↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Traveler


Termination Shock


(24/04/2020 - - Revival Heavy - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Shaded Mirror / 2- Termination Shock / 3- Foreverman / 4- Diary Of A Maiden / 5- STK / 6- After The Future / 7- Deepspace / 8- Terra Exodus
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Coup sur coup, Traveler ravive la flamme du Heavy traditionnel avec son second album. "
François, le 18/05/2020
( mots)

Il est loin le temps où la plupart des groupes sortait un album par an, tout en alliant souvent quantité et qualité : si les disques étaient souvent plus courts (avec des raisons techniques évidentes - la surface disponible du vinyle), ils avaient l’avantage d’éviter le remplissage et de satisfaire le passionné qui se mettait des nouveautés dans les oreilles à un rythme effréné. Sauf exception, les plus efficaces prennent au moins deux ans entre deux productions, ce qui a aussi des vertus (renouvellement de l’inspiration). Mais les Canadiens de Traveler, guerriers du revival heavy typé 80’s, sont des travailleurs acharnés : leur second album est venu au monde à peine plus d’un an après leur première production. 


Disons-le sans détour, si vous avez aimé Traveler, vous aimerez Termination Shock. On retrouve les qualités relevées dans le premier album, à coups de riffs efficaces et mélodiques, une belle maîtrise des références du Heavy des 1980’s (la stridence de Judas Priest, la mélodicité d’Iron Maiden …), un chant puissant qui incarne bien la musique du groupe. "Shaded Mirror", premier titre, dessine le programme avec son refrain épique, ses ponts et chorus bien interprétés. Malgré une production perfectible, on sent que l’on va passer un bon moment. 


Dans la multiplication des notes et par certains gimmicks, on pense parfois à Running Wild (sans les pirates), ou pour généraliser, à un mélange entre Speed et Power-Metal ; on pense ici à "Termination Shock", le très bon « Foreverman » avec ses changements rythmiques ou le très véloce et bourrin « Deepspace ». Plus inspiré par la vague anglaise, "STK"  nous ramène encore vers Judas Priest dont on reconnaît facilement l’héritage, quand l’ultime et accrocheur "Terra Exodus" est plus typé Amérique du Nord. 


Il faut bien souligner un léger défaut qui avait été envisagé lors de la critique du premier volume. Sur certains titres, on peut être amené à se dire : "rien de neuf à l’horizon". Prenons des précautions tout de même, parce que sur tous les morceaux, la musique est toujours bonne, bien jouée, efficace, avec de bonnes idées ; mais il manque tout de même un soupçon d’originalité, surtout quand on s’inscrit dans un genre musical qui a une longue histoire derrière lui (histoire que le groupe semble bien connaître). Ce qui faisait l’étonnement lors du premier album laisse parfois un peu plus froid ici, si l’on accepte d’accorder à cette remarque ce qu’elle comporte de relativité. 


Sauf que … Evidemment, Traveler a creusé son sillon et a composé des morceaux aux structures plus inhabituelles pour varier un peu les plaisirs. Ainsi, "Diary of a Maiden" interpelle immédiatement avec son introduction arpégée : rien de révolutionnaire, mais c’est une composition plus longue et épique avec un chorus forgé pour les amateurs de grosses guitares. Il faut rappeler ici que les deux guitaristes interviennent sur les parties solistes, échangent des notes, et qu’ils sont brillants. Même esprit sur "After the Future". Ajoutons à cela de bonnes idées pour les soli et les refrains, et on trouve largement de quoi étancher sa soif sans s’ennuyer. 


Sans proposer un album révolutionnaire, Traveler a concocté un successeur tout à fait digne de son très bon premier volet. Pilier du revival heavy, il saura séduire un large public chez les amateurs ou les auditeurs moins réguliers de ce genre de musique. Laissez-vous donc capturer par la pieuvre stellaire … made in Calgary. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Traveler


Traveler


Album de la semaine

Mark Lanegan


Straight Songs Of Sorrow


"

A peine 7 mois après la sortie de l’excellent Somebody's knocking , revoilà déjà un nouvel album de Mark Lanegan, Straight songs of sorrow . Si les fidèles du vieux loup américain sont habitués à la régularité stakhanoviste de ses sorties, ce douzième disque solo (le sixième en 8 ans) revêt un caractère particulier, car il parait conjointement à son autobiographie, sortie aux Etats-Unis sous le nom de "Sing Backwards and Weep".

"
À lire également