Critique d'album


Bande à Part de Nouvelle Vague

Nouvelle Vague

Bande à Part

(11/06/2006 - Peacefrog - Genre : Bossa Nova)
1- Killing Moon (Echo & The Bunnymen) / 2- Ever Fallen In Love (The Buzzcocks) / 3- Dance With Me (The Lords Of The New Church) / 4- Don't Go (Yazoo) / 5- Dancing With Myself (Billy Idol) / 6- Heart Of Glass (Blondie) / 7- Ô Pamela (The Wake) / 8- Blue Monday (New Order) / 9- Human Fly (The Cramps) / 10- Bela Lugosi's Dead (Bauhaus) / 11- Escape Myself (The Sound) / 12- Let Me Go (Heaven 17) / 13- Fade To Grey (Visage) / 14- Waves (Blancmange)
La note des internautes :
4.2 / 5 (12 votes)

Par Louis
(Publié le 27/02/2007)
Note
La note de l'auteur :
3.5 / 5

Six années sont passées mais le concept reste le même : des titres plus ou moins connus de la new-wave des années 80 que reprennent de suaves voix féminines à la sauce latine. Si le premier album éponyme de Nouvelle Vague avait fait la part belle à la Bossa Nova, Bande à Part avec ses guitares sèches et ses rythmes reggae trouve un écho du coté des Caraibes.

Plus rythmé et moins mélodieux, ceux qui avaient aimés Nouvelle Vague auront peut-être plus de mal avec le dernier né de Marc Collin. La simplicité des arrangements s'articulant le plus souvent autour d'une guitare et de percussions rend la mise en ambiance plus compliquée. Déficit d'efficacité suite au dépouillement de certains titres qui sont loins des multiples grigris dont s'entouraient le premier album. Différence dans l'approche donc mais au final pas de révolution cubaine dans nos îles, le dépaysement est toujours bien présent et les bonnes surprises sont légions. Blondie et New Order ont remplacés les Clash ou les Cure, "Heart of Glass" et "Blue Monday" s'imposent sans surprise comme deux des meilleures reprises de Bande à Part. Qu'on est loin de l'ambiance oppressante du cultissime "Blue Monday" original avec ses synthés et sa voix si maladroite. La transformation est totale, mais finalement loin de dénaturer l'oeuvre, elle lui ouvre une nouvelle perspective, lui donne une nouvelle dimension. "Dance With Me" des Lords of the New Church est dépouillé au possible, d'une beauté simple qui en fait une de ces pépites que Nouvelle Vague nous distille.

Autant on louait l'homogénéité du premier album, autant ce sera un reproche qu'on pourra faire à Bande à Part. Les titres sont dilués et les quatorzes reprises s'enchainent sans surprise, Buzzcocks ou Billy Idol tout se ressemble. La faute à une structure chant-guitare-percussions qui évidemment laisse peu de place à toutes les variations que pouvait connaître un genre comme la New Wave. Nouvelle Vague gomme les spécificités de chacun des groupes mais en profite pour forger sa propre identité, vaste chantier pour un groupe de reprises. Plus que l'album, on recommandera donc quelques titres qui valent définitivement le lifting caribéen que Marc Collin leur fait subir. Le projet Nouvelle Vague connaitrait-il ses limites ? Sûrement et cela n'aurait rien d'étonnant, difficile de trouver pour chaque titre une reprise qui tout en gardant l'energie d'antan conférerait un charme désuet à ces symboles d'une époque si décriée du rock. Mais quand Bande à Part crée cette émulsion d'écume et d'air viciée des fumoirs de La Havane, alors on comprend tout l'intéret du concept. Malgré la pointe de déception c'est donc heureux qu'on enlève notre oreille de ce coquillage, conscient que rares sont les plages recelant à chaque fois ce genre de perles.

Commentaires










Compte-rendus de concerts

Digitalism, le 26/10/2014
Music Hall of Williamsburg (Brooklyn)