↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Viet Cong


Viet Cong


(19/01/2015 - JagJaguwar / Pias - Post punk/ art rock - Genre : Rock)
Produit par

1- Newspaper Spoons / 2- Pointless Experience / 3- March Of Progress / 4- Bunker Buster / 5- Continental Shelf / 6- Silhouettes / 7- Death
Note de 1/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Une lotion biphasée du plus bel effet"
Mathilde, le 18/01/2015
( mots)



Né de la base rythmique de feu Women, Viet Cong avait déjà pointé le bout de son nez en 2013 avec Cassette, EP auto-produit et qui flirtait de façon assez légère avec la pop des années 60. Les canadiens reviennent cette année avec un album éponyme, bien plus dense et violent mais d’une beauté de roman d’anticipation, de nouvelle poétique post apocalyptique.


Le premier titre est introduit par un bruit de tôles que quelqu'un serait en train de pulvériser. Le son est saturé, les voix dissonantes. C’est une angoisse martiale et du genre à faire rappliquer nos tocs et peurs primaires, la claustrophobie en lieu et place. Mais ce bourdonnement fiévreux ne dure qu’un temps et c’est là que se dévoile le talent de Viet Cong : celui de nous enfermer momentanément dans un assourdissement, de nous ensevelir sous des débris, de nous faire presque basculer dans un malaise et de nous tirer de là en vous insufflant une mélodie soulageante et rassérénante. Qui en est d’autant plus belle. Indeed, à la moitié de la chanson, un son clair de synthétiseur adoucit le titre, l’allège progressivement. L’orage est loin. Bientôt "Pointless Experience " fait son entrée math punk arythmique sous le talent du batteur Mike Wallace. Viet Cong c’est de la chimie/de l’alchimie, c’est comme une lotion, un liquide biphasé. D’un côté du math punk (on pense au groupe Pneu), dans toute son identité de rythmes dissociés et de l’autre la voix du chanteur/bassiste Matt Flegel qui renvoie directement à  Echo and The Bunnymen (que le groupe adore), à Brian Eno et ces glorieuses heures de la new wave. Secouez moi bien le tout avec une angoisse mancunienne à l’ultime référence Curtis-ienne et vous obtenez Viet Cong.


Plus loin l'intro de "March of Progress "appartient à la mouvance post rock de sons bruyants mais bien organisé (déjà vu aussi chez NFL3)... puis on passe à une ritournelle classico-Beatlesienne et a une outro de rock-opéra accéléré genre Tommy (encore plus) dopé aux amphèts. De quoi se prendre un sacré coup dans le buffet en l’espace d’un morceau. Le titre le plus accrocheur de l’album est "Continental Shelf", parfaitement cisaillé et toujours soutenu par cet équilibre parfait entre angoisse et soulagement. Les paroles sont bien évidemment anxieuses (la référence de Blade Runner est d’ailleurs dans le groupe souvent citée) sur le refrain :"Check your anxiety/ No need to suffer silently/ Convulsion vibrating/ Being violated", comme divin et si pur qu’il y a de quoi verser sa larmichette. "Silhouette", qui lui succède, est carrément dansant et plus edulcoré que ses prédécesseurs, jusqu’ à nous faire penser au meilleur d’Editors. Le disque est conclu par "Death" qui s’étale en un bon amas de riffs noisy, rattrapés in extremis à la 8ème minute par une asymétrie toute disto dehors et auto-destructrice.


Arrivé au bout, on se dit que c’est un peu à chialer par terre cette histoire (bien que cette expression n'existe pas). Armé de son "post punk labyrinthique", Viet Cong secoue ce début d’année de façon brillante et tellement bien nuancée. Plus qu’une belle surprise, un coup de cœur.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également