↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Matching Mole


Little Red Record


(00/11/1972 - CBS - Canterbury - Genre : Rock)
Produit par

1- Starting in the Middle of the Day We Can Drink Our Politics Away / 2- Marchides / 3- Nan True's Hole / 4- Righteous Rhumba / 5- Brandy as in Benj / 6- Gloria Gloom / 7- God Song / 8- Flora Fidgit / 9- Smoke Signal / 10- Starting in the Middle of the Day We Can Drink Our Politics Away / 11- Smoke Signal - Take Four / 12- Flora Fidget - Take Eight / 13- Mutter
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Revolution culturelle à Canterbury"
François, le 07/05/2022
( mots)

La France de 1968 et du début des années 1970, du moins la France étudiante, underground, celle qui préférait Gong à Cloclo, la Rive Gauche au XVIème, récemment illustrée avec passion par Jacques Tardi (Elise et les nouveaux partisans, 2021), préférait également Mao à de Gaulle, ayant lâché le PCF pour le situationnisme ou les sectes maoïstes et trotskystes. Cette France avait largement marqué, autant qu’elle avait été influencée, par l’Ecole de Canterbury : Soft Machine y connut un succès improbable, tandis que les groupes typés Canterbury fleurissaient (Moving Gelatine Plates, Ame Son) et que Daevid Allen diffusait la bonne parole depuis les ondes de la Radio Gnome.


Est-il alors étonnant de voir la nouvelle formation de Robert Wyatt parodier le Petit Livre Rouge avec un second album au titre évocateur, Little Red Record, alors que le nom du groupe était déjà un jeu de mots qui détournait en français Soft Machine – Machine Molle – pour Matching Mole ?


A peine quelques mois séparent les deux opus du groupe, mais le tableau est assez différent : David Sinclair est retourné jouer pour Caravan (il est remplacé par Dave MacRae, un Néo-zélandais, illustration de l’internationale canterburyenne) et Wyatt se montre assez discret dans la composition. Pour tout dire, il ne chante que très peu et ne s’autorise qu’une petite ballade, "God Song", où il emploie son timbre caractéristique sans faux-pas.


Little Red Record est avant tout un manifeste pour la liberté musicale, qu’on détourne du Bach, en l’accélérant et lui ajoutant un chant choral complétement désaxé ("Starting in the Middle of the Day We Can Drink Our Politics Away"), ou qu’on expérimente les possibilités offertes par les synthétiseurs comme le fait Brian Eno (Roxy Music) sur "Gloria Gloom" avec des nappes électroniques et bruitistes assez inquiétantes, à peine interrompues par une discussion sous fond de jazz tamisé.


Le jazz, justement, c’est une des grandes influences de l’Ecole de Canterbury et de Matching Mole. Ici, "Marchides", dans une veine jazz-rock très Soft Machine, s’avère très exigeant rythmiquement, Wyatt étant détonnant à la batterie. Le titre est à la fois free, expérimental, toujours surprenant dans ses pérégrinations si bien qu’il est impossible d’anticiper la succession des plans. La touche jazz est d’ailleurs dominante sur "Brandy as a Benj", avec un solo de claviers dans la veine jazz-rock classique, "Flora Fidgit" et "Smoke Signal" sous forme d'un jazz posé, aérien, cotonneux, minimaliste, où Wyatt peut se lâcher aux fûts avec beaucoup d’à-propos.


Enfin, Matching Mole s’affirme dans des sonorités purement canterburyennes, notamment sur "Nan True’s Hole" et "Rightous Rumba", deux morceaux qui anticipent le King Crimson période-Red, en particulier quand on s’attarde sur le jeu de guitare de Phil Miller très frippien


Si l’on oublie le tube pop "O Caroline", Little Red Record semble être encore plus créatif que son prédécesseur déjà bien riche. Les musiciens utilisent leur projet comme un laboratoire et nous sommes pris dans le processus semblant s’élaborer devant nos oreilles.  


Ivre, le 1 juin 1973, Robert Wyatt chute du quatrième étage lors de l’anniversaire de Gilli Smith (Gong) et finit paralysé. Même si Matching Mole était déjà en pleine déliquescence, cet accident achève le projet et ouvre une nouvelle page dans la carrière artistique du batteur, immédiatement couronnée de succès avec Rock Bottom en 1974. Matching Mole n’est plus.


A écouter : "Marchides", "Rightous Rumba", "Smoke Signal"

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !