↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Rover


Rover


(03/10/2011 - Cinq 7 - - Genre : Pop Rock)
Produit par

1- Aqualast / 2- Tonight / 3- Birds / 4- Joy
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (18 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Un EP plein de promesses pour le frenchie Rover."
Laura, le 20/10/2011
( mots)

En tombant par hasard sur la musique de Rover, sans rien savoir du personnage, on croirait être tombé sur un de ces types qui ont de la gueule et un certain talent pour manier la guitare et le pop/rock, comme seule l'Angleterre peut en produire. Et pourtant, malgré son accent irréprochable, Rover est bien français, mais cette information est certainement plus flagrante sur son passeport de globe-trotter que sur cet EP. Et avant que nous allions plus loin, et parce que vous brûlez d'envie de le savoir : Rover, alias Timothée, a effectivement choisi son nom de scène en référence à la marque de voitures britannique.

Intitulé sobrement Rover, l'EP dévoile quatre titres de haute facture, enrobés dans une délicieuse ambiance mélancolique et rehaussés par la très belle voix de l'artiste. Une de ces voix qu'il serait sacrilège de ne pas utiliser pour la musique, tant elle se ballade dans les aigus et les graves avec aisance.

L'EP s'ouvre sur "Aqualast", la pépite de l'album, une ballade sombre et langoureuse, dont les envolées aiguës et la guitare font penser au Muse du début. Le titre est accompagné par un clip qui vient confirmer les ambiances de forêts inhabitées et de teintes sepia que l'EP distille dans les esprits. Plus vive, "Tonight" ravit surtout par les jeux de voix du chanteur, qui passe du grave sombre et sévère à des hauteurs touchantes. Sur "Birds", Rover laisse éclater son énergie, donnant un titre aux accents rock agréables mais qui laisse une légère impression de cacophonie. Enfin, tout se termine sur la plaisante ballade "Joy", simple et envoûtante après les trois autres titres, plus sombres.

Ayant joué tous les instruments et s'étant enfermé tout un hiver pour composer, Rover signe un EP totalement personnel qui nous laisse inspecter les différentes facettes du talent du personnage. Ces quatre titres sont réellement pleins de promesses, mais toute attente de l'album mise à part, ils ne font pas figure de hors d'oeuvre et se laissent déguster encore et encore. Ne vous laissez pas refroidir par le regard un peu glaçant du Rover sur la pochette de l'EP. Il ne mord pas, au contraire : il enchante.

Si vous aimez Rover, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Rover


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également