↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Muse


Origin of Symmetry


(17/07/2001 - Taste - Evo rock - Genre : Rock)
Produit par David Bottrill, John Leckie

1- New Born / 2- Bliss / 3- Space Dementia / 4- Hyper Music / 5- Plug in Baby / 6- Citizen Erased / 7- Micro Cuts / 8- Screenager / 9- Dark Shines / 10- Feeling Good / 11- Megalomania
Note de 4.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (183 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
"Furieux, voluptueux, majestueux : le chef-d'oeuvre de Matthew Bellamy."
Alan, le 28/05/2015
( mots)

Il serait aisé de résumer le second opus du trio de Teignmouth à une version 2.0, plus élaborée et aboutie, du premier jet déjà foutrement réussi qu’était Showbiz : on y retrouve en effet bon nombre d’éléments ayant fait sa réussite, des riffs nerveux et fougueux aux envolées pianistiques grandiloquentes auxquels se marie la voix tantôt esseulée, tantôt possédée d’un Matthew Bellamy schizophrénique au possible et dévoilant au travers de ses compositions toute l’étendue de son art à la face du monde.

Ce serait néanmoins s’adonner à un jugement aussi hâtif qu’erroné, car c’est justement là que le problème - tout relatif qu’il est - se pose : sans minimiser l’apport indéniable de Chris Wolstenholme et Dominic Howard à l’imparable alchimie rock qui s’en dégage, Showbiz tend malgré tout à prendre par moments la forme d’une démonstration de force de la part de son géniteur qui n’hésite pas à occulter de par ses éclats de voix (“Muscle Museum”, “Showbiz”) ou les déflagrations sonores de sa six cordes (“Sunburn”, “Sober”) ses deux fidèles compagnons d’armes.

Personne n’avait pourtant pointé du doigt cette mégalomanie alors naissante qui allait par la suite consumer la musique du trio à petit feu - a-t-on vraiment besoin de reparler de la douloureuse purge chimérique et robotique que fut The 2nd Law ? Sauf qu’à l’heure des premiers balbutiements de ce nouveau millénaire, Matthew Bellamy n’avait d’autre ambition que de prouver à ses détracteurs que Muse n’était en rien un simple ersatz de Radiohead. Une ambition claire et limpide qui fait suite à une première production, donc, remarquée outre-Manche, mais aussi dans nos frontières : de ce fait, pour le sempiternel exercice périlleux (dit-on) du deuxième album, Muse - ou bien Bellamy lui-même ? - était clairement attendu au tournant.

C’est ainsi le cortex empli d’hallucinations mycologiques que le pianiste virtuose - ou guitariste émérite, c’est selon - s’attelle à la composition d’un album encore plus fou, encore plus imprévisible, encore plus mégalomane que pouvait l’être Showbiz, ne s’interdisant aucune facétie, ne rechignant aucune influence et explorant des horizons toujours plus lointains. Épaulé dans un premier temps par David Bottrill, puis par John Leckie, que l’on retrouvait déjà aux commandes de l’enregistrement de Showbiz, c’est finalement un chef-d’oeuvre intemporel que Muse finit par enfanter en cette année de grâce 2001.

Emmené par une production rutilante et des compositions dantesques, Origin of Symmetry se veut plus sombre, plus agressif, plus ambitieux que son prédécesseur, mettant en avant une dichotomie basse-guitare nouvelle faisant la part belle à une quatre cordes déphasée, plus lourde et distordue, qui assure avec le coup de baguette fracassant de Dom Howard une rythmique inébranlable par dessus laquelle les six cordes triturées de Matthew Bellamy viennent déposer riffs saturés et gimmicks alambiqués sur les hymnes rock désormais incontournables que sont “New Born”, “Hyper Music” ou “Plug in Baby” : les décibels pleuvent en rafales, la machine infernale est lancée, et le tout demeure aussi jouissif que ravageur.

