↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Chris Cornell


Higher Truth


(18/09/2015 - Polydor - - Genre : Rock)
Produit par Brendan O'Brien

1- Nearly Forgot My Broken Heart / 2- Dead Wishes / 3- Worried Moon / 4- Before We Dissapear / 5- Through The Window / 6- Josephine / 7- Murderer Of Blue Skies / 8- Higher Truth / 9- Let Your Eyes Wander / 10- Only These Words / 11- Circling / 12- Our Time In The Universe / 13- Bend In The Road / 14- Wrong Side / 15- Misery Chain
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 2.5/5 pour cet album
"Higher Truth : l'album de la maturité ?"
Fanny, le 14/10/2015
( mots)

La dernière fois qu'on avait entendu Chris Cornell en solo, c'était sur le malheureux Scream, tentative un peu ratée pour le leader d'Audioslave et de Soundgarden de sortir des sentiers battus en proposant un mélange électro/pop-rock au rendu somme toute assez inaudible.


Il était donc grand temps pour lui de réparer cette erreur et c'est chose (à moitié) faite avec Higher Truth. Album acoustique mais complexe, Higher Truth aborde des thématiques assez classiques telles que le temps qui passe (notamment sur le titre "Dead Wishes"), l'amour via toutes les issues que peuvent trouver des relations de couple, et les épreuves de vie en général.


On peut reconnaître à cet album une cohérence, une continuité, et on rendra à Cornell la réflexion qu'il a pu porter au choix des pistes et de leur enchaînement pour faire de cet album une expérience en soi, et créer un sentiment de cohésion. On lui reprochera cependant sa longueur. Quel que soit le message qu'il ait voulu porter, 16 pistes pour un album acoustique, c'est assez indigeste et on finit inévitablement par décrocher. Ce qui ne signifie pas que son travail est simpliste : sur le titre d'ouverture, "Nearly Forgot My Broken Heart", on retrouve successivement de la mandoline, du piano, des percussions, des choeurs, un peu de guitare, venant se superposer avec harmonie afin de faire progresser le morceau.


La qualité de l'album est inégale. Certains titres sont indubitablement marquants et beaux, tant dans le songwriting que sur un plan instrumental ; "Dead Wishes" nous transporte dans le sud des Etats-Unis sous un porche face au soleil couchant – rien que ça –, et le dépouillement musical accompagne les métaphores successives sur la contemplation rétrospective de la vie d'un homme mûr (titre autobiographique?) et la rage de vivre « Come and knock me over, I'll keep getting up ». "Worried Moon" relate une conversation entre la lune et le soleil, où l'on retrouve la voix de baryton de Cornell tantôt de velours, tantôt cassante et nerveuse, comme brisée par l'effort.


Le caractère intimiste de cet opus a également quelque chose de touchant ; on le ressent comme une invitation dans la tête du leader d'Audioslave ; à titre d'illustration, "Josephine" est un titre qu'il avait écrit à sa femme, Vicky, avant leur mariage. Ce nouveau titre est un hommage à Bonaparte, le couple s'étant rencontré à Paris, où Vicky avait exprimé sa fascination pour l'empereur. Et cet élément d'information suffit à faire d'une chanson assez classique une déclaration d'amour authentique.


D'autres titres sont assez insignifiants; clore l'album sur "Misery Chain", assez pâlot face à la balade southern le précédant, est regrettable. On retrouve parfois dans le mixage ce son lisse et gommé caractéristique de la pop-rock mainstream, notamment sur "Before we Dissapear" qui a pour lui un bon texte, mais un manque d'aspérités et de naturel flagrant.


Un succès en demi-teinte pour Cornell donc. A écouter en sélectionnant les titres qui nous parlent, car tout n'est clairement pas à jeter. Mais à trop vouloir en dire, on finit par noyer l'auditeur...

Avis de première écoute
Note de 2.5/5
Très honnêtement surpris par cet album d'americana, presque rock sudiste parfois, avec uniquement des titres acoustiques et un Chris Cornell qu'on découvre vraiment sous un jour nouveau en studio, dans la ligné de son dernier live acoustique. Un petit côté lassant de par le nombre de ballades, mais quelques morceaux sortent vraiment du lot par leur originalité. A écouter pour les curieux et les fans.
Avis de première écoute
Note de 3/5
De l'acoustique pur jus en toute sobriété tout le long de ce Higher Truth émotionnellement puissant où la voix de Cornell, ses variations mélodiques maitrisées et ses vagissements infatigables ne manqueront pas de satisfaire les fans du bonhomme. Pour les autres par contre, les quelques trous d'air ("Josephine") et la longueur excessive n'en feront rien de plus qu'un album agréable qu'on réécoutera par passages.
Commentaires
geyken, le 22/12/2015 à 21:59
Critique intéressante. Pour ma part je "découpe" pas en chansons mais en fragments. Aussi fugaces qu'envoûtants comme sur Worried Moon, Higher Truth qu'à la moitié de la première. Il me semble au délà de la voix, ce sont les airs dissonants et "magiques" qui caractérisent sa touche d'Euphoria Morning (ainsi que dans certains Soundgarden derrière des riffs plus violents) à celui-ci. C'est eux qui font sa singularité.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine
À lire également