↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Vines


Highly Evolved


(08/07/2002 - Capitol - Pop & Garage - Genre : Rock)
Produit par

1- Highly Evolved / 2- Autumn Shade / 3- Outtathaway / 4- Sunshinin / 5- Homesick / 6- Get Free / 7- Country Yard / 8- Factory / 9- In The Jungle / 10- Mary Jane / 11- Ain't No Room / 12- 1969
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (25 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
""
Jerome, le 01/03/2002
( mots)

Avril 94, Kurt Cobain se fait sauter la carafe. Sans lui, toute une partie du paysage musical se retrouve sur le carreau. L'idole n’est plus. Le porte parole malgré lui a rendu les armes. De par le monde entier, des hordes de fans se retrouve orphelins. Celui qui avait su cristalliser tout le mal être d’une génération en quelques accords en a donc décidé ainsi. Mais du côté des maisons de disques, c’est une autre aventure qui commence. Pour tout ses adolescents endeuillés et en manque de repère, l’heure à la recherche du remplaçant. Et même si aujourd'hui l'affaire semble entendue et que Peter Doherty a tout du digne successeur de l'ange blond, en terme de rayonnement sur les masses car question musique on en est encore loin, il y bien entendu eu tout un tas de prétendant au trône. Et notamment Craigh Nicholls, petit Australien rachitique à la tête de The Vines et qui débarqua en 2002 avec un album détonnant portant le nom de Highly Evolved.

Il faut dire que le petit père avait tout pour lui. Il était jeune - 23 ans - portait le mal-être comme personne, ne possédait pas un physique de déménageur mais était doté d'une voix mêlant rage, fureur et mélancolie. Sensation de déjà vu me direz-vous ? Peut-être... Mais mieux que tout, le groupe possédait déjà un hymne fédérateur d'une efficacité redoutable ("Get Free") et leur premier album allait autant piocher dans la hargne sans vaseline d’un Nirvana ("Highly Evolved", "Factory") que dans la pop rafraîchissante des Beatles ("Autumn Shade", "Homesick"), sans oublier cette forme de nonchalance propre au Pixies ("Outtathaway"). La conclusion semblait toute tracée et The Vines était tout désigné pour influencer des générations entières de kids. Sauf que non. Tout aurait été trop facile. Le succès brutal de cet album, plus de 1,5 millions de copies écoulées, associé aux problèmes de santé de Nicholls, allait tout foutre en l'air. Le messie tant attendu n'était toujours pas celui que l'on croyait.

Et depuis, le groupe n'est plus que l'ombre de lui-même. Les disques se succèdent mais tout ce petit monde semble incapable de retrouver cette ferveur qui a fait de Highly Evolved ce qu'il demeure encore aujourd'hui. Peut être un des disques les plus fédérateurs de ces dix années passées. Peut être, soyons fous, la meilleur réplique des années 2000 au phénomène Nevermind. Dommage que ce coup d'éclat soit resté sans lendemain.

Note de 4.0/5 pour cet album
Lilian, le 12/04/2003

Voilà exactement ce qu'il manquait dans le paysage de la power pop style Indé ! Un peu de folie. Tout au long de l'album les Vines (c'est chiant les groupes en "the") slaloment avec succès entre des mélodies pop très inspirés par les Beatles et des purs moments de bonheur un tantinet plus bourrain, dans lesquels Craig Nicholls nous démontre, qu'il peut aller au dela de la limite imposé naturellement par ses cordes vocales. Que du bon, rien que pour nos oreilles !!!

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Publicité
Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

The Vines


Melodia


Critique d'album

The Vines


Vision Valley


Critique d'album

The Vines


Winning Days


Album de la semaine

Opeth


In Cauda Venenum


"

De parangon du death-metal suédois à inclinaisons progressives, Opeth est passé en moins de dix ans à coqueluche du monde progressif tout court avec ses albums mélodiques et techniques typés 70’s. Gloire permise aussi par une esthétique affirmée ; il y a bel et bien un « son » Opeth qui est né depuis Heritage(comme il y a avait une identité claire dans la première période du groupe), et celui-ci n’est pas du tout renié dans ce nouvel opus tant attendu. En effet, In Cauda Venenum est dans la claire lignée des albums précédents, dont le dernier en date était le chef-d’œuvre Sorceress aux qualités exceptionnelles. 

"
À lire également