↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Bad Religion


The Empire Strikes First


(00/00/2004 - Epitaph Europe - Punk mélo - Genre : Ska / Punk)
Produit par

1- Ouverture / 2- Sinister Rouge / 3- Social Suicide / 4- Atheist Peace / 5- All There Is / 6- Los Angeles Is Burning / 7- Let Them Eat War / 8- God's Love / 9- To Another Abyss / 10- The Quickening / 11- The Empire Strikes First / 12- Beyond Electric Dreams / 13- Boot Stamping On A Human Face Forever / 14- Live Again (The Fall Of Man)
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (13 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Bad Religion presque juvénile ! Bon disque de Punk comme on en fait plus."
Josselin, le 29/10/2005
( mots)

Le concert en France, à l’Elysée Montmartre de Paris (2004), des pionniers du punk mélodique (et toujours vivant s'il vous plaît) fut de très bonne qualité, malgré un son assourdissant. Le choix des morceaux fut judicieux, même s'ils eurent un peu trop tendance à la jouer facile. Commerce oblige, les tubes sont ressassés. Mais les américains nous ont quand même offert quelques morceaux de leur nouvel album, avant sa sortie officielle en France. Cela ne laissait présager que de bonnes choses. Et croyez-moi que The Empire Strikes First était encore plus attendu que le précédent Process Of Belief.

Brooks Wakerman (Suicidal Tendencies, The Vandals) et Brett Gurewitz avaient réellement re-boosté Greg Graffin et ses camarades qui commençaient à s'essouffler quelque peu. Le son s'était dépunkisé, les compos avaient regagné en rapidité et en efficacité. Bref, Bad Religion subissait une cure de jouvence et on les retrouvait à leur période Suffer - Against The Grain - Generator où chaque album était un carton de tubes. On était donc impatient de voir comment ils avaient évolué après çà.

Je disais donc que The Empire Strikes First arrivait prometteur. L'ouverture de l'opus confirme cet enthousiasme puis en fait non. Et un an après, la digestion se termine et je le redécouvre. Rien de bien euphorisant, mais cela reste du très bon Bad Religion. Je leur reproche toujours leur évolution stagnante. Malgré tout, les mélodies restent et gigotent toujours aussi longtemps entre nos deux oreilles ("All there is", "Los angeles is burning", "Beyond electric dreams"). Subsistent quelques petites innovations (pour un groupe punk, entendons-nous bien). Plusieurs styles viennent se mélanger à leur rock rageur : du rap sur "Let them eat war", de la country à la fin de "atheist peace", des parties plus alternatives ("Beyond electric dreams", "The empire strikes first") et même du reggae, plutôt pitoyable il faut l'avouer dans "Boost stamping on a human face forever". Nice try ! Petit bémol également à propos du batteur qui n'est toujours pas utilisé à sa juste valeur.

Question textes, leurs engagements n'ont pas changé, voire même redoublé de vigueur depuis la réélection de Bush junior. La stupidité ambiante, l'inculture américaine, la dangerosité du pouvoir religieux restent les domaines de prédilection du docteur Graffin et du directeur 'épitaphien' Gurewitz.

Si vous ne connaissiez pas Bad Religion, allez plutôt acheter (bandes de pirates !) Stranger Than Fiction ou la compilation All Ages. Cela vous donnera un meilleur aperçu des meilleurs faiseurs de mélodies punks.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Bad Religion


Age Of Unreason


Critique d'album

Bad Religion


The Dissent Of Man


Critique d'album

Bad Religion


New Maps of Hell


Album de la semaine
À lire également