↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Double Stone Washed


Don't Stop Washing


(01/01/2002 - DSW - Blues - Genre : Autres)
Produit par

1- Extra Franckie's (DSW) / 2- Baby's Blue Eyes (DSW) / 3- Crazy Mixed-up World (Willie Dixon) / 4- Lovin' Cup (Paul Butterfield) / 5- Pretty Babe (Junior Parker) / 6- Mo Jo Working (Willie Dixon) / 7- Mad Man Blues (John Lee Hooker) / 8- Lonesome Train (Moore/Subotsky) / 9- Honey Hush (Joe Turner) / 10- Shakin' All Over (Freddy Heath) / 11- Milk Cow Blues (Arnold) / 12- Jimmy The Gun (DSW)
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"Mad Man Blues ... les gars de DSW ont le blues en eux !"
Charly, le 08/06/2004
( mots)

Même si le blues n'est pas notre activité principale sur Albumrock, il faut bien avouer qu'il a tout donné au Rock & Roll et qu'il faut donc y attacher une importance plus qu'honorifique. Ça tombe bien, le blues est une de mes musiques préférées, tout simplement parce qu'elle est authentique, qu'on a pas beaucoup fait mieux depuis en terme de rythme et parce que les instruments utilisés restent très diversifiés.

L'album Don't Stop Washing est une autoproduction des Double Stone Washed. Je dois avouer être bluffé par la pêche, l'énergie qui se dégage de cet album et qui vous donne une envie irrépressible de bouger. On est très proche des maîtres du genre, bluesmen noirs américains des années 50-60 (John Lee Hooker, B.B King), on oublierait presque l'époque et le lieu tant l'ambiance, l'atmosphère de cette époque pré rock transpire de cet album. Le chanteur, pièce essentiel de la formation blues a une voix grave, très jazzy justement, qui colle parfaitement au style. L'harmonica joue aussi un rôle prépondérant, c'est peut-être l'instrument qui prédomine le plus avec quelques trips accrocheurs, il donne une pêche à l'ensemble.

Cet album c'est du tout bon, un sans faute. Il mêle morceaux du groupe lui-même à des reprises de bluesmen on ne peut plus célèbre et c'est là qu'on se rend compte de la qualité de leur musique : la transition entre ces "home made" et les standards se fait sans problème, ils savent aussi bien s'approprier des morceaux qui ont plus de 30 ans que produire leur musique.

Le rendu global est tout bonnement excellent. Le son est vraiment de qualité, ça sonne très professionnel. Les morceaux sont interprétés très justement, c'en est presque parfait. Double Stone Washed nous propose un album bluffant d'authenticité et je peux vous dire que cela doit valoir le coup sur scène ! C'est du rythm'n blues anglophone dans la plus grande tradition, c'est nerveux et entraînant. Une vraie surprise pour moi que cette production aussi bien menée et qui se hisse largement au niveau de ses références. On sent que ces gars là ont le blues en eux, ça se ressent à travers chaque instru, ils vivent leur musique et arrivent à transmettre des émotions fortes, de l'énergie pure à l'auditeur, c'est ça qui est terrible.

Si je devais n'en retenir qu'une pour le rythme, je parierais à coup sûr sur la reprise de John Lee Hooker : "Mad Man Blues" avec une intro qui n'est pas sans rappeler "Baby Did a Bad Bad Thing" de Chris Isaak. "Mo Jo Working" de Willie Dixon est aussi un chef d'?uvre où les c?urs prennent tout leur importance : cet écho au chanteur nous donne des frissons, un rythme nous habite et il est difficile de ne pas suivre la cadence. C'est extra !

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert