↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Frank Carter & The Rattlesnakes


End of Suffering


(03/05/2019 - - Punk Hardcore - Genre : Rock)
Produit par

1- Why a Butterfly Can't Love a Spider / 2- Tyrant Lizard King / 3- Heartbreaker / 4- Crowbar / 5- Love Games / 6- Anxiety / 7- Angel Wings / 8- Supervillain / 9- Latex Dreams / 10- Kitty Sucker / 11- Little Devil / 12- End of Suffering
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Avis de première écoute
Note de 4/5
Album super efficace, Frank Carter et ses sbires nous balancent un rock alternatif ultra-carré. C'est moins punk dans l'esprit mais sans doute plus maitrisé et pas moins efficace. Carter est un excellent chanteur (sorte de Rivers Cuomo disons... survitaminé) quant à la musique, elle évoque très souvent Royal Blood, entre autres.
Avis de première écoute
Note de 4/5
Frank Carter et ses Rattlesnakes nous gratifient d'un nouvel album séduisant à tous points de vue. Un son nouveau qui lui va si bien, des chansons moins énervées certes mais d'une indéniable beauté. Et Crowbar à ajouter de toute urgence dans vos playlists.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également