↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Chronique Livre

Pink Floyd - plongée dans l'oeuvre d'un groupe paradoxal


"Tout ce que vous vouliez savoir sur le Floyd sans avoir jamais osé le demander"
Nicolas, le 29/09/2011
( mots)
Nous avions déjà eu l'occasion de parler de Rock Progressif, livre particulièrement référencé et intéressant d'Aymeric Leroy sur l'un des courants majeurs du rock (voir ici pour la revue). Malgré ses nombreuses qualités, l'ouvrage faisait défaut sur un certain nombre d'items, au premier rang desquels un traitement relativement superficiel de l'œuvre de Pink Floyd. A sa décharge, il faut dire que l'auteur avait déjà consacré un essai à ce groupe légendaire, et c'est d'ailleurs l'objet du présent article.

L'intérêt de Pink Floyd : plongée dans l’œuvre d'un groupe paradoxal est sa grande clarté et sa concision. Passons sur un titre faussement polémique, le paradoxe de Pink Floyd (expérimental / mainstream, pour résumer) n'étant que vaguement abordé en préambule, voire même uniquement justifié sur la quatrième de couverture. L'intérêt du livre est bien évidemment ailleurs. L'auteur débute son essai par quelques considérations générales qui aideront le néophyte à situer le Floyd dans son époque, que ce soit en terme musical, politique ou commercial, mais aussi à cerner la personnalité de chacun des cinq membres du groupe : Syd Barrett, le diamant fou trop tôt hors course, les "architectes" Waters et Mason, et les "artistes" Gilmour et Wright. Leroy fait ici preuve d'un esprit de synthèse remarquable : en une trentaine de pages à peine, on arrive à cerner parfaitement le groupe et à comprendre le fondement de son oeuvre musicale.

Le reste de l'ouvrage consiste en une analyse approfondie de chacune des quatorze productions studio de la formation, un peu à la manière d'un recueil de chroniques d'album détaillées qui privilégient l'aspect musical des œuvres mais qui s'appuient également sur les anecdotes historiques essentielles à la compréhension de ce quatuor particulièrement versatile. Là encore, l'esprit de synthèse d'Aymeric Leroy s'avère remarquable, car chaque disque se voit traité en profondeur dans des chapitres à la fois clairs, documentés et concis. Si l'auteur connait parfaitement son sujet et sait souligner les faits habituellement connus et répertoriés dans bon nombre d'ouvrages consacrés au Floyd, il éclaire néanmoins certains aspects du groupe avec un regard différent et beaucoup plus porté sur l'aspect progressif de la formation. De ce fait, le chapitre consacré à The Piper At The Gate Of Dawn est assez intéressant en ce sens qu'il permet de se rendre compte que, finalement, Syd Barrett n'était pas le seul moteur de Pink Floyd dans les années 60, loin s'en faut, et que certains indices laissaient envisager une orientation tout aussi progressive et expérimentale dans le cas où Barrett serait resté à la barre de l'esquif. Les œuvres pré-Dark Side Of The Moon sont critiquées sans aucune concession, Leroy relevant bien les carences du groupe en terme de songwriting et de technique mais montrant par ailleurs comment les quatre survivants à la défection du Crazy Diamond ont pu surmonter leurs faiblesses pour se transcender, que ce soit sur scène ou sur album. Puis les grands opus commerciaux sont abordés d'un point de vue tout aussi critique, le parallèle se faisant naturellement entre la destruction du collectif et la chute en qualité des productions studio. Le seul reproche que l'on pourrait formuler, finalement, est que l'auteur ne prend aucunement parti pour une quelconque période du groupe. Ainsi, à la lecture de l'ouvrage, on a finalement l'impression que The Final Cut ou A Momentary Lapse Of Reason sont presque aussi valables, musicalement parlant, que Meddle ou Wish You Were Here, ce qui, tout le monde se l'accorde, est loin d'être le cas. Malgré cela, le voyage littéraire, couplé à une réécoute approfondie de l'œuvre du groupe, mérite un large détour.

Foncièrement, il n'y a pas à sourciller : Pink Floyd : plongée dans l'œuvre d'un groupe paradoxal est l'un des tout meilleurs ouvrages francophones consacré à la formation. Alliant à la fois esprit synthétique et style riche et agréable, le livre va droit à l'essentiel et se dévore en un rien de temps. Il ravira ainsi tout autant les fans hardcores de la formation que les simples néophytes, et ceci pour un prix très modique (15 € en librairie). Voilà un excellent complément à l'achat de la toute nouvelle discographie intégrale remasterisée du Floyd.

Site de l'éditeur : Le Mot Et Le Reste
En savoir plus sur Pink Floyd
Commentaires
Darksideofthewall, le 06/08/2015 à 13:35
Un livre complet avec des connaissances sûres, on peut regretter néanmoins les multiples critiques sur la qualité musicale des membres du groupe, d'autant que l'auteur, dans son domaine -l'écriture-, fait preuve de très nombreuses maladresses de style. Ceci dit, le fond en vaut globalement le coup. À lire!
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également