↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

M.I.A.


/\/\/\Y/\


(12/07/2010 - XL Recordings - hip-hop/ragga/électro - Genre : Autres)
Produit par

1- THE MESSAGE / 2- STEPPIN UP / 3- XXXO / 4- TEQKILLA / 5- LOVALOT / 6- STORY TO BE TOLD / 7- IT TAKES A MUSCLE / 8- IT IZ WHAT IT IZ / 9- BORN FREE / 10- MEDS AND FEDS / 11- TELL ME WHY / 12- SPACE
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Clip choc et expériences bruitistes pour un troisième album moins accessible"
Margaux, le 26/07/2010
( mots)

M.I.A. attire indubitablement l’attention. Elle aime le fluo et les perruques bleues. Elle crie haut et fort des engagements politiques discutés. Elle donne carte blanche à Romain Gavras pour un clip ultra-violent retiré de Youtube. Mais elle n’a peut être pas complètement apprécié l’enflammement non maîtrisé provoqué par l’apparition de "Paper Planes" sur le blockbuster-malgré-lui Slumdog Millionaire. Car voici qu’elle revient avec un album apparemment peu accessible, bruitiste, crissant et insupportable. Tout semble ici rappeler que "Paper Planes", n’est pas représentatif du style réel de M\.I\.A\. Et elle semble avoir eu très envie de le notifier à des auditeurs qui n’auraient pas cherché plus loin que son titre phare.

Les albums de M\.I\.A\. n’ont jamais été homogènes. Un seul disque pouvait être investi par un nombre impressionnant de styles différents. MAYA ne déroge pas à la règle et la palette de genres explorés est encore plus riche que celle des précédents albums. Chaque morceau présente une ambiance particulière, envoutante et parfois complexe. Pourtant, sur MAYA, l'effet escompté n'est plus le même. M\.I\.A\. avait des expérimentations géniales qui piochaient dans différentes cultures, sans jamais être totalement bruitiste, comme elle l’avait fait pour un "Bird Flu" tribal et enivrant. Mais sur ce disque, comme sur la pochette, on a l’impression que plusieurs fenêtres Youtube se sont ouvertes en même temps, crachant leur musique simultanément. Et l’abus de bidouilles électroniques produisant de terribles larsens artificiels ("Teqkilla") ou des saturations basses ("Meds and Feds") ne fait que renforcer l’idée que ces genres de sonorités  peuvent difficilement être considérés autrement que comme des défauts musicaux. Ici M\.I\.A\. expérimente tellement fort qu’une partie de l’album est difficilement écoutable. Ses deux albums étaient jalonnés de bruits de détonation et de mitraillettes qui s’intégraient efficacement dans l’ensemble. Elles sont ici remplacés par des perceuses insupportables sur "Steppin Up" qui aurait pu être une très bonne chanson si elle n’en avait pas été parasitée par ces sons incongrus.

Cet album est donc le plus extrême, mais il présente tout de même des chansons accessibles, voire même des tubes en puissance que l’on n’avait pas identifiés lors de la première écoute. "It takes a Muscle" a tout d’un ragga moite de fin de soirée d’une boîte de Club Med, et même si'l n'est pas terrible, il a l’avantage d’être bien meilleur que ce que l’on peut entendre de similaire aujourd’hui. "XXXO" sera sans conteste le tube de cet album, comme "Paper Planes" a été celui de Kala, quelque chose d’assez facile à retenir, avec ce qu’il faut d’indie, pour mettre tout le monde d’accord.M.I.A. fait d’un titre comme "It iz what it iz" une chanson agréable et bien produite. Quant au ragga-dancehall de "Story To be Told", twisté par son électro, il est sans doute possible, l’un des sommets de l’album.

Ainsi, M\.I\.A\. aurait-elle voulu se rétracter de la soudaine popularité engendrée par Slumdog Millionaire et "Paper Plane" qu’elle ne s’y serait pas prise autrement. MAYA  est un album profondément désorientant. Mais il semble surtout qu’il poursuit les choix d’un univers qu’elle tâtonnait depuis Kala, et qu’elle autorise aujourd’hui à prendre toute son ampleur. L’album regroupe une poignée de chansons qui comptent parmi les meilleures de la chanteuse. Mais il ne restera pas un essentiel comme l'avait été son prédécesseur, qui pouvait s'écouter en boucle sans lasser.

 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également