Critique d'album


J.Merrick de J.Merrick

J.Merrick

J.Merrick

(21/05/2012 - Genre : Rock/Folk)
1- It's you / 2- South bank sunrise / 3- The Road / 4- So Cold / 5- 4 Days and 1/2 / 6- Blink of an Eye / 7- Another Day / 8- Chill Out / 9- Save Me / 10- Black Side / 11- Thrill Of The Unknown / 12- Worried Girl
La note des internautes :
4.9 / 5 (1 vote)

Par Leny
(Publié le 22/11/2012)
Note
La note de l'auteur :
3.5 / 5

J. Merrick... Si ce nom ne vous évoque rien, c'est que vous y connaissez que dalle en cinéma ! Car John Merrick est le nom du personnage principal du film Elephant Man réalisé par David Lynch en 1980. Victime de difformités physiques terrifiantes, le malheureux Merrick est exposé aux yeux du public en tant que phénomène de foire (l'homme-éléphant) mais, comme quoi l'habit ne fait pas le moine, le protagoniste se révèle au fil du film comme étant un homme cultivé et raffiné... Et en effet, derrière son physique de bûcheron auvergnat sorti tout droit de sa cahute perchée sur les pentes du Puy-de-Dôme, Julien Bitoun, guitariste-chanteur et principal compositeur du groupe, apparaît au final bien moins bourru que son look le laisse à penser. Le bien nommé est d'ailleurs loin d'être un illustre inconnu : prof de gratte à Guitar Part et à l'I-Music School, intervenant à Sciences Po et journaliste, le CV est plutôt bien garni. Bien entouré par des musiciens aguerris et accomplis, Julien Bitoun et son groupe J.Merrick nous concocte un mélange habile et classieux de country-rock, de folk et de blues, empruntant les routes tracées jadis par The Band, Neil Young ou encore J.J. Cale...

Et le résultat est plutôt convaincant. La production est très soignée pour une autoprod', mettant clairement l'accent sur les guitares, tantôt sautillantes sur des ritournelles blues que n'aurait pas renié Mr John Lee Hooker ("Save Me"), tantôt brillantes ("Thrill Of The Unknown") voire franchement blues-rock ("4 Days and 1/2"). Le tout sans démonstration inutile, pas de m'as-tu-vu ; les guitares sont directement au service des morceaux : courts, efficaces, ils s'écoutent avec délectation autour d'un bon verre de vin rouge, autour d'une bonne partie de belote entre potes ou encore au volant de sa Citroën C3. Car J.Merrick nous propose une musique à la fois classe et proche de l'auditeur, incitatrice au voyage, très mature : c'est l'un de ses gros points forts. Il suffit de fermer les yeux (pas au volant hein!) pour se transporter illico-presto dans une ambiance southern, un troquet miteux ou encore une colline des Appalaches. Ce qui est plutôt fort il faut bien l'admettre.

Côté rock (car oui il y en a aussi un peu), l'album contient un véritable tube en puissance : "It's You". Riff en picking à la Mark Knopfler, refrain simple mais terriblement accrocheur, batterie qui explose ; du tout bon ! Tout comme le deuxième morceau "South Bank Sunrise", complètement bluegrass dans l'esprit, avec son harmonica virevoltant qui lui donne un air de western-spaghetti complètement réussi. Ne manque plus que notre ami Trinita pour compléter le tableau ! Les morceaux folk sont moins accrocheurs même si la ballade finale "Worried Girl" retient l'attention par la quiétude absolue qu'elle dégage.  

On regrettera quand même une production un peu trop "clean" à la longue, qui sent, il faut bien l'avouer, l'odeur aseptisée du studio et nuit à certains morceaux qui auraient bien eu besoin d'un côté crasseux, "Deep South" ("4 days and 1/2"). Pas grand chose d'innovant non plus dans la musique de J.Merrick, mais ne nous y trompons pas, ce n'est clairement pas le but recherché. Quant à la voix de Julien Bitoun, elle ne laisse pas indifférent. Le bonhomme sait chanter, sans faire de vagues toutefois ; j'aurais aimé plus de profondeur et moins de clarté sur certains morceaux, un côté plus roots et moins "poli" au final qui aurait apporté beaucoup à l'ambiance générale de l'album... chacun se fera son avis.

Vous l'aurez compris, si vous aimez le folk, le country-rock à la Dire Straits du début, le style blues laid-back à la J.J.Cale, cet album est fait pour vous. Et derrière les traits en apparence bourrus de J.Merrick se cachent des musiciens subtils qui, à n'en pas douter, n'en resteront pas à ce premier album léché, classe et de qualité. Et c'est Merrické.


Commentaires










Compte-rendus de concerts

Grand Blanc, le 24/09/2014
L'international (Paris)
The Rolling Stones, le 13/06/2014
Stade de France (Saint-Denis)