↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Airnadette


La bande presque originale de la comédie musiculte


(01/10/2012 - Mixed Repertoire - Air Show - Genre : Autres)
Produit par

1- Prologue / 2- La bagarre / 3- Aimer (Roméo & Juliette) / 4- Signé cat's eyes / 5- Touch me (I want your body) / 6- U can't touch this / 7- The power of love / 8- Confessions nocturnes / 9- La croisière s'amuse / 10- New York, New York / 11- I heard it through the grapevine / 12- Les rois du monde (Roméo & Juliette) / 13- Mean machine / 14- Ne me quitte pas / 15- Toxic / 16- Kill you rock'n roll / 17- Finale / 18- Song for the dead / 19- Hocus pocus / 20- Lithium / 21- Just a song about ping pong
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Excellent croisement de tubes et de cartons de la honte concocté par un Air Band"
Caroline BT, le 12/11/2012
( mots)

Le groupe Airnadette est né du phénomène Air Guitar vulgarisé en France sur les plateaux de télévision par Château Brutal et Gunther Love, respectivement champion de France 2006 et vainqueur du championnat du monde d'Air Guitar 2009 et 2010, organisé chaque été à Oulu en Finlande. Airnadette, c'est une sorte de célébration du mouvement "faites de la musique sans instruments", une aventure née dans la déconne, qui met en scène des caricatures de prototypes existants, affublés de costumes de scène hors du commun. Sacrilège me direz-vous d'évoquer le phénomène air music dans un webzine musical dénommé Albumrock. "Et pourtant Airnadette : c'est du rock dans ta sœur !" Soutenu par les équipes de Canal + (on les a vu s'inviter sur le plateau de la Nouvelle Édition et du Grand Journal ou encore animer quelques soirées du Festival de Cannes pour une marque de soda), ce collectif d'artistes, c'est l'histoire de trublions qui ne tiennent pas en place, assurant le show 24 h sur 24, dans un bordel organisé.

Fort d'une tournée hexagonale avec la comédie musiculte (racontant la genèse du groupe et leur tournée américaine), les Airnadette sortent la bande originale du spectacle (la bande presque originale de la comédie musiculte). Qui n'a jamais chanté devant son miroir, sur une chanson écoutée mille fois tout en se dandinant et se prenant pour une star ? C'est ce que font les Airnadette pendant leur soirée, dans une mise en scène soignée, avec comme fil rouge, leur rencontre et leur tournée. Aucun travers des groupes de rock n’est oublié : coucheries inter membres, rivalités masculines, amours inavoués, drogues, manager véreux et retrouvailles bon enfant. Le tout sur une bande son qu’on pourrait qualifier de mainstream à la première écoute mais qui cache certaines pépites insoupçonnées (System of a Down, Funeral Party).

Cet album est l'occasion de se replonger dans une heure et demie de bonne humeur, grâce à des titres aussi inattendus qu'appréciés de tous ("Ne me quitte pas", La croisière s'amuse, "Aimer" extrait de Roméo et Juliette, "Signé Cat's eyes", "Touch me" de Samantha Fox …). Ne contenant pas malheureusement pas les références exactes des extraits de dialogues si finement mis en scène par Pierre-François Martin-Laval alias PEF (sketchs des Nuls, Mike Myers dans Wayne’s World, Dikkenek, le Père Noël est une ordure, Brice de Nice, Rambo, Terminator), cette BO a le mérite de poser sa pierre à l'édifice du panthéon des compils : C’est une sorte de mixed tape des morceaux un peu honteux mais auxquels on ne résiste pas. La bande presque originale de la comédie musiculte rappelle quelques excellents moments du spectacle, (l'air batterie sur Queens of the stone age, une scène kaïra avec M-RodZ sur "La bagarre", plus déchainée que jamais, ou encore un numéro de nymphomane sur Britney Spears). Avec des extraits désopilants de chansons (qui eût cru que "La bagarre" pouvait être un morceau existant de Kamini ou que le prologue déclamé par Château soit un extrait d’un CD de Johnny), on s'esclaffe grâce aux clins d'œil aux autres comédies musicales populaires (Les rois du monde). Enfin, on regrettera l'absence d'autres morceaux cultes tels que "Conne" de Brigitte Fontaine, "Born to be wild" ou " Paint it black".

L'ensemble ne se prend pas au sérieux et cela fait du bien par où ça passe. Cette compilation de titres qu'on aime en secret mais qu'on n'avouera jamais à personne est un véritable plaisir coupable ! On succombe aux charmes des anciens tubes ("Can't touch this" par MC Hammer, "The power of love"). Mention spéciale au titre de Nirvana repris par Polyphonic Spree ou à la version française de New York, New York par Mireille Mathieu ! Alors écoutez, fermez les yeux et prenez votre brosse à cheveux pour en faire un micro.

Si vous aimez La bande presque originale de la comédie musiculte, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également