↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Alice Cooper


Dragontown


(18/09/2001 - Spitfire - - Genre : Hard / Métal)
Produit par Bob Marlette

1- Triggerman / 2- Deeper / 3- Dragontown / 4- Sex, Death and Money / 5- Fantasy Man / 6- Somewhere in the Jungle / 7- Disgraceland / 8- Sister Sara / 9- Every Woman Has a Name / 10- I Just Wanna Be God / 11- It's Much Too Late / 12- The Sentinel
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Suite et fin avortée de la trilogie Metal-indus' d'Alice Cooper"
François, le 02/06/2021
( mots)

Après la trilogie oubliée des années 1980 (Special ForcesZipper Catches SkinDada), Alice Cooper met au monde la trilogie amputée au début des années 2000. Celle-ci, unifiée par la direction Metal-industriel, s’achève avec son second volet, Dragontown, en 2001, rapidement enregistré après la sortie de son prédécesseur. 


Toujours accompagné par Bob Marlette, Alice Cooper poursuit sa cure de jouvence industrielle dès la pochette lugubre (très Rob Zombie) et la police du titre (un peu caricaturale). Si l’ouverture sur le très bon "Triggerman" se fait un peu plus légère que les titres de Brutal Planet (avec des côtés Stranglers, on pourra aussi mettre en avant l’accélération pour le solo qui est très bien pensée), d’autres morceaux sont beaucoup plus lourds. Il en va ainsi de l’intransigeant "Deeper", de l’électronique "Sex, Death and Money", de "Sister Sara" avec ses tentatives de rap, du très moderne par bien des aspects "I Just Wanna Be Good". L’ensemble de l’album est donc parcouru par cette ligne directrice, plutôt bien menée comme sur l’éponyme "Dragontown" au refrain accrocheur et aux claviers orientaux sonnant comme Dream Theater. De plus, l’opus est peut-être un peu moins homogène que son prédécesseur (les titres sont souvent plus mélodiques, plus accrocheurs), quoiqu’il soit d’une longueur importante (douze titres, dont certains dispensables comme "The Sentinel"). 


Comme sur Brutal Planet, Alice Cooper a l’intelligence de mêler des éléments de son esthétique traditionnelle à sa nouvelle orientation. On peut apprécier le refrain enjoué et rock’n’roll de "Fantasy Man", le groove rockabilly avec un chant de crooner (voire calqué sur celui du King) sur "Disgraceland", le pop-song au refrain typé Beatles "It’s Much Too Late" - des titres plus recommandables que la ballade un peu mièvre "Every Woman Has a Name". Des variations qui laissent penser qu’au bout de deux albums, Alice Cooper avait un peu fait le tour du Metal industriel et qu’il devait passer à autre chose – voire retrouver son identité. Cela explique l’abandon de son projet initial en trois volumes, son Spirits Rebellous ne voyant jamais le jour (un album-concept imaginé dès les années 1990 et choisi pour clore ce triptyque). 


La parenthèse Metal industriel d’Alice Cooper est loin d’être inintéressante, même pour qui n’adhère pas particulièrement à ce sous-genre. Traversée par des thématiques sombres et pessimistes (la folie, la guerre, la mort, les diableries …), elle témoigne de la capacité d’adaptation de l’artiste et dévoile une autre facette de celui-ci, de prime abord assez inattendue. Son successeur, The Eyes of Alice Cooper, regardera davantage vers le passé tout en s’acoquinant à un nouveau courant esthétique en plein essor, le punk-rock US à roulettes … A suivre. 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Alice Cooper


Detroit Stories


Critique d'album

Alice Cooper


Brutal Planet


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également