↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Damien Rice


9


(11/11/2006 - 14th floor - pop folk - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- 9 crimes / 2- The animals were gone / 3- Elephant / 4- Rootless tree / 5- Dogs / 6- Coconut skins / 7- Me, my yoke + I / 8- Grey room / 9- Accidental babies / 10- Sleep don't weep
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (53 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"9, de Damien Rice, l'album de cette fin d'année..."
Alice, le 15/12/2006
( mots)

Après l'immense succès rencontré par son premier album, avec plus de deux millions de copies écoulées, on attendait avec impatience le nouvel album de Damien Rice. S'il semblait difficile d'égaler l'excellent O c'est pourtant chose faite avec 9, sorti en novembre dernier et qui s'avère être l'album imanquable de cette fin d'année.
Pour ce nouvel album, derrière une belle pochette cartonnée avec des esquisses à l'intérieur, dans le même style que le précédent, on retrouve Damien Rice toujours accompagnée de la talentueuse Lisa Hannigan. C'est d'ailleurs cette dernière qui ouvre l'album avec "9 crimes", un des titres phare de 9 (comme a pu l'être "The blower's daughter" sur O) : un morceau tout simplement sublime, c'est justement le premier single extrait de l'album (le clip tiré de ce morceau est par ailleurs très poétique). Dès le premier titre on se demande sincèrement si on va être assez fort pour écouter le cd jusqu'au bout ou s'il vaut mieux se jeter par la fenêtre tout de suite : c'est incontestablement un album à déconseiller aux personnes déprimées, parce qu'entre les chansons sur l'amour perdu, les ruptures, la tristesse, il faut bien avouer qu'il faut accuser le coup, rien qu'avec les deux premiers morceaux.
Certains titres sont dans la même veine que O, comme "The animals are gone" ("I love your depression and I love your double chin [..] at night I trip without you, and hope I don't wake up 'cause waking up without you is like drinking from an empty cup") : ce sont des morceaux acoustiques très soignés et on se laisse facilement porter par la voix du chanteur. Cependant, Damien Rice nous surprend également avec des morceaux un peu plus pop/rock : "Me my yoke + I" ou "Rootless tree" changent du tout au tout avec des paroles un peu plus violentes ("so fuck you, and all we've been through, I said leave it, it's nothing to you and if you hate me, then hate me so good that you can let me out, let me out of this hell when you're around") ; "Coconut skins" est également un titre qui change un peu des ballades tristounettes, et c'est tout aussi réussi.
Pour les trois derniers titres, retour au calme avec des morceaux guitare ou piano voix : véritable moment de grâce avec "Accidental Babies" ("Do you miss my smell ?") ou là encore il faut avoir des nerfs solides et ne pas sortir d'une déception amoureuse.
Bien sur ce sont des chansons d'amour, encore une fois, mais ce ne sont pas des morceaux mielleux et plein de bons sentiments comme on pourrait le croire ; et puis... il faut bien le dire, ce sont ces chansons là qui arrivent le plus souvent à nous toucher au plus profond. Cet album est incontestablement un bijou, une véritable douceur et sensualité s'en dégage ; quant au mariage des voix du chanteur et de Lisa Hannigan, c'est tout simplement magique, on en frissonne. La dernière surprise de 9 est le titre caché au début de l'album, une version plus folk de "9 crimes". Damien Rice réussit encore une fois à nous épater avec un album tout aussi réussit que le précédent.
Même si on peut reprocher à l'album d'être trop court (on en redemande, vraiment), on se réjouit d'avance de pouvoir découvrir ces morceaux sur scène puisque cinq dates françaises sont prévues pour la tournée de Damien Rice : on y sera sans aucun doute.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Damien Rice


O


Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également