↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Kings of Convenience


Peace or Love


(18/06/2021 - EMI - Folk - Genre : Chanson / Folk)
Produit par Kings of Convenience, Antonio Pulli, Cristian Heyne, Davide Bertolini, Kalle Gustafsson Jerneholm, Phil Weinrobe, Robert Jønnum

1- Rumours / 2- Rocky Trail / 3- Comb My Hair / 4- Angel / 5- Love is A Lonely Thing / 6- Fever / 7- Killers / 8- Ask for Help / 9- Catholic Country / 10- Song About It / 11- Washing Machine
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Avis de première écoute
Note de 4/5
De retour après 12 ans d'attente et l'excellent Declaration of Dependence, le duo Kings of Convenience nous régale avec trois quarts d'heure de pure délicatesse, de classe et d'élégance. Tantôt folk, tantôt bossa, les arrangements et les harmonies sont à la hauteur du statut de groupe culte acquis par les Norvégiens à la fin des années 2000. La contribution de leur collaboratice de longue date, la toujours juste Feist, ajoute de la grâce à un ensemble réjouissant et convaincant.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également