↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Korn


Take a Look in the Mirror


(21/11/2003 - Immortal - Neo metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par Frank Filipetti

1- Right Now / 2- Break Some Off / 3- Counting on Me / 4- Here It Comes Again / 5- Deep Inside / 6- Did My Time / 7- Everything I've Known / 8- Play Me / 9- Alive / 10- Let's Do This Now / 11- I'm Down / 12- Y'all Want a Single / 13- When Will This End?
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (23 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Alors, Korn mérite t'il encore son titre des "rois" du neo ?"
Toutoun, le 19/01/2004
( mots)

Après un Untouchables plus qu'innovant et qui en avait surpris plus d'un grâce à une production exemplaire et un important travail de fond, Korn véritable phénomène de la scène neo-metal reviennent ici à leurs sources : une musique plus brute, plus heavy.

Je serais sincère : Take a look in the mirror est carrément en deçà des possibilités du groupe. Si l'opus précédent nous avait mis quand même un peu sur le cul par ses compositions très différentes de l'"esprit" Korn par ses guitares aux sons très synthétisés, les voix d'outre tombe de Jonathan Davis, la basse très présente et un bon jeu de batterie, cet album-ci revient en arrière et tous les progrès réalisés sont comme disparus.

La musique de Take a look… n'a, il faut l'avouer, rien d'extraordinaire. Pire, on sent comme une impression de déjà-vu au fur et à mesure de l'album. Déjà-vu sur ce qui vient de passer et déjà-vu par rapport aux précédents albums, Korn, Life is Peachy mais surtout Issues. Sorte d'autoparodie en somme.

Pourtant, on sent la même patte que sur les autres productions mais le son ici en devient presque prise de tête : la basse est devenue trop ronde et trop claquante, les cymbales constamment en suspension vrillent les tympans et les incessantes cassures du chant (mélodies puis cris) sont maintenant incohérentes.

Bien sûr, il y a aussi du bon, et même du très bon. Les trois premières pistes sont du bonheur (surtout "Counting on me") et "Let's do this now" allie parfaitement le chant de la cornemuse de Davis aux guitares tranchantes de Munky et Head.

Mais il y aussi du mauvais (et même du très mauvais) : je ne réécouterai pas "Play me" où l'on sent très bien les attirances de Korn pour le hip-hop (malheureusement pas nous) et encore moins "Ya'll want a single" où le chant/cri de Davis n'a franchement aucun sens.

Allez on finira par la petite note positive : la "reprise" du célébrissime "One" de "Metallica", enregistré je pense lors des derniers MTV Icons. Soyez indulgents, Munky et Head sont peut-être bons pour donner quelque chose en empilant les effets les uns sur les autres mais ils n'ont pas le toucher de Kirk Hammet, alors ne criez pas au scandale car une note sur deux est jouée et que le morceau dure à peine 4'30'' !! Non, évidemment les solos ne sont pas compris… !

Korn a fait beaucoup de progrès lors de son ascension vers le haut de la scène neo (vu qu'elle a été créée en bonne partie par eux), tant au niveau instrumental qu'au niveau du chant et de la production, mais Take a look in the mirror porte bien son nom : un retour en arrière.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Korn


MTV Unplugged


Album de la semaine

Mark Lanegan


Straight Songs Of Sorrow


"

A peine 7 mois après la sortie de l’excellent Somebody's knocking , revoilà déjà un nouvel album de Mark Lanegan, Straight songs of sorrow . Si les fidèles du vieux loup américain sont habitués à la régularité stakhanoviste de ses sorties, ce douzième disque solo (le sixième en 8 ans) revêt un caractère particulier, car il parait conjointement à son autobiographie, sortie aux Etats-Unis sous le nom de "Sing Backwards and Weep".

"
À lire également