↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Ghinzu


Date : 04/11/2004
Salle : Cabaret Vauban (Brest)
Première partie :
Charly, le 07/11/2004
( mots)
Le concert avait lieu dans un cabaret dans le centre de Brest. Le groupe était à la bourre et la première partie s'éternisait pour permettre aux belges d'arriver et de se préparer. Première partie qu'on passera sous silence, c'est pour Ghinzu que nous sommes là ! Après la première partie, le groupe rentre sur scène petit à petit et commence les réglages des instruments. Beaucoup de difficultés ici pour arriver à un rendu acceptable et même pendant le concert, il a fallut quelques réglages en direct. Je ne pense pas que ça provienne du groupe qui connait ses instrus sur le bout des doigts mais de la salle qui n'est peut-être pas habituée à tant de perfectionnement musical. A 23hr et des poussières, le concert commence, la rentrée des cinq Belges est bluffante : sur la marche impériale de Star Wars, ils rentrent un à un affublés de leur perruque très Jackson Five. C'est certain, le visuel est important chez Ghinzu et ils allient la prestation musicale à des effets de scène des plus séduisants. On notera aussi la polyvalence des musiciens qui changent d'instruments au fil des titres délaissant pour le chanteur un piano au profit d'une guitare. L'instrument original est le sherman piloté par Kris Dane, c'est une grosse boite à déformer les sons que Björk utilise aussi et qui produit des sonorités intéressantes parfaitement intégrées au fil des chansons. Alors que le public, assez peu nombreux, n'avait pas fait preuve de beaucoup d'enthousiasme lors d'une première partie décevante, il s'éveille au fil des titres et gagne un niveau de tension surprenant étant donné le nombre d'entre eux. Les morceaux s'emballent, on sent vraiment qu'ils sont fait pour être interprété en live, ça pète tout les instants, le groupe se déchaîne et le chanteur entame une danse frénétique suivi de prêt par les quelques groupies du premier rang. Ce qui fait le génie de Ghinzu apparaît dans toute sa splendeur en live , des ralentis superbes, des montées en puissance énorme et ce piano qui donne la touche un peu classique à l'ensemble. Quel bonheur si on avait pu entendre un "In My Sweet Love" en live mais comme le dira John Stargasm lors de l'interview, on a besoin d'un vrai piano pour interpréter ce genre de chanson. Les chansons interprétés viennent pour la plupart de l'album "Blow" mais on notera la présence de deux titres du premier album "Electronic Jacuzzy" : Dracula Cowboy et Dragon. On rajoutera aussi une reprise très noisy de l'excellent Purple Rain de Prince. Le spectacle arrive à son intensité musicale quand le groupe entonne "Do You Read Me", le single du groupe semble fortemment apprécié des fans qui réagissent en conséquence. Les morceaux sont tirés dans tout les sens, on sublime la version studio, on la rend vrai, on la fait vivre à l'auditoire. Mais c'est trop court, après un peu plus d'une heure de concert et un rappel, le groupe se retire et le public reste sur sa faim. Dommage ... mais on retiendra quand même cette intensité extraordinaire, cet esprit scénique qui ne néglige pas le visuel et ses envolées en puissance brute, en décibels des guitares saturées. Les photos c'est par ici
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également