Emporté par ses élans de grandeur, Bellamy s’emploie à toujours frapper plus fort, que ce soit à l’aide d’une guitare à l’accordage sur-mesure sur “Citizen Erased”, pièce maîtresse de l’album qui explore, tout comme “New Born” et “Plug in Baby”, le thème désormais récurrent chez Muse de cette technologie Big Brother-esque en phase de régir l’humanité, d’un orgue tonitruant sur le brulôt anti-religion qu’est le bien nommé “Megalomania” ou d’un doigté directement emprunté à Rachmaninov sur un “Space Dementia” conclu par un final des plus chaotiques. Seul “Screenager” offre un moment de répit au milieu de cette déflagration sonore, mariant à une guitare acoustique atmosphérique un kit de batterie insolite, Dom Howard jouant ici sur un balafon à l’aide d’ossements animaliers et d’orteils de lama (si si !), autant de nouveautés qui viennent agrémenter une palette sonore déjà très large qui propose ainsi davantage de nuances tout en faisant preuve d'une cohérence et d'une homogénéité remarquables.

À ce stade, il n’est même plus nécessaire d’évoquer les falsettos stridents ou la coda dévastatrice de “Micro Cuts” pour se rendre à l’évidence : avec Origin of Symmetry, Muse signe son album le plus enragé, le plus sulfureux, mais pas seulement - loin s’en faut. Véritable manifeste de la mégalomanie grandiloquente de Matthew Bellamy, celui-ci doit pourtant sa réussite en partie au rôle prépondérant accordé à Chris Wolstenholme et Dom Howard qui confère à ce second opus une unité qui tendait à faire défaut à Showbiz. Maîtrisé de bout en bout et brillamment exécuté, Origin demeure un coup de maître à ce jour inégalé - et probablement inégalable - dans la discographie des anglais, ainsi qu'un album phare de la décennie passée, tous styles confondus - n'ayons pas peur des mots.

Avis de première écoute
Note de 5/5
Rien vous dis-je ! Rien n'est à retirer de cet album ! Pas la moindre bribe sonore ! Le moins que l'on puisse dire c'est que Muse a posé ses c******s sur la table et bon Dieu que c'est bon ! Un album qui a marqué une décennie et au passage toute une génération. Que dis-je ? Ils sont de tout âge à s'époumoner dans les stades sur le refrain de "Plug In Baby", à secouer leur chevelure sur "New Born" et à frissonner sur cette magnifique reprise qu'est "Feeling Good". Certes après le groupe évoluera et, certes, leurs travaux ne réatteindront probablement jamais ce niveau de qualité. Mais allons nous vraiment nous plaindre du fait, qu'un jour ,le groupe britannique ait placé la barre si haut ?
Avis de première écoute
Note de 5/5
Muse à son sommet de spontanéité, de rage à peine contenue, de rayonnement cantique de la bonne nouvelle Bellamistique. Cet album tape un cran plus fort que Showbiz, met parfois mal à l'aise autant qu'il fascine. Le groupe réussit le pari de produire des titres aussi intimistes que collectifs. Un délire poussé et savamment orchestré de la psychose de Muse. Plus qu'un album, une référence.
Avis de première écoute
Note de 5/5
Qu'il est bon d'entendre que tous les espoirs suggérés avec Showbiz n'étaient pas vains. Muse propose avec Origin Of Symmetry l'un des bijoux de ce 21ème siècle, à n'en pas douter. Guitares stratosphériques, pochette superbement conceptuelle, chant endiablé, mélodies subtiles et batterie furieuse sont autant d'éléments singuliers qui font de cet album une synergie musicale rarement atteinte. En prime, le groupe s'offre même le luxe de porter le classique "Feeling Good" aux confins d'un rock sauvage inattendu. Qu'il était bon d'entendre Muse...
Avis de première écoute
Note de 4.5/5
J'ai rarement acheté un album immédiatement après en avoir survolé les quatre premières pistes sur une borne d'écoute chez un disquaire. Origin of Symmetry est de ceux-là. Le style Muse gagne en maturité, l'ire des guitares embrasse avec violence les tourbillons de syntéhtiseurs, les arrangements sont plus fouillés, la rage adolescente est toujours présente mais magnifiée par la production rutilante de David Bottrill. Pour être tout à fait honnête, la seconde moitié de l'album n'est pas à la hauteur des tueries que sont "Bliss", "Plug In Baby", "Newborn" ou "Hyper Music", ce qui m'empêche de délivrer la note maximale. Malheureusement, Muse ne fera jamais mieux que cette ébauche de chef d'oeuvre pas tout à fait aboutie.
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Muse


Drones


Critique d'album

Muse


The 2nd Law


Critique d'album

Muse


The Resistance


Album de la semaine
À lire également