↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Kiemsa


Eaux Troubles


(01/06/2006 - Codaex - Rock énergétique! - Genre : Rock)
Produit par

1- Orange Duck / 2- Tequila Guerilla / 3- Qui veut savoir? / 4- Armada / 5- Please stay / 6- Dans les profondeurs / 7- mass media / 8- Faut consommer / 9- Sans un mot / 10- Spectre / 11- Kiemsa sucks / 12- Méchant pas content
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (81 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Supersonique... Une vraie claque, un rock cuivré ultra efficace. Chaud devant !"
vincent, le 13/06/2006
( mots)

Chaud devant, avalanche supersonique !!! Kiemsa débarque... Voilà un bon moment qu’on en avait pas pris plein les mirettes à ce point.

Nous venant tout droit de la Mayenne, ces furieux risquent bien de faire parler d’eux dans les temps à venir. Après l’excellent Nuits Rouges et son improbable "Salut à Toi" (hommage aux Béruriers Noirs), revoilà Kiemsa au meilleur de sa forme pour douze morceaux décapants. Riffs ravageurs, rythmiques de plomb, le tout savamment mixé à une bonne dose de cuivre rugissants, d’une pointe d’électro et d’adrénaline, ce eaux troubles est une tuerie.

En ces temps où le bon gros rock à papa a du mal à se faire entendre, voilà un sérieux coup de pied dans la ruche. Alors que certains groupes pionniers du rock français commencent à s’essouffler à porter seuls ce statut de piliers de la scène alternative (la Ruda, No one is innocent ou les Caméléons pour ne citer qu’eux...), ces nouveaux venus pourraient bien faire office de relève de luxe.

Kiemsa, c’est avant tout du gros son, et ça ils savent faire. Mais là où nos Mayennais excellent, c’est certainement dans cette manière si personnelle de créer des univers propres à chaque chanson. Puis comme disent les djeuns, ils sont véner’, ce qui aide vraiment bien quand on fait du rock... Quelques diatribes incendiaires surnagent de ces eaux troubles : "Faut consommer", "Mass Media" ou aussi "Qui veut savoir" sont autant de doigts pointés vers ce qui, à l’évidence, irrite nos p’tits gars ! Ajoutez à cela quelques singles imparables comme l’énorme "Orange Duck" et ses rythmiques lancinantes à souhait ou l’explosif "Méchant pas content" au refrain entêtant, et ça donne une vraie réusssite.

Techniquement, rien à dire, ça envoie. Entre son impeccable et changement de rythmes perpétuels, l’identité est bel et bien là. Niveau textes, que ce soit en français ou en anglais ("Tequila guerilla", "Kiemsa sucks"), c’est simple, bien cinglant, et terriblement efficace. Bref, que du bon. Et fait suffisamment rare pour le signaler : pour une fois, gros son ne rime pas avec paroles incompréhensibles, et ça c’est plaisant. Martin, au chant, module sa voix rocailleuse à merveille, la faisant tour à tour passer d’un registre émotionnel ("Spectre") à furieux ("Armada"). On ne saura trop vous conseiller par ailleurs de découvrir ce groupe en live où un véritable esprit visuel vient appuyer l’énergie débordante qui les caractérise. Séance le 26 juin prochain à la Guinguette Pirate à Paris où ça risque sérieusement de chauffer.

Enfin, une petite virée en Eaux troubles vous mettra une belle petite claque à l’orée de l’été. Vous y constaterez que vous dire que Kiemsa sont de gros espoirs de la scène alternative Française, n’est certainement pas un euphémisme...

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également