↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Razorlight


Olympus Sleeping


(26/10/2018 - - - Genre : Rock)
Produit par

1- Adam Green Skit / 2- Got to Let the Good Times Back into Your Life / 3- Razorchild / 4- Brighton Pier / 5- Good Night / 6- Carry Yourself / 7- Japanrock / 8- Midsummer Girl / 9- Iceman / 10- Sorry? / 11- Olympus Sleeping / 12- No Answers / 13- City of Women
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (5 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Razorlight revient et n'a pas pris une ride..."
Clément, le 30/10/2018
( mots)

Vous souvenez-vous de Razorlight ? Ce groupe de rock anglais qui a marqué toute une génération de collégiens et de lycéens entre 2006 et 2008 avec la machine à tubes qu'était son album éponyme ? 10 ans plus tard ils sont de retour et ça n'a pas pris une ride... et c'est bien son principal défaut. Vous pouvez regarder notre avis en vidéo ci-dessous ou vous reporter à son résumé écrit.


 


 


Allons directement à l'essentiel : Olympus Sleeping n'est pas un mauvais album. C'est même un plutôt bon disque qui s'écoute facilement et simplement, et dans lequel on retrouve toute l'énergie qui avait fait le succès du groupe en 2006. De là à dire que ce soit une bonne chose il n'y a qu'un pas que nous hésiterons à franchir. Mais pour le comprendre, ça vaut le coup de revenir un peu en arrière.


Lorsque Johnny Borrell et ses acolytes sortent leur 2ème album éponyme en 2006, le succès est fulgurant. Le disque est un véritable concentré de tubes qui propulsera le groupe au sommet des charts aux quatre coins du globe, devenant par la même l'un des groupes les plus emblématiques de toute une génération. 2 ans plus tard le groupe dévoile son 3ème album, Slipway Fires, où le groupe délaisse son énergie, sa fougue et la guitare électrique pour se consacrer davantage au piano et explorer des morceaux plus "posés". Seul problème : ce n'est pas du tout ce que les fans attendaient. S'ensuit une dégringolade du groupe qui laisse sa place à la nouvelle égérie pop de la jeunesse : The Kooks.


En bref, Slipway Fires n'est pas un bon souvenir pour Razorlight et ça se sent. Olympus Sleeping va clairement puiser davantage du côté de ses grands succès avec des morceaux qui rappellent tout de même beaucoup leurs "belles" années. Si vous avez été un(e) grand(e) fan du groupe, vous serez ravi(e) de découvrir "Carry Yourself" qui vous rappellera très fortement l'ambiance de "In The Morning" (et qui risque de tourner en boucle chez certains d'entre vous) ainsi que les innombrables autres exemples que contiennent le disque : "Iceman"/"America", "Brighton Pier"/"Back To The Start" etc.


L'ennui c'est que même si Slipway Fires n'a pas fait l'unanimité, il restait annonciateur d'une volonté du groupe d'explorer autre chose et d'aller toucher des émotions différentes chez ses auditeurs. Et lorsque l'on voit l'excellente mais très confidentielle discographie solo de leur figure de proue, à savoir Johnny Borrell, on ne peut s'empêcher d'avoir un arrière-goût légèrement amer. Et si Razorlight avait tenté quelque chose de nouveau ? Et s'ils avaient poursuivi dans la voie de Slipway Fires (ce qui n'aurait pas été pour me déplaire) ?


Donc oui, Olympus Sleeping est un bon album pour tout nostalgique de Razorlight qui se respecte. Et si c'est votre cas, vous auriez raison de ne pas vous priver. Mais se pose alors la question de la pertinence artistique. A-t-on réellement envie de voir la même recette réchauffée ? A vous de voir.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Razorlight


Critique d'album

Razorlight


Slipway Fires


Album de la semaine

Deftones


Ohms


"

2000. Après deux albums beaucoup plus bruts de décoffrage, Deftones sort son magnum opus, White Pony, considéré par beaucoup comme l’un des sommets indépassables de ce curieux courant musical aujourd’hui moribond qu’est (que fut ?) le nü métal, fruit de cette improbable alchimie entre les guitares ultra-distordues à la Meshuggah qu’affectionne Stephen Carpenter et la new wave des The Cure, Duran Duran et autres Bad Brain dont raffole Chino Moreno, lequel met dès lors un point d’honneur à tempérer ses hurlements par des phases chantées en apesanteur. Cette union des contraires permet au gang de Sacramento de survivre dignement alors que les Korn, Limp Bizkit, Incubus et autres Linkin Park mordent successivement la poussière, de gré ou de force. Vingt ans plus tard, que reste-t-il de la verve deftonienne, de cet entre-deux si saisissant, de cette bouillonnante association de talents ? Eh bien force est de constater que la machine infernale californienne fonctionne du feu de Dieu, et ce ne sont ni le précédent Gore, ni l’actuel Ohms qui viendront démentir cette affirmation, bien au contraire.

"
À lire également