↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Compte-rendu de concert

Maxïmo Park


Date : 12/08/2008
Salle : L'Atelier (Luxembourg-Ville)
Première partie :
Elise, le 19/08/2008
( mots)
Fraîcheur, énergie et vrai plaisir d’être là, voilà ce qui qualifiait la prestation de Maxïmo Park à l’Atelier. Le groupe anglais aime la scène et ça se voit. Porté par le charismatique Paul Smith, il a (presque) réussi à sortir les Luxembourgeois de leur léthargie snobinarde.

21 h 32, l’Atelier n’est pas comble, mais presque, et aux premiers rangs, la midinette rock est de sortie. Groupes à adolescentes hystériques Maxïmo Park ? Ben… oui, quand même. Mais après tout, ils ne sont pas les seuls. Et si le qualificatif est devenu presque insultant, il n’en reste pas moins que la groupie est l’apanage du rockeur. Bref, la midinette est donc là, frange et cheveux lissés, slim serré, lèvres glossées. Et quand la lumière s’éteint, elle est la première, avec toutes ses copines, à se manifester. Sur scène, les quatre musiciens font leur entrée, s’installent, mais il manque quelque chose. Ou plutôt quelqu’un. C’est alors qu’arrive ce grand mec au chapeau melon. Veste impeccable, chemise et cravate so chic, Paul Smith est enfin là, sourire gamin aux lèvres. Retentissent alors les premiers accords de "Girls who play guitar", et la groupie se déchaîne.

L’atout de taille de Maxïmo Park est en marche. Déchaîné dès les premières notes, porté par sa musique comme s’il la découvrait lui-même, Paul Smith fait le spectacle. Si certains chanteurs, quand ils n’ont pas d’instruments dans les mains, semblent souvent désœuvrés, ce n’est pas son cas. Il se balade, il sourit, il grimace, en résumé il s’exprime, et sa sincérité fait plaisir à voir.

Au bout de trois chansons, une chose paraît claire, l’essentiel du public n’a jamais écouté A certain Trigger. S’il accueille avec enthousiasme les titres d’Our earthly pleasures, il découvre le premier album du groupe. Du coup, l’intensité baisse d’un ton, et Paul Smith se prend dans la gueule la froideur naturelle des Luxembourgeois. Pas de quoi le démoraliser. Et ce malgré l’incompréhension manifeste qui se dégage quand il tente d’échanger quelques mots, et la ténacité d’un petit groupe, bien décidé à avoir "sa" chanson. Pas grave, le chanteur préfère en sourire, et enchaîne les titres avec la même verve. Les deux albums seront également représentés dans le set. La surprise viendra de trois nouveaux titres, à découvrir dans le prochain album. Des morceaux qui laissent présager un disque plus "mature", aussi mature que Paul Smith puisse être. Reste que la salle est toujours aussi calme, et réussit à rendre ennuyeux un concert qui a du potentiel.

Au moment du rappel, voici "Books from boxes", un des plus beaux titres d’Our earthly pleasures, qui perd beaucoup en live. Pour la dernière chanson, Paul Smith tend son micro au milieu de la foule vers le petit groupe de tout à l’heure. Ils peuvent enfin s’exprimer, et "Apply some pleasure" vient conclure le show. Il est 23 h, et les dernières notes flottent encore dans l’air quand les petites Lux' embourgeoisées (qui n’ont pas beaucoup applaudi, peut-être pour éviter de se casser un ongle), se précipitent sur le bord de salle pour approcher de plus près le grand Paul. Dommage, Paul lui a encore la tête dans le show, où il s’est livré corps et âme. On n'a pas toujours le public qu’on mérite.

Set-list :
Girls who play guitar
Graffiti
A fornight’s time
Parisian skies
Our velocity
I want you to stay
Tanned
Limassol
By the monument
Questing
Your urge
The coast is always changing
The unshockable
Nosebleed
Going missing
Rappel :
Books from boxes
Kids
Apply some pressure
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Album de la semaine
À lire également