↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Semtazone


Comme s'il en pleuvait


(03/05/2005 - Irfan - - Genre : Autres)
Produit par

1- ... / 2- Les Escargots / 3- L'un De L'autre / 4- Requiem Pour Une Conne / 5- Rodrigo / 6- La Cuisine / 7- Le P'tit Paumé / 8- Paris Gare De Lyon / 9- Armand / 10- Ma Femme, Ma Rose, Ma Demeure. / 11- Tibilou / 12- Foutaises / 13- N'importe Quoi
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (7 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Entre farce macabre et rock cynique, le don musical de musiciens talentueux."
Hélène, le 13/04/2006
( mots)

Une pochette en forme de puzzle où il manque une pièce. Quelle est cette pièce manquante ? A les écouter, on ne sent pourtant aucune absence. Les 4 garçons et 2 filles de Semtazone se relaient et se complètent pour nous faire partager leur univers où les chansons cyniques se mêlent à d'autres plus absurdes, où un son parfois rock enchaîne avec un son plus lyrique, en passant parfois par des petites ritournelles entêtantes.

L'intro, lyrique, classique... je ne trouve pas le mot. On dirait une musique de film policier noir, une atmosphère étrange et macabre est installée, et nous conduit vers le 2è morceau sur les escargots, dont la voix pressante laisse cette impression de série noire; mais le morceau termine sur la "météo qui marine pendant que les escargots dégorgent" ramenant l'auditeur vers une absurdité soulageante. La chanson suivante, printanière, reste comme une douce ritournelle à fredonner grâce à la voix légère de la chanteuse, tout comme le morceau "la cuisine" un peu plus tard.

Puis le 4è morceau plus rock (guitares électriques, voix scandée), nous amène vers un cynisme défouloir, c'est le "Requiem pour une conne" où la conne en question s'en prend plein la poire. (Je ne la connais pas, mais c'est sûrement bien fait !). "Rodrigo" sonne le retour d'une atmosphère étrange, avec une voix évoquant Les Barbarins Fourchus. Cette atmosphère sombre et grotesque est également l'apanage des chansons "Le p'tit paumé", "Paris, gare de Lyon". Pour moi, l’ambiance de ces chansons correspond à celle présente dans des BD comme Abraxas ou Monsieur Noir… Le sens des chansons ne se comprend pas forcément du premier coup, de même que la musique possède plusieurs niveaux, plusieurs facettes, les paroles demandent parfois à être écoutées attentivement pour être pleinement appréciées, notamment dans "Foutaises" ou "N'importe quoi".
Un album étrange, à la fois sombre et joyeux, à la fois rock n' roll et troubadour, cynique et absurde; mais constant dans l'énergie apportée, dans le don de soi, logique aussi dans la progression des morceaux. Un groupe qui gagne sûrement à être aussi connu en concert. Et j'espère voir ça vendredi 14 avril à Saint-Martin d'Hères.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Groupe

Semtazone


Album de la semaine

Pure Reason Revolution


Above Cirrus


"

La résurrection inespérée de Pure Reason Revolution, survenue en plein premier confinement, a maintenant laissé place à la perspective d’un groupe de nouveau pérenne, en témoigne cet Above Cirrus paru moins de deux ans après son grand frère - autant dire qu’on n’en espérait pas tant, et surtout pas aussi vite.

"
À lire également