↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Tytan


Rough Justice


(00/00/1985 - Metal Masters - NWOBHM - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Blind Men & Fools / 2- Money For Love / 3- Women On The Frontline / 4- Cold Bitch / 5- Ballad Of Edward Case / 6- Rude Awakening / 7- The Watcher / 8- Far Cry / 9- Sadman / 10- Forever Gone / 11- Don't Play Their Way / 12- Far Side Of Destiny
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Quand la NWOBHM rencontre les synthés ..."
François, le 26/03/2020
( mots)

On s’est souvent moqué de Dickinson qui affirmait qu’il était impossible de faire du Metal avec des claviers … avant de réaliser deux sommets du genre, Somewhere in Time et Seventh Son of the Seventh Son, blindés de synthés. L’arroseur arrosé. En fait, la NWOBHM possède tout un courant qui apprécie le tsoin-tsoin : Praying Mantis, Oracle … Et Tytan


Le groupe ne sort pas de nulle part : Kevin Riddles, à la basse et aux claviers, vient d’Angel Witch, Les Binks (batterie) de Judas Priest. Ils ont vu passer un certain nombre de musiciens qui ont eu (et auront) une vraie carrière dans la scène, depuis leur premier 45 tours en 1982, jusqu’en 1983, sachant que l’album (1985) est publié quand le groupe n’existe déjà plus … 


Cette alliance Heavy/claviers fonctionne très bien. "The Watcher", pour commencer par le meilleur titre, peut basculer d’un riff démentiel à un pont éthéré avant de lancer le solo éminent, puis le pont épique qui envoie une seconde partie toute aussi solide. Avec des nappes, ils renforcent également la densité du très musclé "Forever Gone". "Blind Men and Fools" est le plus représentatif de cette expérience, avec sa longue introduction, son rythme guerrier, et son refrain légèrement kitsch : c’est le plus vieux titre de leur répertoire. 


Bien sûr, cela peut aussi apporter une touche hard-FM. Ainsi, "Money for Love" et "Woman on the Frontline", sans être désagréables, sont assez datés et un peu AOR. Mais bon, on peut pardonner ces écarts qui témoignent de l’esprit du temps, et qui possèdent de bons aspects. Qui ne tapera pas du pied ? 


On reste surtout dans un registre Heavy d’époque : "Sadman" possède la structure typique intro calme en arpèges suivie d’un plan doomesque. Ce titre est bien plus réussi que "Far Side of Destiny", un peu sudiste, où les chœurs sont en trop (bien que le chorus soit parfait). « Don’t Play their Way » est un hard rock’n’roll à la Saxon première époque, efficace et sans concession, comme le très bon "Cold Bitch" qui peut évoquer Satan, ou le motörheadien "Ballad of Edward Case". Le groupe résume la scène des 1980’s avec talent. Enfin, une petite pépite clôt la première face,"Rude Awakening", épique et martial, 


Il faut surtout dire que Tytan est plaisant par la qualité d’interprétation. La recette est la suivante : rythmique carrée, guitaristes inspirés, et un chant très bien calibré qui pourra plaire au-delà des amateurs de heavy (pas de voix trop haut-perchée). Il peut rappeler Brian Ross (sans les montées dans les aiguës). 


Avis aux archéologues de la NWOBHM et aux curieux de tout poil, cet album est pour vous. 


 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !