↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Done Anker


Eblouis-moi


(25/04/2006 - Nocturne - - Genre : Rock)
Produit par

1- L'Arène / 2- Presque parfaite / 3- J'en suis sûr / 4- La fin des prières / 5- Tu fais simple / 6- Eblouis-moi / 7- Je suis la foule / 8- On est vrai / 9- Mes anciens inconnus / 10- Fidèle / 11- Confidence / 12- Légende vivante
Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Un premier opus solo au titre impératif et une solide découverte..."
Nikko, le 13/05/2006
( mots)

Né en 2004 sur les ruines de l’éphémère groupe Kindelonn, ce projet solo de Done Anker, jeune artiste d’origine suisse-allemande, possède bien des atouts et le label Nocturne, qui l’a signé sur la foi d’un 5 titres autoproduit déjà chiadé, ne s’y est pas trompé.

Eblouis-moi est donc le premier album, signé de son nom, d’un auteur-compositeur-interprète ambigu, abonné aux fables cyniques que portent des orchestrations énergiques et accrocheuses. Entre Gabriel Evan et Mauss, il étoffe cette frange du rock français où le groupe s’efface clairement devant son leader, qui impose un univers personnel et assume plus volontiers une facette mélancolique et romantique au creux de ses textes. Cette corde sensible les engage d’ailleurs sur la corde raide, tant leur son peut parfois lorgner vers le kyoïsme, à moins que ce ne soit le contraire. Funambules littéraires, ce qui les rend crédibles est la qualité de leurs textes et cette insistance à ne jamais délayer le miel, à varier les thématiques et ne pas laisser les rênes de leur musique à de simples riffs accrocheurs.
Dès "L’arène", tube binaire imparable casse-cou, le ton est donné : un parfum scénique se dégage, volontaire. Les arrangements discrets laissent la part belle aux instrumentations et fuient l’atmosphérique. "Presque Parfaite", "La fin des prières", "Je suis la foule" sont autant de mélodies simples et efficaces, arborant parfois une touche rétro, entre new-wave et funk, qui marque l’identité originale de ce nouveau venu. La fin de l’album, plus baladine, laisse libre cours à des claviers reposés, moins euphorisants, qui servent la richesse de l’univers artistique de Done Anker, sans convaincre ni désabuser, lorsque se dégage de sa première moitié un vrai souffle accrocheur. C’est qu’Eblouis-moi défend une idée séduisante du rock, faite d’évidences mélodiques pourtant hors format. A cet égard, l’étrange visuel de l’album est parfaitement adapté : vous reprendrez bien un doigt de ce cocktail rougeâtre, fait de lait enrichi en uranium ?

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Done Anker


Album de la semaine

Black Mountain


Destroyer


"

Cela vous aura peut-être échappé, mais Black Mountain a discrètement rendu l’âme il y a de cela un peu plus de deux ans. Oh, rien d’aussi dramatique qu’un split avec tambours et trompettes, rien qu’un départ en catimini, celui du couple Amber Webber - Joshua Wells à qui l’on doit le sémillant projet alternatif Lightning Dust, dont on attend par là même un nouvel album très bientôt. Sans annonce, communiqué ni explications, alors que les canadiens venaient d’écoper de leur plus beau succès critique avec leur magnifique IV. Bien sûr, les choses sont loin d’être aussi simples, et la note accordée à ce Destroyer vient d’ailleurs démentir la sentence prononcée en début de paragraphe. Néanmoins, une page se tourne, et autant on oubliera sans doute assez facilement le cogneur Wells - remplacé poste pour poste par Adam Bulgasem, autant il sera bien plus ardu de faire abstraction du chant mystique de Webber qui nous laissera à jamais orphelins.

"
À lire également