que se hisse cet album, construit sur des arrangements bien plus subtils et ambitieux. 

On comprends ainsi mieux pourquoi le groupe lui-même qualifie ce disque de rock-nocturne. C’est sans doute pour mieux mettre en exergue cette drôle de dualité qu’on retrouve dans un garage-psyché ou une pop dérangée. Deerhunter semble alors appeler d’autres comparaisons, The Velvet Underground en tête. À l’intérieur de la discographie du groupe, Monomania se trouve en revanche plus complexe, et puisant un peu plus au cœur de la musique américaine que ne pouvait le faire Halcyon Digest, leur précédent album, et se délecte dans une parfaite cohérence subversive.

Il y a alors très peu de choses à reprocher à ce disque. De quoi presque souhaiter à Bradford Cox de continuer à vivre cette guigne qui lui colle à la peau : Deerhunter marche à ça, et de cette poisse, il n’en sort visiblement que du bon. Il y a finalement une justice, dans ce bas-monde ! 
 

Si vous aimez Monomania, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Deerhunter


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également